Getty Images

Le Real Madrid triomphe sur la pelouse de l'Atlético (1-3) et lui prend la place de dauphin

Un triomphe contre l'Atlético et le Real a fait d'une pierre deux coups

Le 09/02/2019 à 18:14Mis à jour Le 10/02/2019 à 00:08

LIGA - Trois jours après son bon nul au Nou Camp en Coupe du Roi, le Real Madrid a parfaitement bouclé sa folle semaine en allant s'imposer sur la pelouse de l'Atlético (1-3), samedi. Avec ce cinquième succès de rang en championnat, scellé par des buts de Casemiro, Ramos (s.p.) et Bale, contre une réalisation de Griezmann, les Merengue s'emparent de la deuxième place au détriment des Colchoneros.

En 2019, le roi de Madrid est bel et bien le Real. Les Merengue ont effectivement conforté les doutes de leur voisin de l’Atlético en allant s’imposer au Wanda Metropolitano dans le choc de la 23e journée du championnat d'Espagne (1-3). Ils signent là une cinquième victoire de rang en Liga, une série qui leur permet de faire coup double. En plus d’asseoir leur supériorité dans un derby aussi emballant que frustrant et décevant, ils chipent la deuxième place aux Colchoneros au classement. Si certains en doutaient encore, le Real est plus que jamais de retour aux affaires.

Le Real et l’Atlético avaient rendez-vous pour faire parler la poudre au sein du Wanda Metropolitano. Et les supporters auront matière à débattre dans les jours à venir tant il s’est passé plein de choses dans cet affrontement marqué par une accumulation de cartons jaunes (dix en tout). Les 45 premières minutes promettaient pourtant un duel plus plaisant que haché, surtout quand Casemiro a ouvert le score d’une reprise acrobatique bien exécutée (0-1, 16e). Une perte de balle de Vinicius plus tard et Antoine Griezmann égalisait sur un contre éclair, après validation du VAR (1-1, 25e). Le derby était lancé. Et puis les Colchoneros ont perdu le fil.

Le Real passe la cinquième

Il faut dire qu’ils n’ont pas été aidés par l’arbitrage, qui a accordé à tort un penalty à Vinicius, fauché par Raul Jimenez, certes, mais à l’extérieur de la surface. Le VAR l’a confirmé et Sergio Ramos s’est chargé de le transformer en force (1-2, 42e). Après la pause, on a naïvement pensé que les hommes de Diego Simeone réagiraient autrement qu’en durcissant le jeu, multipliant les fautes à la limite pour empêcher des Merengue passés très tôt en mode gestion en prenant soin du ballon grâce à leur supériorité technique. Même si le VAR a privé Alvaro Morata d’un bel enchaînement contrôle-lob pour ce qui aurait constitué une deuxième égalisation (54e).

Malgré des duels âpres, Karim Benzema et ses coéquipiers ont tenu bon jusqu’à se mettre à l’abri par l’intermédiaire de Gareth Bale, qui s’est rappelé aux bons souvenirs des fans de Tottenham sur un bon service de Luka Modric (1-3). Remplaçant au coup d’envoi, le Gallois a inscrit son 100e but avec le Real, et le 101e était tout proche à la réception d’un centre de Benzema.

Peu en vue offensivement et réduit à dix après l’expulsion logique de Thomas Partey (80e), les Colchoneros doivent s’incliner, eux qui traversent une bien mauvaise passe au regard de ce deuxième revers de suite en championnat et de l’élimination précoce en Coupe du Roi. Cette défaite face au voisin honni aura d’autant plus un goût amer qu’elle les destitue du costume du dauphin du FC Barcelone. Pour Diego Simeone, il va falloir trouver des solutions.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0