Pas de faux pas pour le Real Madrid. Après une première période équilibrée, voire compliquée, les joueurs de Zinedine Zidane se sont brillamment imposés (2-0) face à Majorque au stade Alfredo Di Stefano. Les Merengue n’ont jamais douté et ont fini par faire la différence grâce à Vinicius et Sergio Ramos. Au lendemain du succès de Barcelone devant Bilbao (1-0), ils en profitent pour reprendre la tête de la Liga, grâce à une meilleure différence de but particulière que les Catalans.

Serie A
14 cas de Covid au Genoa, Baldé également positif à la Sampdoria avant son transfert
HIER À 21:25

En choisissant d’aligner un 4-2-3-1 avec Bale, Hazard et Vinicus en soutien de Benzema, Zidane avait lancé les bases d’une rencontre destinée à être sous le signe de l’offensive. Du moins, cela aura été le cas au cours d’une première période magnifiée par une formation de Majorque certes 18e de Liga mais qui n’aura jamais renié sa volonté de jouer. Emmenés par un Kubo virvoltant face à son club (il est prêté par le Real), les joueurs de Vicente Moreno ont posé des souci aux Madrilènes. Mais, à l’exception de la frappe lointaine de Baba détourné par Courtois (10e), ils n’ont jamais été dangereux. Tout le contraire du Real.

Ramos, heureux puis buteur

Dans le sillage d’un Vinicius intenable et dont la relation avec Mendy a fait des misères à Pozo, Madrid avait tout de suite mis Reina à l’ouvrage, le portier majorquin s’interposant avec brio devant Benzema puis Bale (7e). Mais c’est bien de Vinicus qu’est venu la solution. Après avoir gâché une première occasion (15e), le Brésilien a parfaitement piqué son ballon par-dessus Reina (19e) pour libérer le Real. Et fortement frustrer Majorque, Carvajal commettant sans doute une faute au départ de l’action. Ce but a symbolisé une première période où le Real aurait pu se mettre à l’abri si Vinicius - encore lui – n’avait pas trouvé la barre (24e) mais où, surtout, Madrid aurait pu se retrouver à dix si Ramos, déjà averti, avait reçu le carton que son main dans le visage méritait (42e). Une sanction à laquelle il a encore échappé après la pause, pour une faute grossière (49e).

Sergio Ramos

Crédit: Getty Images

Comme souvent dans ce genre de situations, le joueur qui échappe à la correctionnelle finit par se montrer décisif. D’un sublime coup franc en pleine lucarne (56e), Sergio Ramos a signé son 8e but de la saison en championnat (deuxième meilleur buteur du club !) et mis définitivement le Real à l’abri. Malgré les occasions de Budimir (59e) et Kubo (63e) et l’entrée du jeu de Luka Romero, devenu ainsi le plus jeune joueur de l’histoire de la Liga à 15 ans et 219 jours, Majorque ne s’en relèvera pas, resté scotché à la 18e place du championnat. Parfaitement de gestion en fin de rencontre, tant techniquement qu’au niveau du temps de jeu, le Real remporte sa 20e victoire de la saison en Liga et reprend la tête au Barça. A sept journées de la fin, rien n’est fait mais les Madrilènes ont toujours leur destin en main.

Liga
Avec le Real, le VAR fait (toujours) polémique
27/09/2020 À 10:09
Liga
Ça n'a pas été simple, mais le Real est lancé
26/09/2020 À 20:57