La déception est un drôle de moteur. Allez donc en parler aux dirigeants du Bayern Munich ou à ceux du FC Barcelone. Privés de leur couronne nationale en 2006/2007, les deux clubs ont pris le taureau par les cornes et grandement animé le marché des transferts estival. Si le Bayern Munich s'est constitué une armada exceptionnelle pour effacer une saison noire, le FC Barcelone, vexé d'avoir laissé filer un titre qui n'aurait pas dû lui échapper à condition de se montrer un peu plus régulier, a effectué un recrutement ciblé et prestigieux. Sur le papier, les Blaugrana ont de quoi rendre jaloux l'ennemi madrilène qui, s'il a attiré Saviola, Metzelder et Pepe dans ses filets, semble un ton en-dessous... jusqu'ici tout du moins.
Tout a commencé par le dessert et l'arrivée de Thierry Henry. Courtisé depuis quelques temps, le Français a fini par quitter Arsenal pour les raisons que l'on sait. A peine arrivé, le finaliste de la dernière Coupe du monde a été rejoint par le talentueux milieu de terrain ivoirien Yaya Touré (AS Monaco). Enfin, Eric Abidal (Olympique Lyonnais) et aujourd'hui Gabriel Milito (Real Saragosse) sont venus s'agréger au collectif catalan pour une vingtaine de millions d'euros. Au total, Barcelone a dépensé environ 70 millions d'euros pour ces quatre joueurs. Joan Laporta ne devrait plus sortir le moindre centime des caisses blaugrana puisqu'il a laissé entendre que Milito, refusé par le Real il y a quelques semaines après la visite médicale, sera la dernière recrue du vice-champion d'Espagne 2007.
Liga
L'antisèche du Clasico : Après lui, le déluge
10/04/2021 À 22:15
Place au feu d'artifice
Txiki Begiristain, secrétaire technique du Barça, est ravi du marché estival catalan. "Nous avions ciblé des priorités pour améliorer l'équipe. Toutes ont été respectées. Désormais, il faut travailler sur les départs et avoir une équipe au point le 31 août prochain." Si certains joueurs comme Giovanni van Bronckhorst sont d'ores et déjà allés voir ailleurs, d'autres sont convoités. Et pas des moindres. En effet, Samuel Eto'o est toujours sur les tablettes d'Arsenal qui se satisferait bien du Camerounais pour remplacer Thierry Henry. Quant à Ronaldinho, Silvio Berlusconi est prêt à mettre 125 millions d'euros sur la table (le prix de sa clause de départ) pour s'attacher les services du Brésilien. Si la presse italienne, qui avance cela, dit vrai, le Barça aura bien du mal à résister et à conserver son maître à jouer.
Pour le moment, Ronnie et Eto'o ne sont pas partis et le Barça a une équipe de Galactiques. A la différence du Real Madrid du début du XXIe siècle, les stars ne sont pas que devant. Les Blaugrana semblent forts dans tous les secteurs du jeu. Derrière, Abidal, Puyol (quand il sera sur pieds), Milito et Zambrotta forment un bien beau quatuor alors que Lilian Thuram devrait a priori être un remplaçant des plus luxueux. Au milieu de terrain, Yaya Touré, Xavi, Iniesta et Deco (s'il reste) auront deux places à se partager tandis que Ronaldinho et Messi seront à la baguette. On ne s'attardera pas sur la doublette Eto'o-Henry qui promet des étincelles et sans doute même quelques feux d'artifice du côté du Camp Nou.
Liga
La victoire et la place de leader : insubmersible Real
10/04/2021 À 20:52
Liga
Un Clasico, deux stratégies : Le Real revit sur son passé, le Barça se tourne déjà vers son futur
09/04/2021 À 23:51