AFP

Ligue 1 - Le titre de champion d'automne est anecdotique, la troisième place du PSG ne l'est pas

Le titre de champion d'automne est anecdotique, la troisième place du PSG ne l'est pas

Le 22/12/2014 à 00:34Mis à jour Le 22/12/2014 à 15:11

Troisième du championnat à l’issue des matches aller, le PSG voit l'OM s'arroger le titre de champion d’automne. Une contre-performance lourde de sens pour le club parisien. Depuis le rachat du club par QSI, c’est la première fois que Paris n’est pas leader à la trêve. 

Ce devait être une formalité. Pour la première fois sous l’ère qatarie, le PSG allait tout écraser sur son passage, et ôter à la Ligue 1 toute velléité de suspense. Avant même la phase retour. Il n’y avait plus l’excuse de la nouveauté, il n’y avait plus l’armada monégasque, bref, il n’y avait plus grand-chose pour barrer l’autoroute parisienne. Mais le football a décidément bien du mal avec les prédictions. Au terme de la phase aller, c’est l’Olympique de Marseille qui domine la Ligue 1, avec deux points d'avance sur... Lyon et trois sur le Paris Saint-Germain. 

Van der Wiel (PSG), contre Montpellier

Van der Wiel (PSG), contre MontpellierEurosport

Inutile de surévaluer l’importance de ce titre de champion d’automne. C’est un titre purement honorifique, voire anecdotique. Hormis pour ceux qui le gagnent. Mais dans le cas parisien, cette troisième place à mi-parcours a du sens. Pas le bon. C’est celui de la marche arrière. Elle est révélatrice des difficultés parisiennes en termes de jeu, de confiance, de management. Trois ans après l’investissement de centaines de millions d’euros dans le club, Paris est incapable de surclasser un championnat largement à sa portée. Avec 38 points, le PSG n’est pas largué mais n’est pas franchement dans les temps de passage espérés.

Les temps de passage du PSG sous QSI

Saison Classement à la fin des matches aller Classement final
2011/2012 1er, 40 pts 2e, 79 pts
2012/2013 1er, 38 pts 1er, 83 pts
2013/2014 1er, 44 pts 1er, 89 pts
2014/2015 3e, 38 pts ?

Le PSG n’a jamais été champion sans être champion d’automne

Quand il jette un œil sur son histoire, le PSG n’a pas de quoi être franchement rassuré par cette déconvenue hivernale. A chaque fois qu’il a remporté le championnat, le club de la capitale a été champion d’automne en décembre. En 1985/1986, en 1993/1994, en 2012/2013 et en 2013/2014, le PSG finissait aussi bien l’année civile que la saison sur la plus haute marche du podium.

Mais l’équation n’est évidemment pas aussi simple. Finir premier à la fin des matches aller n’apporte pas franchement de garanties sur un éventuel titre de champion. En dix ans, le champion d’automne fut sept fois le champion tout court. Ce qui fait trois "surprises", suffisant pour éviter d’ériger toute règle absolue. En 2009/2010, l’OM (2e en décembre) avait profité de l’écroulement de Bordeaux pour remporter le championnat.

En 2011/2012, c’est le PSG qui, premier à la trêve, s’était fait coiffer sur le poteau par Montpellier. Le mano a mano d'alors s'apparente désormais à une lutte à trois avec ce surprenant OL intercalé. Au-delà du "titre" décroché par l’OM, le plus important réside dans les trois points qui séparent le club phocéen et le PSG et dans le fait que deux équipes bouchent la voie supposée royale des Parisiens. Cela fait plus de sens. Et ce n'est pas celui de l’histoire.

0
0