La chasse est rouverte. Facile vainqueur d’Eibar (3-1), le Real Madrid a repris sa course derrière le FC Barcelone, vainqueur de Majorque samedi (4-0), en revenant à deux petits points de son grand rival. Pourtant rouillés, les joueurs de Zinédine Zidane ont réussi à faire la différence lors de chacune de leurs trois premières actions grâce à des buts de Toni Kroos (4e), Sergio Ramos (30e) et Marcelo (37e) avant de marquer le pas en seconde période, encaissant même la réduction du score de Ribo Gibas à l’heure de jeu. Prochaine étape pour les Merengues jeudi, face à Valence.

Serie A
14 cas de Covid au Genoa, Baldé également positif à la Sampdoria avant son transfert
IL Y A UN JOUR

Une rentrée de rêve

Et cette reprise dans la position du chasseur n’aurait pas pu mieux commencer pour les Merengue. Sur la première incursion du Real dans le camp adverse, Karim Benzema a mené son équipe sur les meilleurs rails. Après un dribble pour se débarrasser de Correa, l’attaquant français a décidé de décaler Toni Kroos en retrait. L’international allemand n’a pas hésité pour fusiller Dmitrovic d’une frappe sans contrôle pour trouver la lucarne opposée et ouvrir le score dès la 4e minute de jeu.

On aurait alors pu croire à un déferlement d’attaques du Real Madrid pour tenter confirmer la victoire au plus vite. Mais au lieu de cela, le jeu madrilène est apparu totalement rouillé, les hommes de Zinédine Zidane se montrant incapables de porter le moindre danger. Jusqu’à la demi-heure de jeu. A l’origine d’une contre-attaque éclair, Karim Benzema a parfaitement réussi à trouver Eden Hazard lancé sur l’aile droite. L’attaquant belge, plein de lucidité pour son grand retour après avoir été opéré d'un péroné, a éliminé Dmitrovic en servant Sergio Ramos pour offrir le but du break à son capitaine espagnol, qui n’avait plus qu’à pousser le ballon au fond des filets (30e, 2-0) et rejoindre Ronald Koeman en devenant le 2e défenseur à inscrire le plus de buts en Liga (67).

Dans la foulée, Marcelo a profité de ce coup de massue pour récupérer un ballon boxé dans l’axe par Dmitrovic sur une frappe d’Eden Hazard en décochant une demi-volée obligeant le gardien serbe a récupérer une troisième fois le ballon au fond de ses filets (37e, 3-0) avant de prendre quinze minutes de pause bien méritées.

Manque de rythme

Au retour des vestiaires, le Real est apparu complètement hors de forme. Tout le contraire d’Eibar. D’une longue frappe des 20 mètres, Exposito a obligé Courtois à la parade (49e) avant de réitérer quelques minutes plus tard (57e). Voyant le vent tourner, les joueurs de Mendilibar ont continué à appuyer, jusqu’à réduire l’écart sur une frappe de De Blasis détournée du dos par Rigo Bigas (60e, 3-1).

Les entrées simultanées de Gareth Bale, Vinicius Junior et Diego Militao n’ont rien changé à la dynamique : Pedro Leon a profité d’une énième mésentente madrilène pour mettre à nouveau Courtois à contribution (69e). Puis, tout est rentré dans l’ordre, notamment à cause du manque de rythme des 22 acteurs, pour le plus grand bonheur de Zinédine Zidane. Pour sa 200e sur le banc de la Maison Blanche, l’entraîneur français aurait tout de même difficilement pu rêver mieux : une 134e victoire, synonyme de trois nouveaux points, et d’espoir entretenu dans la quête de son deuxième titre de champion d’Espagne.

Liga
Avec le Real, le VAR fait (toujours) polémique
27/09/2020 À 10:09
Liga
Ça n'a pas été simple, mais le Real est lancé
26/09/2020 À 20:57