Il avait pourtant fait circuler la consigne à la presse. Il ne voulait pas revenir sur cet épisode face à Sochaux (3-2), sur ces deux penalties sifflés contre lui, qui, selon son entraîneur Guy Lacombe, l'avait "meurtri". Mais le taulier de l'arrière garde parisienne, au look de routard, la barbe toujours négligemment délaissée, n'a pas pu tenir. "Moi, j'ai vu les images, je n'ai rien à me reprocher sur les deux penalties", a assuré mercredi l'international colombien, afin de briser un silence qui commençait à peser. La démarche n'est pas anodine. Il fallait faire passer un message à quelques jours du derby face à Marseille: il n'est pas le "voyou" des surfaces que certains ont voulu dépeindre.
Car il a certainement dû lire les journaux après ce match maudit pour lui à Sochaux. Il a du lire cette histoire de DVD que les arbitres ont étudié avant la saison pour pointer du doigt ces anciens gestes qui devaient être éradiqués, ces tirages de maillot intempestifs. "C'est vrai, sur ce DVD, on voit 10 actions, et 8 sont avec Mario", a assuré une source parisienne. Une preuve que les arbitres l'ont dans le collimateur ? "Il n'y a pas d'équipes ni de joueurs ciblés. On fait un arbitrage sans a priori, sans préjugés", a assuré Marc Batta, le directeur technique de l'arbitrage.
"Il va avoir peur"
Ligue 1
Salah, Lukaku, Darwin… Si Mbappé s'en va, qui pour le remplacer ?
IL Y A 7 HEURES
Mais le Paris SG n'en démord pas. "Inadmissible" , a encore répété le président du Paris SG, Alain Cayzac, jeudi. "Le monde du football rigole", a encore appuyé Guy Lacombe mercredi. En clair, une fois ça va, mais pas deux. "Que les arbitres sifflent les fautes dans la surface, on est tous d'accord, mais là, ils se sont trompés", a expliqué Guy Lacombe. Toujours est-il que lors du match face à Marseille, même si le joueur a assuré que ce qui s'était passé ne "changerait pas" sa manière de défendre car, selon lui, il ne fait "pas beaucoup de fautes dans un match" , on voit mal comment il pourrait éviter de ressentir une certaine appréhension. "Je veux réhabiliter Mario parce que maintenant, il va avoir peur dans les surfaces de réparation" , craint Guy Lacombe.
Il y en a un en tout cas dont chaque geste sera certainement aussi étudié que ceux du Colombien, c'est l'arbitre de la rencontre de dimanche face à Marseille, Stéphane Bré. " C'est vrai que ce qui s'est passé va placer l'arbitre dans une position délicate. Soit il continue dans la logique adoptée, et là, il sait que s'il siffle penalty contre Mario, la polémique va repartir. Et si jamais il siffle penalty contre l'OM, on criera à la compensation", estime une source parisienne. Pas évident en effet, surtout dans un match aussi attendu. En tout cas, Yepes, contrairement à Guy Lacombe -toujours aussi bouillant-, a préféré dégonfler le tout.
"Je n'en veux à personne. C'est la décision de l'arbitre, il faut la respecter", a-t-il assuré. Quant aux dommages collatéraux sur la confiance du joueur que Lacombe a cru apercevoir, ses coéquipiers ne doutent pas un instant qu'il n'en sera rien. "C'est mal le connaître", assure le défenseur Sammy Traoré. Un mal pour un bien, cette affaire a plus occupé les esprits que la première mi-temps désastreuse des Parisiens à Sochaux.
Ligue 1
"Cela ne va plus tarder" : Mbappé promet un verdict "avant" l'équipe de France
HIER À 13:14
Ligue 1
Mbappé, dénouement imminent : "Mon choix est quasiment fait"
15/05/2022 À 21:12