Panoramic

France - Australie (6-0) : Benzema marque après 1222 minutes

Benzema, seulement 39 minutes sans marquer
Par Eurosport

Le 11/10/2013 à 23:14Mis à jour Le 12/10/2013 à 16:12

Karim Benzema a retrouvé le chemin des filets contre l'Australie, en inscrivant le but du 6-0 à la 51e minute. C'est la fin d'une série. Mais Olivier Giroud garde a priori la main.

Il avait prévenu que ça n'allait pas durer dix ans. Bien vu. Ça a duré moins de six minutes. Dans une soirée où il fut vite établi que les Bleus enchaîneraient les buts comme des perles, il était invraisemblable que Karim Benzema ne mette pas fin à sa série inouïe de 1222 minutes sans marquer. Et ce qui devait arriver arriva. A la 51e minute, le joueur du Real Madrid s'est mis au diapason d'une équipe relâchée, jouant en avançant, en expédiant au fond des filets un plat du pied droit autoritaire à quelques mètres du but australien, sur un centre de Ribéry.

Lui n'en a pas rajouté sur le coup. A 6-0, il ne pouvait pas tout-à-fait faire comme si l'événement transcendait la nuit parisienne. Mais ses partenaires, eux, savaient. Ils savaient qu'un "numéro 9" de son niveau avait besoin de ce feeling, de cette stat, de cette façon d'exister à laquelle un buteur ne peut pas totalement renoncer, même si Benzema passe son temps à mettre en valeur sa participation au jeu. Alors Ribéry l'a enlacé comme du bon pain. Tous ses partenaires sont venus, un par un, former une petite marée humaine autour de leur copain buteur. Ils l'avaient soutenu sans faille pendant sa période de disette. Ils sont venus lui manifester qu'ils étaient heureux pour lui. Même le speaker y est allé de son geste de charité en faisant répéter son nom, histoire de doubler la dose d'ovation réservée à chaque buteur.

"Il a marqué, il a marqué"

Un peu plus tôt, Benzema était rentré sur la pelouse à la pause sous les sifflets d'un Parc des Princes qui ne pouvait même pas lui reprocher un quelconque statut d'ex-Marseillais. Juste sa disette. Juste, peut-être, l'impression qu'il a pu donner de l'assumer tranquillement. Mais quand les Parisiens, après son but, l'ont chambré à coups de "Il a marquééé, il a marquééé", Benzema a choisi de détendre l'ambiance en souriant et en applaudissant les chambreurs. Il ne les entendrait plus de la soirée. Il y a quelques mois, sûrement se serait-il braqué. Mais Benzema, qui était déjà venu répondre à la presse à la surprise générale, mercredi, croit en sa baraka.

Il en faudra pourtant un peu plus pour classer le dossier Benzema parmi les affaires élucidées. S'il a marqué un but, et par définition quelques points, son concurrent en attaque Olivier Giroud en a inscrit davantage avec un doublé et une présence devant le but plus frappante que celle de l'ancien Lyonnais. Benzema sait que son rôle n'est pas de marquer un but contre l'Australie un jour où Debuchy et Cabaye ont fait la même chose que lui. Il a eu trois ballons de doublés mais n'en a converti aucun. Il a manqué deux centres. Contre la Finlande, il sera encore temps, éventuellement, de s'amuser avec les stats et peut-être avec le public. Mais le mois prochain, en barrages, le protégé de Zidane tiendra sa véritable occasion de reprendre le cours de son histoire des Bleus. Une histoire qui attend toujours un temps fort. Si Deschamps choisit de l'aligner ou de le faire entrer.

AFP

0
0