River Plate est un club iconique et l'a encore prouvé dans la nuit de mercredi à jeudi. Pas épargné par le coronavirus qui a touché pas moins de 21 joueurs de son effectif et notamment ses quatre gardiens, le club de Buenos Aires s'est présenté très, très amoindri face aux Colombiens de Santa Fe, lors de la cinquième journée en phase de groupes de Copa Libertadores.
Et Marcelo Gallardo, le technicien de El Millonario, a dû rivaliser d'ingéniosité pour faire son onze de départ ce mercredi. Après avoir vu la CONMEBOL (ndlr, la Confédération sud-américaine de football) lui refuser l'ajout de ses cinquième et sixième gardiens, l'ancien Monégasque a dû faire avec les onze joueurs qu'il avait à disposition. Surtout, il n'a eu d'autre choix que d'aligner le milieu de terrain international argentin Enzo Pérez (35 ans) et 1,77m à peine, dans les buts. Cerise sur le gâteau : l'ex-Valencian était blessé aux ischios-jambiers !
Football
Comment Gallardo, élève de Bielsa, est devenu l'entraîneur à la mode en Argentine
23/10/2014 À 08:22
Mais il en fallait visiblement plus pour faire tomber le géant de Buenos Aires. Au Monumental, la Banda Roja a d'abord créé la sensation en inscrivant deux buts après six minutes de jeu. Avant que la "magie Pérez" n'opère. Pourtant, Santa Fe a poussé avec 22 tirs dont sept cadrés. Mais grâce aux performances de son gardien de fortune, River a tenu bon et ce, malgré la réduction du score colombienne à un quart d'heure du terme (2-1). Un succès qui porte indéniablement le sceau d'Enzo Pérez, rassurant pour ses coéquipiers et décisif à quatre reprises. Mieux que tous les gardiens de River cette saison !

Enzo Pérez, "le choix numéro un"

Pour Marcelo Gallardo, cette victoire, qui rapproche encore un peu plus le club des huitièmes de finale, a été plus que savourée. "Cela restera indéniablement marqué au fer rouge. Les joueurs ont tout donné, ils se sont aidés, ils ont joué pour beaucoup de gens qui ne croyaient pas vraiment en eux. Nous avons su saisir nos opportunités aux bons moments avant de défendre le résultat avec courage et cœur", a lâché l'Argentin au quotidien Olé.
Avant de saluer son héros du soir. "Enzo Pérez a toujours été le choix numéro un dans les buts. Nous n’étions que onze, il était blessé et j’avais besoin de jambes pour tout le match. C’est ma responsabilité, mais la décision a été commune et il l’a assumée avec beaucoup de vaillance."
Après Mamadou Sakho avec le PSG contre Lorient, Ulrich Le Pen avec Lorient contre Valenciennes, Mladen Petrić avec Bâle face à Nancy ou encore John O'Shea avec Manchester United, Enzo Pérez est rentré dans le cercle très fermé de ces joueurs de champ à avoir enfilé les gants en match officiel. Elu homme du match, l'ancien joueur de Benfica risque de se souvenir longtemps de cette folle soirée. El más grande, comme on dit à River Plate...
Ligue 1
Gallardo revoit le jour
08/12/2007 À 03:00
Copa Libertadores
Vingt cas de coronavirus et sans gardien : River Plate pourrait débuter un match... à dix
19/05/2021 À 15:46