"Bien joué, merci !" "On la perd pas, voilà, merci !" "Serre-le, il sort pas, merci, merci !". Quand vous jouez bien, Jonathan Ikoné vous remercie. Impeccable et décisif dimanche face à la Russie lors du deuxième match de l'Euro, l'attaquant lillois est l'un des patrons de l'équipe de France Espoirs, qu'il guide avec aisance technique et... politesse.
L'une des nouveautés du football en temps de Covid est que les rares chanceux qui peuvent encore s'asseoir dans un stade entendent tout ce qui se dit sur le terrain. Tout n'est pas à mettre entre toutes les oreilles, mais Ikoné est un aboyeur courtois. Et quand on l'interroge sur cette façon de remercier ses équipiers à la moindre action bien menée, le Lillois rit, comme un peu embarrassé que le secret ait été révélé.

Jonathan Ikoné lors de France-Liechtenstein espoirs

Crédit: Getty Images

Euro U21
Troisième titre pour l'Allemagne, le Portugal attend encore
06/06/2021 À 21:33
"C'est une vieille habitude. C'est pour montrer que j'ai confiance en eux. Et un merci ça fait du bien. Ca montre que le joueur est présent, qu'il a envie de montrer qu'on peut faire des choses", a-t-il expliqué dimanche aux médias français présents en Hongrie, dont l'AFP. "Un merci ça ne coûte rien et au moins ça met tout le monde en confiance." La démarche est aussi celle d'un vrai cadre de cette équipe, légitimé par son expérience en Espoirs, avec lesquels il a déjà disputé l'Euro-2019, mais aussi en A, puisqu'il compte déjà quatre matches avec l'équipe de Didier Deschamps.
"En dehors du terrain, c'est un peu le clown de l'équipe il est super drôle. Mais dès qu'on arrive sur le terrain, c'est fini. Dix minutes avant, ok, il peut rigoler, mettre de la musique. Mais sur le terrain, c'est une autre personne. C'est un leader par la parole mais aussi un leader technique. Il apporte beaucoup de danger, il amène le jeu vers l'avant", a expliqué lundi à Bük le défenseur central Ibrahima Konaté.

Confiance et panenka

Tout cela s'est vu dimanche lors de la très importante victoire contre la Russie (2-0), obtenue au bout d'un match correctement maîtrisé et marqué par l'emprise technique du Lillois. "'Jorko' met du liant dans le jeu, c'est un trait d'union entre milieu et attaque. Il permet d'amorcer les attaques, de remonter le bloc-équipe et de créer des déséquilibres. Sur le premier match il n'était pas à 100% (à cause d'un petit problème à une cheville, ndlr). Ce soir il a été très intéressant", a confirmé son coach Sylvain Ripoll dimanche.
A Lille aussi, sa faculté à être utile sur tout le front de l'attaque lui a permis de reprendre un rôle majeur depuis quelques semaines. Christophe Galtier le préfère sous l'attaquant de pointe, en soutien, là où il a évolué contre le Danemark à son entrée et encore pendant l'essentiel du match face aux Russes. Presque débarrassé de sa douleur à la cheville, le natif de Bondy et ancien du Paris SG évolue désormais en confiance en Hongrie, au point de tenter une "panenka" sur le penalty du 2-0.
"Dès qu'il a sifflé, je me suis dit directement 'panenka' et je n'ai pas voulu changer d'avis. J'ai tenté, elle est montée un peu haut mais elle est bien redescendue, donc je suis fier de moi." Presque mieux réussie que celle de Zidane en finale du Mondial-206, alors ? "Oh, on ne va pas aller chercher aussi loin (rires). On va laisser celle de Zidane et on va juste aimer la mienne." Merci patron.
Euro U21
Une finale inédite entre Allemagne et Portugal
03/06/2021 À 18:42
Euro U21
Pour les Bleuets, cette élimination va laisser des traces : "Il va falloir digérer la déception"
31/05/2021 À 20:26