Des Unes engageantes, des vives critiques à travers des mots forts, une situation de crise non dissimulée. La presse se déchaîne après la véritable déroute subie ce samedi par le Real Madrid face au FC Barcelone, sur son propre terrain (0-4). Ce Clasico détonant fait évidemment les gros titres des journaux espagnols ce dimanche. Le quotidien madrilène AS titre "Goleada al Florentinato", un carton infligé au règne de Florentino Perez, le président de la Maison Blanche. Le Barça a "dansé à Madrid entre les « Florentino démission » " qui sont descendus des tribunes. A l'inverse, il y a eu des applaudissements pour Iniesta, comme il y a dix ans pour Ronaldinho, note AS.
Marca, autre journal basé dans la capitale espagnole, parle d'un "Madrid en ruines". "Le Bernabeu demande des têtes", est-il écrit au centre de la Une. Le Real a "succombé à un Barça dévastateur", "l'équipe se désagrège, personne ne sait comment jouer", soulèvent les journalistes. Pour eux, cela a une conséquence claire, Rafael Benitez est "condamné" et ne tiendra plus très longtemps sur le banc des Merengue. Son président réfléchit au meilleur timing pour s'en séparer, est-il précisé.
Liga
Benitez : "Nous devons tous être responsables"
22/11/2015 À 00:08
Du côté de Barcelone, Mundo Deportivo fait honneur aux quatre réalisations des Catalans avec un "Re-pa-sa-zo" divisé en quatre syllabes. "Un énorme Barça humilie Madrid, le repousse à 6 points et provoque une Pañolada", ce signe de défiance du public madrilène, avec de multiples mouchoirs blancs de sortie dans les tribunes. Pour le Barça, cela été une "symphonie spectaculaire" et une soirée parfaite : "Messi revient, Suarez et Neymar brillent, Iniesta sort ovationné par le Bernabeu". Le Barça de Luis Enrique "a écrit un autre brillant chapitre de l'histoire des Clasicos" pour le quotidien, pas tendre avec le Real, qualifié de "vulgaire, effiloché, loin d'un football structuré, très fané et vieilli".
Pour Sport, le Real est maintenant dans une "crise profonde" après une "autre partie désastreuse des hommes de Rafa Benitez". Le bateau merengue navigue "sans ligne directrice et sans barreur" en Liga, écrit le journal barcelonais, qui affiche un "Vaya Meneo !" sur sa Une. Il parle d'un "grand match, un carton et une humiliation" pour un Madrid "ridicule". Le public de Santiago Bernabeu "rejette son équipe avec une Pañolada et des cris « Florentino démission ! » ".
Cette rencontre au sommet en Espagne fait aussi les gros titres dans les autres pays européens, à commencer par la France. L'Equipe place Luis Suarez et Neymar en Une, après cette "superbe démonstration" d'un "Royal Barcelone". Les Catalans n'ont "même pas besoin de Messi" pour supplanter leur grand rival, l'Argentin étant entré à 3-0. Outre la "crise" dans laquelle "plonge" le Real, L'Equipe revient aussi sur "un hommage émouvant" aux victimes des attentats qui a eu lieu avant la rencontre, avec une Marseillaise et un grand drapeau bleu-blanc-rouge dans les tribunes.
En Italie, le Corriere dello Sport évoque aussi un Real "humilié", alors que la Gazzetta dello Sport a vu un "Barça galactique" et un "Suarez qui a fait du Messi". "Le ciel de Madrid s'est teint de bleu et grenat, s'est glacé un Bernabeu hostile et furieux", est-il écrit. Pour le quotidien italien, "le responsable numéro un du désastre a été Benitez". Selon des indiscrétions provenant de Santiago Bernabeu, Cristiano Ronaldo a même été jusqu'à scander : "C'est Benitez ou moi !" Les prochains jours risquent d'être animés à la Maison Blanche.
Liga
"Iniesta fait partie du patrimoine de l'humanité"
21/11/2015 À 23:24
Liga
L'antisèche : Le Barça a poussé le Real dans le précipice, bien aidé par… Benitez
21/11/2015 À 21:56