AFP

Real Madrid-Betis Séville (2-1) : Le Real a dû batailler

Le Real Madrid a dû batailler
Par Eurosport

Le 18/08/2013 à 16:43Mis à jour Le 19/08/2013 à 01:24

Pour son premier match de la saison en Liga, le Real Madrid a longtemps souffert face au Bétis Séville (2-1). Il peut dire merci à Benzema et sa recrue Isco.

Contrairement à son ennemi juré barcelonais, large vainqueur face à Levante (7-0) deux heures plus tôt, le nouveau Real de Carlo Ancelotti a connu les pires difficultés à se défaire du Betis Séville (2-1). C’est le jeune international Isco, recruté pour 30 millions d’euros à Malaga cet été, qui a sauvé la mise à ses coéquipiers. D’une tête croisée puissante sur un centre de Marcelo (86e), excellent tout au long du match, il a sorti son club d’un mauvais pas. En attendant la conclusion de ce coup d’envoi de la saison espagnole (il reste quatre matches à disputer), les Merengue ont rejoint deux équipes (Bilbao et Grenade) en troisième position du classement.

De son côté, Karim Benzema, s'il n’a plus marqué depuis quatorze matches avec l’équipe de France, a inscrit son premier but de la saison d’un tir puissant du gauche (26e) sur un décalage d'Isco. Le Français a répondu à l’ouverture du score rapide de Molina (14e) qui a trompé Diego Lopez, titulaire surprise dans les cages madrilènes à la place du capitaine Iker Casillas. Mais, en attaque, les Madrilènes n’ont pas confirmé leur excellente préparation estivale avec des succès sur des équipes de prestige comme l’Inter Milan (3-0), Chelsea (3-1) ou le PSG (1-0). Benzema s’est souvent fait prendre au piège du hors-jeu qui a valu au Real trois buts refusés (3e, 19e et 40e). A deux reprises, il n’a pas su jaillir sur des centres de Marcelo (22e et 52e). Son but sauve le bilan de sa soirée surtout qu’il n’avait encore jamais marqué au mois d’août avec le maillot madrilène depuis son arrivée en 2009. Il a essuyé quelques sifflets à sa sortie du terrain (81e).

Ronaldo prend du retard sur Messi

Son compère d’attaque Cristiano Ronaldo n’a pas fêté en grande pompe son 200e match avec le Real Madrid. Le Portugais a souvent buté sur ses vis-à-vis sévillans malgré une barre transversale touchée au retour des vestiaires (46e) et des frappes dangereuses (23e, 67e et 75e). A l’image de son équipe, il a déjà pris du retard sur son rival catalan Lionel Messi, auteur de deux buts et d’une passe décisive. Il n’a pas été le seul à décevoir son coach et son adjoint, Zinedine Zidane. Exilé sur le côté droit, Mesut Ozil n’a pas existé malgré une domination madrilène en seconde période (62% de possession de balle). Son remplacement par Di Maria (69e) a amené un peu plus de peps dans les offensives merengues mais toujours sans réussite pour l’ailier argentin (77e). Isco s’est chargé de combler ces lacunes devant le but d’Andersen, l’ex-gardien de l’ETG.

Contrairement à la saison dernière, le Real Madrid ne prend pas de retard sur le Barça à l’issue de cette première journée malgré l’avance des Catalans à la différence de buts (+1 contre +7). Ancelotti évite ainsi de courir d’entrée après l’ennemi juré ce qui a coûté beaucoup d’énergie il y a un an. Dans une semaine, les coéquipiers de Benzema concluront la deuxième journée par un déplacement à Grenade, qui l’a également emporté dimanche face à Osasuna (1-2).

0
0