La Nazionale reste la bête noire des Diables Rouges. Si le grand choc des quarts de finale de l'Euro a tenu toutes ses promesses, c'est l'Italie qui a dominé la Belgique, vendredi à Munich (2-1). Mieux armés et mieux inspirés collectivement, les hommes de Roberto Mancini ont trouvé la faille en première période par Nicolo Barella (31e) puis Lorenzo Insigne (44e). Romelu Lukaku a réduit le score sur penalty juste avant la pause mais les protégés de Roberto Martinez sont restés muets ensuite. L'Italie affrontera l'Espagne en demi-finale mardi à Wembley.
Sans Eden Hazard, blessé, mais avec Doku et De Bruyne, les Belges ont entamé cet alléchant duel pied au plancher et avec des intentions claires. Le Mancunien a lancé Lukaku vers la surface adverse dès la première minute et Donnarumma a tout de suite dû réaliser une intervention importante dans les pieds de l'avant-centre. Bousculée dans les dix premières minutes, la Nazionale a pourtant tenu bon et pu commencer à développer son jeu offensif. Elle a même cru ouvrir le score sur un long coup franc d'Insigne repris par Bonucci mais Chiellini, capitaine de retour de blessure, était hors-jeu et le but a logiquement été refusé (13e).
Ligue des Nations
L'Allemagne donne la leçon à l'Italie
14/06/2022 À 20:43

Une défense belge dépassée

Si De Bruyne a encore obligé Donnarumma à se détendre après un joli raid axial (23e) tout comme Lukaku sur une petite frappe enroulée (26e), l'Italie a clairement pris le dessus grâce à sa maîtrise technique et poussé sur le côté gauche. Verratti, Insigne et Spinazzola ont fait souffrir un Meunier peu aidé par ses partenaires. Vertonghen s'est loupé en relançant dans sa surface et a rendu le ballon à Verratti qui a servi le percutant Barella pour une frappe parfaitement croisée sur la droite face à trois adversaires pour l'ouverture du score (0-1, 31e).
Malgré les mauvais choix d'Immobile, l'arrière-garde belge est restée fébrile et Chiesa a bien failli imiter Barella mais a raté la cible (41e). Insigne avait déjà tenté sa chance sans succès (28e), il a réglé la mire et est revenu à la charge depuis la gauche pour enrouler de 20 mètres dans l'axe et magnifiquement trouver la lucarne comme il sait si bien le faire (0-2, 44e).

Spinazzola s'arrache puis flanche

Les Diables Rouges ont tout de même eu le mérite de réagir immédiatement. Le dynamique Doku a obtenu un penalty pour une faute de Di Lorenzo et Lukaku a transformé la sanction pour relancer les siens avant la mi-temps (1-2). Ce sursaut ne s'est cependant pas confirmé à la reprise. Emmenés par leur trio Jorginho-Barella-Verratti dans l'entrejeu, les Transalpins ont gardé la main sur des débats devenus plus musclés dans les duels.
Le match aurait pourtant pu basculer quand les Italiens ont perdu un ballon dangereux dans leur camp et vu Doku partir sur la gauche et servir De Bruyne dont le centre a été repris au second poteau par Lukaku mais contré du genou par Spinazzola dans un sauvetage inespéré (61e). A peine entré en jeu avec Mertens à la place de Meunier et Tielemans, Chadli a également mis le feu devant la cage de Donnarumma mais Lukaku a raté sa tête d'un cheveu (71e).
Touché à un genou, Chadli n'a pourtant passé que 4 minutes sur le terrain avant de ressortir (74e). Spinazzola, lui, a payé ses incessants efforts et quitté ses partenaires sur civière et en larmes (76e). Ce coup dur n'a toutefois pas perturbé les Italiens qui ont protégé leur avantage jusqu'au bout et restent invaincus face aux Belges en cinq confrontations en tournoi majeur. Ils poursuivent sur leur lancée séduisante et leur prochain affrontement contre l'Espagne promet tout autant de spectacle.
https://i.eurosport.com/2021/07/02/3166224.jpg
Ligue des Nations
Retrouvailles décevantes entre l'Angleterre et l'Italie, l'Allemagne encore tenue en échec
11/06/2022 À 20:45
Ligue des Nations
La Belgique gâche à Galles, les Pays-Bas butent sur la Pologne
11/06/2022 À 20:42