Comme attendu, la semaine a été plutôt agitée du côté du Camp des Loges. Le revers subi au Parc face à Caen (0-1) samedi dernier et la place de relégable occupée par le PSG n'ont pas été sans conséquences. Dès lundi, les supporters s'étaient déplacés au Camp des Loges pour manifester un mécontentement déjà bien palpable durant la rencontre. Ils ont pu dialoguer avec Alain Cayzac. Pour réaffirmer leur soutien au président du PSG et à l'ensemble du club, mais aussi pour adresser quelques revendications. Parmi celles-ci, le retour dans le groupe de Marcelo Gallardo. Il faut croire que leur voix a été entendue. Après plus de deux mois de mise à l'écart, le meneur argentin fait en effet son retour dans le groupe pour le déplacement à Auxerre.
Paul Le Guen n'est pourtant pas du genre à céder à la pression populaire. Et il n'a probablement pas changé son fusil d'épaule en une semaine. Le Breton a ses idées, sa conception du jeu et son analyse du problème parisien. Face à Caen, son équipe a largement dominé la rencontre. Mais elle n'a cadré que cinq fois sur la grosse vingtaine de tirs tentés. Un taux de réussite trop faible que la maladresse de ses attaquants n'explique qu'en partie. Le PSG a aussi du mal à trouver de bonnes positions de frappe.
Plus que la pression populaire, c'est peut-être ce qui a poussé Le Guen à rappeler Gallardo, le seul joueur créatif de son effectif avec Jérôme Rothen. Il est cependant difficile d'imaginer qu'il soit titulaire à l'Abbé-Deschamps. "El Muñeco" n'a en effet plus foulé une pelouse de Ligue 1 depuis plus de deux mois. Et encore, il n'avait disputé que les 20 dernières minutes de la rencontre face à Bordeaux au Parc des Princes. Il faut remonter au mois d'août pour retrouver la trace de sa dernière titularisation. C'était face à Lille, toujours au Parc, pour ce qui reste à ce jour la seule apparition dans le onze de départ de l'Argentin en Ligue 1 cette saison. Pour un joueur qui compte 44 sélections (et 14 buts) avec l'Albiceleste, le bilan est maigre.
Copa Libertadores
21 joueurs touchés par le Covid, un gardien de fortune : l'incroyable exploit de River Plate
20/05/2021 À 09:36
Un peu surpris
Et la situation a été difficile à supporter. "C'est dur. Je ne suis pas habitué à rester chez moi le week-end et à regarder les matches à la télévision. C'est la première fois que ça m'arrive. Je suis sceptique", a reconnu Gallardo. "Il (Le Guen, ndlr) m'a expliqué un petit peu pourquoi. Il m'a dit que je n'étais pas bon. Mais j'ai continué à travailler, à m'entraîner. Mais j'ai toujours été le même, toujours pareil. Ça me surprend un petit peu (de réintégrer le groupe, ndlr), mais c'est bien", a-t-il ajouté.
S'il se sait attendu, l'Argentin ne s'enflamme pas pour autant. D'autant plus qu'il était déjà annoncé comme le messie à son arrivée à Paris en janvier dernier. "Ça me fait plaisir de voir le public me réclamer (...) Je suis prêt, j'ai envie, je veux que l'équipe gagne, je n'ai pas de regrets d'être venu à Paris mais dans le foot actuel ce n'est pas un homme qui peut tout changer", rappelle Gallardo. Avec d'autant plus d'instance qu'il n'a aucune garantie d'être titulaire. Mais figurer dans le groupe est déjà une grosse satisfaction pour lui. Quitte à manquer de rythme s'il joue. "C'est mon métier ça. C'est vrai que ce n'est pas facile de s'exprimer en si peu de temps, mais ça... c'est pas mal. Un peu de soleil c'est pas mal", conclut-il. Paris aussi en aurait besoin.
Football
Comment Gallardo, élève de Bielsa, est devenu l'entraîneur à la mode en Argentine
23/10/2014 À 08:22
Ligue 1
Mbappé : "C’est le projet du club, pas mon projet"
24/06/2022 À 19:34