34 petites minutes ! Mais 34 minutes peuvent suffire pour mettre l'eau à la bouche des supporters madrilènes. Et rappeler à tout le monde tout son talent. Eduardo Camavinga est comme ça. Il n'aime pas prendre son temps pour mettre les pendules à l'heure. Jusqu'à présent, son arrivée au Real Madrid ressemble ainsi à un rêve éveillé. Lancé en cours de match à deux reprises - le weekend dernier face au Celta Vigo (5-2) puis en Ligue des champions mercredi contre l'Inter (0-1) -, l'ancien Rennais a été décisif à chaque fois, avec un but puis une passe décisive. "Le gamin est prêt !", a résumé Marca, qui a fait sa Une sur lui ce vendredi.
Cette entrée en matière tonitruante dans un club du prestige du Real Madrid peut surprendre. Car la saison passée, Eduardo Camavinga a connu un exercice plus compliqué après ses premières sélections en équipe de France (ndlr : 3 entre septembre et octobre 2020). On a même parfois eu du mal à reconnaître le gamin rafraîchissant qui changeait la physionomie des rencontres du Stade Rennais par sa simplicité, sa vision du jeu et son activité. Et quelques semaines plus tard, le voilà qui flambe au Real où il vient de signer juste avant la fin du mercato pour 31 millions d'euros (+ 9 M bonus).
Transferts
Les 6 infos mercato de lundi
19/09/2022 À 09:13
L'année dernière, il a validé tout le cursus du joueur qui doit passer des jeunes aux pros…
Etonnant ? Pas pour Mathieu Le Scornet, qui l'a déniché pour le Stade Rennais à Fougères à 10 ans avant de participer à sa formation au sein du club breton. "Quand il est en confiance, ses qualités ressortent notamment quand il y a une notion de challenge. Car c'est un garçon qui fonctionne aux challenges", nous confie l'adjoint de Julien Stephan à Strasbourg. Et en rejoignant l'un des plus grands clubs du monde, le milieu de terrain gaucher s'est offert un défi est la hauteur de son potentiel immense.
D'ailleurs, sa baisse de régime de 2021 n'était pas forcément inquiétante. On a tendance à l'oublier tant Camavinga peut donner l'impression de dominer son sujet. Mais c'est encore un gamin de 18 ans ! "L'année dernière, il a validé tout le cursus du joueur qui doit passer des jeunes aux pros et doit être performant immédiatement. (…) Il peut alors y avoir un petit relâchement, encore plus quand on a 17 ans. Il a peut-être pu être moins exigeant avec lui-même. Mais quand on a les qualités…", résume Mathieu Le Scornet.
On parle de 9 et demi. Lui, c'est un 8 plus
Des qualités, l'international français en a de multiples. Footballistiques bien sûr. Mais aussi mentales. "Ce qui est bluffant chez lui, c'est que l'on voit un joueur qui est déjà fort. Qui cherche à faire la différence soit par la passe, soit par le dribble. Mais quand on discute avec lui, on s'aperçoit qu'il ne se sent pas encore assez fort. Et donc qu'il met en place une stratégie liée au travail pour progresser. Il a une vraie soif d'apprendre", salue Mathieu Le Scornet. C'est évidemment l'une des clefs de sa réussite.
Et au Real Madrid où Carlo Ancelotti a demandé de la "patience" avec l'ancien Rouge et Noir, Camavinga a peut-être trouvé le contexte idéal pour lui permettre de continuer sa progression. L'exigence au quotidien, l'obligation de résultats et le niveau des joueurs qui l'entourent désormais devraient l'aider à passer de nouveaux caps. "L'expérience qu'il va acquérir avec Casemiro, Modric ou Kroos", salive déjà Mathieu Le Scornet.
S'il a brillé pour ses premiers pas avec la tunique blanche sur le dos, Camavinga sait de toute manière qu'il n'est pas encore arrivé. Il a encore de nombreux caps à franchir. Notamment pour essayer de gagner des galons de titulaire. Après, il faudra s'imposer dans la durée. Pour devenir le joueur abouti qu'il peut être. Celui qui fait saliver de nombreux techniciens. Reste à savoir à quel poste exactement ? "C'est un 8 plus ! On parle de 9 et demi. Lui, c'est un 8 plus. Ou 8 et demi si vous voulez", conclut l'adjoint de Stephan. "Quand il est très fort, c'est quand il part de derrière. L'action type, c'est ce qui s'est passé mercredi. Ça, c'est lui". Et les socios du Real sont en train de le découvrir. Avec un certain plaisir.

Grand club mais petite équipe : Le Barça a-t-il touché le fond ?

Liga
Une victoire dans le derby, et le Real poursuit son début de saison parfait
18/09/2022 À 20:57
Liga
16-0 : Le Real se transforme en machine à la mi-temps
17/09/2022 À 21:50