Toute la Belgique ne parle que de ce prodige de 18 ans. Auteur d’un doublé lors de la victoire de Manchester United à Sunderland (1-2) pour le compte de la 7e journée de Premier League, le jeune Adnan Januzaj impressionne l’Europe du football au point que les appels de pied des sélections se multiplient même pour le Belgo-Albanais. Mais qui est-il ? Portrait d’un joueur dont on n’a pas fini d’entendre parler.

Cher et précoce

Né à Bruxelles en 1995, Adnan Januzaj n’a pas attendu longtemps pour intégrer le grand club local. Après avoir fait ses premiers pas sous les couleurs du FC Brussels, le jeune gaucher a filé du côté d’Anderlecht dès ses onze ans. Le double buteur de Sunderland a évolué durant cinq saisons sous le maillot mauve et blanc du club que son père supporte. Le tournant a lieu en mars 2011 lors d’une session découverte. Présents sur place, les superviseurs de Manchester United ont été impressionnés par la technique de Januzaj. Généralement aligné milieu gauche, il fait partie de ces gauchers capables de s’exiler à droite pour mieux rentrer et frapper. Adnan Januzaj a surtout cette qualité d’éliminer son adversaire en un-contre-un, une qualité dont il sait user.
Premier League
Januzaj au chevet de MU
05/10/2013 À 18:45
Januzaj, un dribbleur un vrai
Les dirigeants d’United l’ont convaincu alors de s’engager avec le club mancunien. Quelques jours plus tard, le jeune joueur s’est vu transférer pour environ 500 000 euros. Une somme relativement importante pour un joueur alors âgé de 16 ans. Et si ses différents responsables chez les jeunes ont assuré que l’argent n’est pas le genre de la famille, le gaucher est déjà le mieux payé chez les jeunes et la presse anglaise a même parlé d’un nouveau contrat à hauteur de 280 000 euros par mois, soit 3,4 millions annuels !

Des débuts remarqués

Si les dirigeants de Manchester United ont investi une telle somme, c’est notamment qu’Adnan Januzaj a toujours su répondre lorsqu’on lui a fait confiance. Dès ses débuts à Anderlecht, il a impressionné son directeur de l’époque, Jean Kindermans. "C'était un petit bonhomme très frêle avec de fines jambes. Il avait déjà à cette époque-là un pied gauche phénoménal. Il a toujours joué une catégorie au-dessus de son âge. La façon dont il parvenait à contrôler le ballon et en même temps directement le protéger, c'était incroyable. C'est un garçon qui n'est jamais au sol. Son seul point faible, c'était sa vitesse. C'est un petit manquement qu'il compense avec d'autres qualités comme sa vista et sa capacité de réflexion. Il réfléchit trois fois plus vite que les autres", racontait ainsi le responsable des jeunes d’Anderlecht pour la RTBF.
Des qualités qui ont attiré forcément l’œil de Manchester United où Januzaj a débarqué à la fin de la saison 2010-2011. Intégré d’entrée à l’équipe de jeunes, l’Albano-Belge a inscrit très vite son premier but, contre Crewe Alexandra. Les éloges ont alors plu de la part de son entraîneur Paul McGuinness qui a vanté non seulement sa qualité sur la pelouse, mais aussi son comportement en dehors du terrain. Son année 2012-2013 a été celle de l’explosion pour le Belgo-Albanais : 17 matchs avec la réserve pour un but et cinq passes décisives.

Crystal Palace's Adrian Mariappa (L) challenges Manchester United's Adnan Januzaj during their English Premier League match at Old Trafford

Crédit: Reuters

Cette saison réussie lui a valu d’être convoqué pour le dernier match de la saison (WBA-Manchester 5-5). S’il n’est pas rentré cette fois-ci, Adnan Januzaj est intégré aux pros dès l’arrivée de David Moyes. L’ancien d’Anderlecht a même inscrit son premier but avec l’équipe première dès la préparation, face à Kitchee (victoire de United 5-2) avant de débuter en Premier League le 15 septembre dernier contre Crystal Palace, après trois matches très réussis avec les jeunes. Si ses débuts ont été loués par son coach ("J’ai trouvé que Januzaj a été très bon. Je suis vraiment heureux de l’avoir au club"), le milieu de terrain n’en est pas resté là et a sauvé Manchester United à Sunderland (1-2).   

Si ce n’est pas l’Angleterre, quel choix entre la Belgique ou l’Albanie ?

Avant ce week-end, Adnan Januzaj était un Belgo-Albanais n’ayant pas encore choisi sa future sélection. Il est désormais devenu une star Turquo-Belgo-Albano-Kosovo-Anglaise ! Né en Belgique de parents albanais originaires du Kosovo, celui que l’on compare déjà à Ozil a eu deux nouvelles nationalités qui se sont offertes à lui. Que ce soit son coach David Moyes ("Il a des chances de pouvoir joueur un jour pour l'Angleterre. Je pense qu'il a l'embarras du choix au niveau de sa sélection et tous les pays le veulent" ) ou le sélectionneur anglais Roy Hodgson ("C'est un réel talent. Il n'y a aucun doute là-dessus et on doit garder un oeil sur lui"), tous deux ont semblé penser que Januzaj pourrait devenir international chez les Trois Lions. Mais ils ont oublié le règlement de la FIFA qui devrait sans doute empêcher le jeune joueur de choisir la nationalité anglaise, du moins si le joueur a de l’ambition.
Ne jamais oublier le règlement
Si on enlève le Kosovo et la Turquie pour qui Januzaj n’a jamais hésité, il reste la Belgique et l’Albanie. Les deux sélections se sont battues pour lui depuis des années, le joueur ayant refusé les sélections de jeunes. Entre une sélection qualifiée pour la Coupe du monde 2014 et une autre qui ne s’est jamais qualifiée pour une compétition majeure, ce sera le choix de la raison ou celui du cœur. Pour l’instant, ses proches lui ont démandé d'attendre. Comme l’a expliqué le responsable des jeunes d’Anderlecht Jean Kindermans, "Adnan (Januzaj) ne veut pas brûler les étapes. Il ne veut pas être international avant d’être titulaire dans un club comme Manchester". Avec des performances comme celle du match face à Sunderland, nul doute qu’il devrait bientôt se décider.
Ligue 1
Chelsea, Juventus, Newcastle... : Neymar, des options en questions
26/06/2022 À 22:07
Premier League
Cristiano Ronaldo, les improbables pistes Chelsea... et AS Rome
25/06/2022 À 19:16