BORDEAUX - VALENCIENNES : 2-1
Buts : Chamakh (35e) et Cavenaghi (47e) pour Bordeaux, Pujol (42e) pour Valenciennes.
Ça doit être ça, le réalisme. Marquer deux buts sur deux demi-occasions. Puis faire le dos rond lorsqu'un adversaire plus faible sur le papier pousse pour arracher un point vital. La leçon girondine est cruelle pour Valenciennes. Elle illustre l'écart qui sépare une équipe de Ligue des champions à une autre qui lutte pour survivre en L1. A quatre jours de jouer son avenir européen sur la pelouse de l'AS Rome, Bordeaux a donc empoché une précieuse victoire vendredi soir, en match avancé de la 17e journée de Championnat. Ce succès a beau être étriqué, il a beau avoir été acquis contre le cours du jeu, il offre la troisième place - provisoire - aux hommes de Laurent Blanc. En marquant un petit but de plus, ils auraient même chipé la deuxième au Stade Rennais. Mais après quatre matches sans gagner, l'essentiel était ailleurs.
Grâce au jour de repos supplémentaire offert par la LFP, l'entraîneur des Marine et Blanc a pu aligner une équipe somme toute classique, où seul Abdou Traoré faisait office d'invité surprise. Dans leur 4-4-2 en losange fétiche, avec un Gourcuff à la baguette en soutien du duo Chamakh-Cavenaghi, la formation girondine avait donc toutes les armes offensives pour faire plier la lanterne rouge. Sans complexe, très entreprenante, c'est pourtant la bande à Antoine Kombouaré qui dominé les débats durant la première demi-heure. Elle aurait même dû ouvrir la marque si Pujol, bien servi par Audel, n'avait pas trouvé Valverde sur sa route (24e).
Ligue 1
Monaco se promène à Bordeaux et se rapproche du trône
18/04/2021 À 16:56
Bisevac sort, Valenciennes craque
Et Bordeaux, alors ? Pris à la gorge par des Nordistes ultra-agressifs, les coéquipiers d'Alou Diarra ont subi, subi, subi... Jusqu'à trouver la faille sur leur première véritable occasion : trop occupés à contester une faute peu évidente de Saez au milieu de terrain, les Valenciennois regardent Jurietti lancer Wendel dans leur dos. Le Brésilien déborde sur le flanc gauche et adresse un caviar pour Chamakh, dont la tête plongeante fait mouche (1-0, 35e). Au lieu d'abdiquer, le VAFC réagit dans la foulée. L'action a un air de déjà-vu : Audel pour Pujol, frappe croisée de l'ancien Nantais. Cette fois, Valverde n'a pas la main ferme. Et le ballon termine lentement sa course dans les filets bordelais (1-1, 42e).
Remarquablement organisé autour d'une défense à cinq, Valenciennes va perdre Bisevac juste avant la pause. La sortie du Serbe sur blessure oblige Kombouaré à repenser son schéma tactique, à trouver de nouveaux automatismes. Dès le retour des vestiaires, les Marine et Blanc profitent d'une approximation défensive. Il y a deux semaines, Pancho Abardonado avait offert le premier but sochalien sur un plateau (2-2). Cette fois, l'ancien Marseillais remet malgré lui un coup franc de Gourcuff pour l'inévitable Cavenaghi. Seul aux 6 mètres, le serial-buteur argentin ne tremble pas devant Penneteau (2-1, 47e). Sa 9e réalisation en fait l'attaquant le plus prolifique de l'Hexagone, au même titre que Karim Benzema. Sur une sortie hasardeuse de Valverde, Rafael Schmitz croit offrir un bon point après celui glané à Lyon la semaine passée (0-0). Mais la tête du Brésilien heurte le poteau (59e). Ca doit être ça, le réalisme.
LA DECLA : Antoine Kombouaré (entraîneur de Valenciennes)
"C'est plus que des regrets, c'est une énorme déception sur le plan comptable. Très honnêtement, il y avait la place pour ramener au moins un point, si ce n'est pas plus. Mais je suis très fier de ce qu'on montrait les garçons, ils ont été énormes. Offensivement, il ne manque pas grand chose et les deux buts qu'on prend sont à l'image de ce que l'on vit actuellement: un manque évident de réussite sur le 2e but, avec un ballon contré deux fois par Saez et Abardonado et Cavenaghi est à l'affût et une grave faute d'arbitrage sur le premier avec un hors-jeu flagrant de Chamakh. On a eu quelques situations avec Mater en fin de match, et un poteau sur une tête, ça peut passer aussi. On n'a pas la réussite, la moindre erreur se paye cash. On savait que même si Bordeaux pouvait être dangereux offensivement, ils ont de grosses lacunes défensives et quand on voit la 1re mi-temps, on a six situations pour marquer. Si on continue avec cet état d'esprit, avec cette envie d'aller de l'avant, cela va bien finir par payer et je l'espère très fortement le week-end prochain avec la réception de Monaco".
Ligue 1
Faire de Ben Yedder un supersub qui a tout à y gagner : le pari réussi de Kovac
17/04/2021 À 19:40
Ligue 1
Gestion de Pochettino, histoire de péno et Canaris K.-O. : Les tops et flops
11/04/2021 À 21:46