Premiers sur la C1
Cette saison, les entraîneurs portugais ont garni la plus clinquante des vitrines : la Ligue des Champions. Six d’entre eux ont dirigé (ou dirigent encore) un club européen lors de la phase de groupes : Vítor Pereira (FC Porto), Jorge Jesus (Benfica), José Peseiro (Sp. Braga), José Mourinho (Real Madrid), Paulo Sérgio (CFR Cluj) et Leonardo Jardim (Olympiakos). Mourinho est maintenant le seul toujours dans le coup. Mais aucune autre nationalité n’est mieux représentée. Viennent ensuite cinq Italiens (Ancelotti du PSG, Allegri du Milan, Conte de la Juve, Spalletti du Zenit et Mancini de City) et trois Français (René Girard, Rudi Garcia et Arsène Wenger).
Plus d’une centaine de portugais astiquent les bancs à travers le monde. C’est beaucoup pour un pays de 11 millions d’habitants. Ils sont parmi les mieux représentés à l’étranger. L’émigration est une tradition dans un pays hier affrontant les continents, aujourd’hui incontinent, essuyant les affronts. Jorge Jesus (se la) raconte : "Tous veulent apprendre avec nous. Plusieurs clubs étrangers ont déjà recruté des Portugais, y compris pour leurs cellules de recrutement." Portugais : un label connu et reconnu.
Qualifications Coupe du monde 2023
20-0 : Les Anglaises infligent une défaite record à la Lettonie
IL Y A 6 HEURES
Inspirés par les étrangers
Avant de devenir l'un des principaux exportateurs d'entraîneurs, le Portugal a été un gros consommateur de coachs étrangers. Le premier titre national - Campeonato de Portugal - a été remporté en 1922 par le FC Porto alors emmené par un Français : Adolphe Cassaigne. Les premières éditons du championnat (entre 1934 et 1945 !) ont toutes été raflées par des Hongrois (Szabo, Herczka, Siska, Biri). Il a fallu attendre 1946 pour voir un autochtone glorieux : Augusto Silva avec le Belenenses. Il ne sera suivi qu'en 1948 (et 1949) par le légendaire Cândido de Oliveira (Sporting). Puis ce sera la promenade des Anglais. Kelly (Sporting), Smith (Benfica), Galloway (Sporting) ont marqué la fin des années 40. Les Sud-Américains ont embrayé à partir de 1955 avec Otto Gloria, Yustrich, Bumbel et Enrique Fernandez.
Les deux décennies qui ont suivi ont repris l’appellation Magyar (Guttman et Czeizeer) et English (Hagan, Mortimore). Eriksson, Carlos Alberto Silva ou Ivic vont aussi passer par là. Le départ de Sir Bobby Robson marque un tournant. Les années 2000 sont celles des "treinadores". Depuis 1997, seuls trois étrangers (Trapattoni, Co Adriaanse et Bölöni) ont été sacrés. Voilà deux saisons que les 16 clubs de Liga ne sont coachés que par des locaux. Il n'y a eu que la courte histoire belge de Vercauteren au Sporting. Et la crise ne suffit pas à expliquer ce choix.
Libérés par Artur Jorge
Artur Jorge est un libérateur. Un visionnaire. Il fut un joueur hors du commun. Un buteur inspiré qu’on surnommait le "Coup-de-pied moulin" tant il excellait dans l’exercice des retournés acrobatiques. Un artiste. Engagé. Ses idées de gauche assumées lui ont valu d’être privé d’une finale de Coupe du Portugal avec l’Académica en 1969. Il fut l’un des fondateurs - et le premier président - du syndicat des joueurs, en 1972, en plein régime fasciste. Il choisit de passer ses diplômes d’entraîneur en… RDA. C’est lui qui, dans les années 80, met fin aux règnes des Baroti, Allison et Eriksson. En 1987, il amène le FC Porto sur le toit de l’Europe, ce qu’un coach portugais n’avait encore jamais réalisé. Le Matra lui tend les bras. L’expérience du Racing sera mitigée mais Mister Jorge brillera bientôt avec le PSG dont il est encore, pour quelques mois surement, le dernier entraineur champion… Il connaitra la Suisse, l’Espagne, les Pays-Bas, le Cameroun, la Russie, l’Arabie Saoudite… Mister Jorge, une marque qui fait rêver à l’étranger. Une prouesse dans un pays squatté par les "aliens". Artur Jorge avait opté pour l’Académica en 1965 afin de pouvoir poursuivre ses études à la fac de Coimbra. Une moustache mais surtout une tête, aux allures de professeur.  

FOOTBALL 1998 PSG - Artur Jorge

Crédit: AFP

L’école des Professeurs
Qui dit coach portugais, dit José Mourinho. Le "Special One" est un monument en son pays. Il incarne le précepte de la réussite que recherchent tous ses compatriotes. Le Mou est riche, beau, intelligent. Aussi tuné que sa voiture. Et il n’a pas de couleur. Il a débuté comme principal au Benfica, s’est bâti sa réputation au FC Porto mais c’est à Setúbal - où son père a entraîné le Vitória - qu’il est attaché. La ville vient carrément de baptiser une rue à son nom. Mourinho incarne le succès des "Professores". Une singularité portugaise. Beaucoup de ces coaches reconnus n’ont pas été des joueurs connus. Nombre d’entre eux possèdent une formation de Professeur d’EPS renforcée par une spécialisation footballistique et une forte connaissance en langues étrangères. Vítor Pereira (FC Porto), Rui Vitória (Guimarães), José Peseiro (Braga), Manuel Machado (Nacional), Jesualdo (Sporting) sont de ceux-là. Villas-Boas, qui relance sa jeune carrière à Tottenham, ou l’ancien sélectionneur  Carlos Queiróz maintenant en Iran, aussi… Au Portugal, les stars en crampons n’enfilent pas systématiquement le costard de technicien. Les plus grands noms de la Seleção se sont même bien gardés de devenir entraîneurs. Eusébio, Figo, Rui Costa, Pauleta, Baía, Rui Barros, Paulo Futre occupent des postes à responsabilité dans le monde du foot mais ils préfèrent rester en haut.
A la pointe de la technologie
Il y a deux ans, la société Forward Green lançait le "Mourinho Tactical Board". "Le Football Manager de la vie réelle". Une application à 60€ pour tablettes et téléphones androïds conçue avec et pour Mourinho ainsi que pour tous les entraîneurs. En Liga portugaise, ils sont déjà nombreux à glisser leurs doigts sur l’outil de José. Plus qu’un gadget. Le foot portugais aime s’appuyer sur les nouveautés tactiques et techniques. Les Néerlandais Koeman (Benfica) et surtout Co Adriaanse (FC Porto) ont sorti de leurs valises pas mal d’innovations. Et même après leur départ, certaines pratiques sont restées. La méthode Coerver qui valorise l’individu avant la méthode et qui favorise les séances avec le ballon a ainsi fait son entrée au Portugal. Les fameuses cellules de recrutement que l’Europe envie aux Portugais illustrent elles aussi le bon boulot de ses techniciens. Beaucoup d’entraîneurs, les Professeurs notamment, comme Mourinho, ont été observateurs et/ou recruteurs auparavant. De quoi les rendre plus sensibles aux besoins de leur équipe et plus réactifs aux éventuelles opportunités du marché. Aujourd’hui, ils peuvent aussi s’appuyer sur des bases de données vidéo impressionnantes. Les grands clubs portugais possèdent des bécanes enregistrant de façon simultanée des matches se déroulant un peu partout dans le monde. Un moteur de recherche à base de mot-clé permet ensuite au staff technique d’observer un joueur en vidéo en quelques clics, avant d’envoyer un scout sur place. Et c’est peut-être lui qui deviendra le nouveau Mourinho…
Nicolas VILAS : Commentateur du championnat portugais sur Ma Chaine Sport, Nicolas Vilas ne manque pas de promouvoir "sa" Liga via bloGolo.fr ou sur les ondes de RMC. Débats, analyses, interviews, il vit sa passion pour le "futebol" avec le sourire. Et tente, autant que possible, de le transmettre...

Nicolas Vilas

Crédit: Eurosport

Ligue 1
21 ans, 69 matches : Caqueret, l'éclosion qu'on attendait depuis si longtemps
IL Y A 6 HEURES
Premier League
Rangnick, un intérimaire, vraiment ?
IL Y A 6 HEURES