Grâce à un doublé de Raphaël Varane, le Real Madrid est parvenu à s'extirper du traquenard tendu par la lanterne rouge Huesca (1-2). En voyage dans les terres aragonaises, les hommes de Zinédine Zidane ont effectué une première période très soporifique, puis se sont fait peur à l'entrée du deuxième acte. Heureusement pour la maison blanche, Varane s'est enfin montré décisif sans son capitaine Sergio Ramos à ses côtés et a permis aux Madrilènes de récupérer le statut de dauphin de l'Atlético, à maintenant sept unités du leader. Ce n'était pas impressionnant, mais les trois points sont acquis.
Il faut bien dire que sous une pluie battante dans le stade d'El Alcoraz, il était beaucoup plus difficile pour les vingt-deux joueurs d'établir des phases de jeu collectives et esthétiques. Cette mauvaise météo n'a pas déplu à Huesca, parfois dangereux à l'image de son avant-centre Rafa Mir. Cependant, la seule véritable frappe cadrée dans la première période a été l'œuvre de Karim Benzema, obligeant Alvaro Fernandez à une parade à ras de terre. Mais Huesca n'a pas dit son dernier mot pour autant : en cinq minutes après le retour des vestiaires, les Oscenses ont mis le feu dans la défense du Real, occasionnant deux barres transversales (46e, 49e) et un but extraordinaire de Javi Galan d'une frappe surpuissante en pleine lucarne (48e, 1-0).
Liga
Piqué, admiratif mais pas craintif : "Benzema est à un très haut niveau… ça va être amusant"
IL Y A UNE HEURE

Et Varane a sauvé le Real Madrid

Alors ? Alors le Real Madrid est sorti de sa sieste grâce à deux français : sur coup franc, Benzema trouve la barre transversale mais Varane a bien suivi pour remettre les deux équipes à égalité (55e, 1-1). Si Benzema n'a pas trouvé la faille malgré de nouvelles occasions de but flagrantes (64e, 77e), c'est en partie dû au récital d'Alvaro Fernandez dans sa cage, auteur de huit arrêts dans la rencontre. De son côté, Thibaut Courtois n'a pas été en reste devant Rafa Mir, toujours dangereux de la tête (72e). Mais le héros du soir devait être Varane : à l'affût d'une tête de Casemiro repoussée par Fernandez, le champion du monde 2018 pousse le ballon dans les filets et offre la victoire à ce Real parfois poussif (84e, 1-2). Sans réellement briller, le Real peut au moins se satisfaire du résultat.
Liga
Gare au trompe-l'œil : Le Barça ne va pas si mal, le Real ne va pas si bien
IL Y A 10 HEURES
Liga
Carnage en transition : comment Hazard peut se muer en facteur X du Clasico ?
HIER À 10:41