Des Verts déjà mûrs ?

Des Verts déjà mûrs ?
Par Eurosport

Le 14/08/2007 à 13:00Mis à jour

Auteur d'une prestation solide samedi face à Valenciennes (3-1), l'AS Saint-Etienne a réussi sa première sortie à Geoffroy-Guichard. Les Verts s'appuient avant tout sur une animation offensive aussi séduisante qu'efficace. Reste l'arrière-garde qui n'affi

Depuis la saison 2000-2001, Saint-Etienne n'avait pas connu pareille entame. Une victoire face à Valenciennes (3-1), un nul à Monaco (1-1), une quatrième place provisoire et un jeu enthousiasmant : souci de la relance propre, jeu de passes court et rapide, une projection rapide vers l'avant, une animation offensive efficace. Laurent Roussey peut savourer sa grande première à Geoffroy-Guichard comme entraîneur : "Débuter à domicile par une victoire devant 30000 spectateurs, c'était notre souhait. Je suis satisfait. Face à Monaco, nous avions bien joué mais j'avais dit que seul le réalisme comptait. Nous allons donc nous satisfaire de ce résultat positif. L'ensemble du groupe est à féliciter. Il adhère et prend du plaisir." Les recrues sont bien intégrées au collectif stéphanois. En témoigne la passe décisive de Payet pour Gomis ou la grosse activité de l'ancien Troyen Blaise Matuidi. Deux gros talents, deux belles affaires qui devraient amener une plus-value au onze titulaire.

Et les anciens bannis ont refait surface. Bafé Gomis, qui a ouvert le score sur un lob plein de sang-froid, a usé la défense valenciennoise par sa puissance et son gros volume de jeu. Très disponible, le Franco-Sénégalais s'est réconcilié avec le public stéphanois. Il préfère toutefois retenir ses insuffisances du moment : "Personnellement, j'ai encore les jambes un peu lourdes. Je dois encore faire des progrès dans mon jeu. L'équipe a de la qualité et une grosse marge de progression. Nous sommes une équipe jeune qui aime jouer et qui en veut, à l'image de notre coach. Nous avons encore vu, ce soir, un super Feindouno."

La défense, talon d'Achille

Pourtant les Stéphanois ont connu trop de déconvenues ces dernières saisons pour s'enflammer plus que de raison. Et si l'euphorie guette, Janot, le seul cadre de l'an dernier à être resté, sait calmer un enthousiasme trop précoce : "Nous avons montré un visage conquérant. Tout n'est pas encore parfait car nous sommes une équipe jeune qui commet des erreurs. Nous sommes satisfaits de notre performance mais nous ne nous enflammons pas. " Certes, malgré les nombreux changements, Saint-Etienne semble repartir avec les mêmes atouts. Mais aussi avec les mêmes carences. Troisième meilleure attaque lors de l'exercice précédent, l'ASSE présentait également la troisième plus mauvaise défense. Une perméabilité qui reste d'actualité.

Le jeu des Verts est tourné vers l'avant. Revers de la médaille, ils ont tendance à s'exposer : "Je souhaite que l'équipe soit joueuse mais qu'elle garde les sécurités nécessaires ", prévient Roussey. Le but valenciennois stigmatise cette prise de risques parfois inconsidérée. Une relance hasardeuse de Nivaldo dans l'axe, un corner concédé et une tête puissante d'Audel. Des erreurs sans conséquence samedi dernier, face à une formation valenciennoise sans inspiration. Ce genre d'absence pourrait néanmoins, dans l'avenir, coûter des points. L'arrière-garde ligérienne se doit de rectifier le tir le plus rapidement possible d'autant que le calendrier ne lui laissera pas le temps de tâtonner. Rennes, Bordeaux et Lyon se profilent. Fin août, l'ASSE en saura un peu plus sur son vrai potentiel. Ce sera l'heure de la confirmation ou des espoirs déçus.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0