AFP

Derby de Barcelone : Le retour du "Tamudazo", cette peur bleue du Barça

Le retour du "Tamudazo", cette peur bleue du Barça

Le 08/05/2016 à 01:33Mis à jour Le 08/05/2016 à 16:56

LIGA – A deux journées de la fin, la pression est énorme sur les épaules du FC Barcelone qui, contrairement au Real et à l'Atlético, n'a plus que la Liga en ligne de mire. S'il a son destin en main, le Barça ne doit pas se rater dimanche, lors du derby contre l'Espanyol. Pas comme en 2007, lorsque Raul Tamudo était venu ruiner les espoirs de titre du Barça au Camp Nou…

Le Brésil a son Maracanazo. Et même son Mineirazo, depuis la traumatisante demi-finale du Mondial 2014 contre l'Allemagne. Toutes proportions gardées, le FC Barcelone, lui aussi, trimbale sa plaie béante. Son souvenir-cauchemar. Et comme pour la Seleçao, il a un petit nom. Huit lettres. T-A-M-U-D-A-Z-O. Tamudazo, ou le "coup de Tamudo". Raul Tamudo, légende de l'Espanyol, alias l'homme qui a enterré les rêves de titre du Barça lors de la saison 2006/2007. C'était lors du derby. Une 37e journée. Ça ne vous rappelle rien ? D'autant qu'en 2007, le FC Barcelone avait déjà dilapidé une avance substantielle alors que tout le monde lui promettait le titre. Autre point commun avec la campagne actuelle.

Ce 9 juin 2007, les Blaugrana de Frank Rijkaard sont encore en course pour le titre. Ils sont à égalité de points avec le Real, mais les Castillans possèdent une différence de buts particulière préférentielle. Le Barça n'a donc pas son destin en mains, mais il peut encore y croire. A la 89e minute, le Barça mène 2-1 et le Real est mené sur le même score à Saragosse. Tout se joue alors en 20 secondes. Les Merengues arrachent le nul à Saragosse (2-2) grâce à van Nistelrooy, avant que Tamudo n'égalise lui aussi contre le Barça (2-2). Un dénouement si invraisemblable que Ramon Calderon, le président du Real, dira : "Dieu était avec moi."

"On m'appelle de partout"

Une semaine plus tard, le Real sera champion. Si souvent martyrisés lors du derby qui tourne rarement à leur avantage, les Periquitos ont vécu cette page comme un fait de gloire. Seuls Lionel Messi et Andres Iniesta figurent encore dans l'effectif barcelonais, mais neuf ans après, le Barça n'a pas oublié. L'Espanyol non plus, évidemment. La concordance des calendriers, en attendant, peut-être, celle des faits, rappelle à chacun le rôle clé joué par Raul Tamudo à l'époque.

Son téléphone a d'ailleurs beaucoup sonné depuis quelques jours... "On m'appelle de partout, s'est-il amusé dans les colonnes du quotidien As. C'est sympa de constater que les gens n'ont pas oublié cette histoire, même neuf ans après, alors que je suis à la retraite. Ça montre que c'était quelque chose d'important, et pas seulement au niveau catalan."

Meilleur buteur de l'histoire du club (140 buts, toutes compétitions confondues), Raul Tamudo n'est pas seulement un héros aux yeux de l'Espanyol. Lui, le pur catalan (il est né à Santa Coloma de Gramanet, dans la grande banlieue de Barcelone) est aussi devenu, depuis cet épisode, adulé à… Madrid. "Chaque fois que je viens dans la capitale, les gens m'arrêtent et me remercient, assure l'ancien international espagnol. La dernière fois, c'était le week-end dernier. Mais ce soir-là, j'étais juste heureux pour mon équipe, pour les supporters. Je ne m'occupais pas de ce qui se passait entre le Barça et le Real."

L'Espanyol peut-il refaire le coup de 2007 au Camp Nou ?

L'Espanyol peut-il refaire le coup de 2007 au Camp Nou ?AFP

Alba : "Nous n'avons absolument pas peur d'un nouveau Tamudazo"

D'autres s'en chargent pour lui. Comme les supporters de l'Espanyol. Dimanche dernier, le club a effectué un pas déterminant vers le maintien, en s'imposant 1-0 à domicile contre le FC Séville. Un, succès qui a permis à l'autre équipe de Barcelone de se hisser à la 14e place, avec cinq longueurs d'avance sur le premier relégable. Avant d'aller au Camp Nou, c'était une bouffée d'oxygène plus que nécessaire, indispensable. A la fin du match, dans les tribunes, les supporters ont eu vite fait de se tourner vers la prochaine journée et le derby. "Otro Tamudazo, queremos otro Tamudazo" (ndlr : un autre Tamudazo, nous voulons un autre Tamudazo), a entonné en chœur le public du Power8 Stadium.

L'Espanyol peut-il rééditer le coup de 2007 ? "C'est vrai que la situation est comparable aujourd'hui. Et après ce qu'a fait Leicester, pourquoi dire que ce n'est pas possible?, demande Tamudo. C'est un derby. Tout peut arriver. Le Barça est fort, il a beaucoup de qualités, mais l'Espanyol doit encore assurer sa survie. J'espère qu'il prendra au moins un point." Comme en 2007...

Du côté du Barça, on fait mine de ne pas se soucier de ce rappel historique. "Nous ne pouvons pas laisser échapper la Liga. La motivation de la gagner nous suffit", assure Gerard Piqué. "Nous n'avons absolument pas peur d'un nouveau Tamudazo, confirme Jordi Alba. Nous n'avons jamais cru que la Liga était gagnée, et elle sera serrée jusqu'au bout, mais nous sommes maitres de notre destin." C'est vrai, et c'est une immense différence avec 2007. En voici une autre : Raul Tamudo ne sera pas du derby dimanche. Mais ça n'empêchera pas son ombre d'envelopper le Camp Nou sur les coups de 17 heures.

0
0