Panoramic

Poussé en prolongation, Arsenal bat Reading grâce à Alexis Sanchez (1-2) et se hisse en finale

Sanchez envoie Arsenal en finale… mais que ce fut dur

Le 18/04/2015 à 20:52Mis à jour Le 18/04/2015 à 21:34

FA CUP - Poussé en prolongation, Arsenal s'est qualifié pour la finale en battant Reading à Wembley (1-2), samedi. Alexis Sanchez a signé un doublé. Les Gunners affronteront le vainqueur de l'autre demi-finale entre Liverpool et Aston Villa.

Arsenal ne s’attendait sans doute pas à souffrir autant face au 19e de Championship mais les Gunners retrouveront bel et bien Wembley le 30 mai prochain pour la finale de la FA Cup grâce à leur victoire (2-1) contre Reading, après prolongation. Les joueurs d’Arsène Wenger peuvent remercier leur homme providentiel Alexis Sanchez, double buteur (39e, 105e), mais aussi Federici, le gardien des Royals, auteur d’une grosse boulette sur le second but du Chilien. Malgré l’égalisation de McCleary (54e), Reading n’atteindra donc pas sa première finale de Cup. Au contraire d’Arsenal qui s’attaquera dans un gros mois au record de victoires dans l’épreuve.

On dit souvent que les grands matchs se jouent sur des détails. Reading pourra vous le confirmer. A la 104e minute de cette demi-finale, bien malin qui aurait pu dire l’issue de la rencontre. Les tirs au but se profilaient quand Sanchez s’est introduit dans la surface. Sa frappe, écrasée, a semblé un temps s’arrêter dans les bras de Federici. Malheureusement pour le portier des Royals, il est aussi passé entre ses jambes pour filer dans le but et offrir une victoire quasi inespéré aux Gunners. Car les joueurs de Steve Clarke ont offert un très gros combat ce samedi à Wembley au deuxième de Premier League. Notamment dans l’impact physique grâce auquel ils ont souvent mis en difficulté les Gunners. Les duels entre Mackie et Koscielny ont souvent été à la limite et le Français n’a d’ailleurs cessé de se plaindre de l’intensité mise par l’Ecossais, premier défenseur du 19e de Championship.

Federici sauveur puis fautif

Avec un pressing très haut destiné à gêner la première relance, Reading a empêché Arsenal de construire son jeu fait de multiplication de passes. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si l’ouverture du score des Gunners est venue sur une inspiration géniale d’Özil. D’une ouverture lobée parfaite à destination de Sanchez, le meneur de jeu allemand a surpris, pour la première fois, la défense de Reading et Alexis ne s’est pas fait prier pour concrétiser la nette domination des Gunners (plus de 65% de possession lors de la première demi-heure). On aurait pu croire que ce but inscrit juste avant la pause (39e) allait libérer Arsenal mais il a au contraire poussé Reading à développer son football. Déjà dangereux en début de première période (8e, 14e), les joueurs de Steve Clarke ont fini par revenir à la marque. A la suite d’un joli mouvement, Progrebnyak a trouvé McCleary au deuxième poteau dont la reprise en extension surprend un Sczcesny loin d’être exempt de tout reproche (53e).

Une égalisation qui a déchaîné les deux équipes. Visiblement, la prolongation n’était au goût d’aucune des deux équipes. Mais Federici était en état de grâce ce samedi après-midi. En plus d’avoir touché le poteau par Ramsey (89e) et Giroud (111e), Welbeck (5e), Mertesacker (8e), Sanchez (25e), Ramsey (89e, 103e) et Giroud (92e) s’y sont cassés les dents. Mais la palme est revenue sans conteste à Gabriel. Le défenseur brésilien avait pensé redonner l’avantage aux siens d’une tête splendide sous la barre (68e). Sauf que le portier australien s’est envolé pour sortir un ballon qui ne demandait qu’à rentrer. Un arrêt qui était loin d’annoncer sa future bévue. Mais ce n’est pas Arsenal qui s’en plaindra.

Arsenal's Alexis Sanchez in action with Reading's Michael Hector (Reuters)

Arsenal's Alexis Sanchez in action with Reading's Michael Hector (Reuters)Reuters

0
0