Il aurait dû être le danger numéro un pour le PSG. Mais à ce stade, sa présence dans le onze de Manchester City pour affronter le club de la capitale mercredi en demi-finale aller de la Ligue des champions serait presque une surprise. Raheem Sterling n'est que l'ombre de lui-même ces dernières semaines. Au point d'avoir perdu sa place dans l'équipe-type de Josep Guardiola, dont il était pourtant l'un des hommes forts depuis plusieurs années. C'est beaucoup moins net aujourd'hui.
Podcast
Son dernier match résume sa mauvaise passe actuelle. Titulaire la semaine dernière lors de la demi-finale de la FA Cup face à Chelsea (1-0), Sterling est passé à côté de son sujet. Emprunté, en manque d'inspiration, il a multiplié les mauvais choix et plombé la stratégie offensive de l'équipe de Guardiola. Des signes évidents de manque de confiance pour un joueur qui n'a plus trouvé le chemin des filets depuis plus de deux mois et la victoire de Manchester City contre Arsenal (0-1).
Premier League
Manchester City, une victoire étriquée à une semaine du choc face au PSG
21/04/2021 À 21:10

Loin de ses standards

Sa méforme a conduit Guardiola à privilégier d'autres options. Phil Foden et Riyad Mahrez ont désormais la préférence du technicien catalan. Ils ont parfaitement justifié la confiance placée en eux en inscrivant chacun un but lors du quart de finale retour de Ligue des champions remporté face au Borussia Dortmund (1-2). Sterling, lui, a dû se contenter de 22 petites minutes de temps de jeu sur les trois derniers matches du club anglais dans cette compétition que City rêve de remporter pour la première fois.

La Super Ligue est morte, vive la Super Ligue ? "Dans les faits, on y arrive pas à pas"

Sterling reste régulièrement utilisé. Mais c'est surtout parce que City doit faire face à un calendrier infernal. Il a participé à 42 matches toutes compétitions confondues cette saison, inscrivant 13 buts et délivrant 11 passes décisives. Des statistiques honorables, mais cependant bien éloignées des standards de l'ancien joueur de Liverpool tant il marchait sur l'eau ces trois dernières années (31 buts et 10 passes décisives en 2019-20, 25 buts et 18 passes décisives en 2018-19, 23 buts et 17 passes décisives en 2017-18).

"Sa confiance ? Il faut qu'il l'ait"

Guardiola n'a pas oublié ce Sterling. Mais s'il n'a pas manqué de soutenir son joueur dans cette période délicate, l'entraîneur mancunien a aussi laissé entendre que l'international anglais n'était pas suffisamment performant pour revendiquer une place de titulaire à l'heure actuelle. "La confiance avec Raheem est intacte, assurait-il la semaine passée avant le rendez-vous avec Chelsea. La seule raison pour laquelle il a moins joué, c'est parce qu'il y a parfois Gabriel ou Phil ou Riyad et qu'ils sont à un haut niveau."

Pep Guardiola et Raheem Sterling lors Dortmund-Manchester City.

Crédit: Getty Images

Le technicien catalan a surtout placé son joueur devant ses responsabilités. Et insisté sur la nécessité pour Sterling de reprendre ses esprits pour redevenir l'individualité dominante qu'il était ces dernières années. "Sa confiance ? Il faut qu'il l'ait, a-t-il expliqué. Je ne peux pas donner la confiance aux joueurs, ils doivent l'avoir pour eux-mêmes. Pour moi, leur donner confiance, c'est les sélectionner. Je l'ai dit à plusieurs reprises, ce que nous avons fait au cours de ces années incroyables, avec la quantité de titres et en battant des records dans le processus.... Raheem est essentiel. Mais les gens parlent du passé... Je m'en moque éperdument. Je me soucie de la séance d'entraînement d’aujourd’hui."

Un joker en sortie de banc ?

Sterling a lui-même porté un regard lucide sur sa mauvaise passe. Sans douter pour autant de sa capacité à rebondir. "Ne vous méprenez pas, cette saison a été pour moi personnellement très étrange, avouait-il à Rio Ferdinand sur BT Sport il y a deux semaines. Mais néanmoins, j'aime toujours mon football et je donne tout pour l'équipe. Ce qui m’aide à atteindre ces objectifs, c’est d’être aussi motivé et c’est le moment idéal de la saison maintenant."
Le money-time offre à Sterling l'opportunité de sortir de sa crise. Déjà avec la finale de la Coupe de la ligue anglaise dimanche face à Tottenham. Surtout avec la double confrontation avec le PSG en demi-finale de la Ligue des champions. Qu'il soit titulaire ou non. L'international anglais peut aussi se muer un joker précieux en sortie de banc. Il a toujours le talent pour faire la différence. Le prouver maintenant, c'est bien son seul moyen de donner une tournure différente à une saison bien décevante jusqu'ici.

Calamiteux Pérez, "Judas" Agnelli : Super Ligue, super naufrage

Euro 2020
"Le mec est retraité depuis 10 ans et bat mon pays entier" : Quand Thierry Henry dégoûte De Bruyne
20/06/2021 À 15:54
Ligue des champions
"La victoire de Tuchel, ce n'est pas forcément l’échec du PSG"
29/05/2021 À 23:57