Selon Franck Dumas, "Caen n'est pas mort. Chaque point est important, il en faut encore quinze pour espérer quelque chose" . A neuf journées de la fin de l'exercice 2008-2009, l'entraîneur normand a le mérite d'y croire encore. Actuel 19e de Ligue 1, à seulement deux points du premier non relégable (Sochaux), le SM Caen n'a pas encore tiré un trait sur la Ligue 1. Mais un constat s'impose. Si les joueurs normands ne relèvent pas rapidement la tête, c'est en Ligue 2 qu'ils évolueront la saison prochaine. Quand on voit le déroulement de la première période contre Nice et le niveau de jeu proposé, on est en mesure de se demander si tous les hommes de Dumas tirent dans le même sens.
Au fil des dernières semaines, Caen a endossé le costume de candidat idéal à la relégation. Taillé sur mesure. Les chiffres sont là. Depuis la 15e journée (victoire à domicile contre Auxerre 1-0), le SM Caen ne répond plus. Le 22 novembre 2008, les hommes de Dumas pointaient à un flatteur 9e rang. Lors des 14 journées qui ont suivi, les Normands n'ont engrangé que 6 points sur 42 possibles. Désormais bien englué dans la zone rouge, le club du président Fortin pensait "avoir touché le jackpot" samedi dernier. Mais une nouvelle fois, Caen a laissé filer deux précieux points dans les ultimes minutes.
"Un problème de concentration et de volonté"
Ligue 2
Guingamp et Caen dos à dos
22/02/2021 À 22:25
Deux semaines après avoir offert sur un plateau la victoire à Grenoble à la 94e minute (2-1), les Normands ont dû, cette fois-ci, se contenter du point du match nul à Nice (2-2). La faute à un nouveau but encaissé en fin de match. Une spécialité normande depuis quelques semaines. "C'est notre pêché mignon. C'est un problème de concentration et de volonté et c'est anormal", a regretté Dumas samedi soir. "Dans l'investissement, on a retrouvé des choses qui nous correspondent. Dès qu'on a égalisé (contre Nice), tout d'un coup, on s'est lâchés, passant la barrière psychologique, alors qu'avant on avait peur d'aller au-delà des limites", s'est tout de même réjoui l'entraîneur normand, qui refuse d'abdiquer alors que tous les voyants sont au rouge.
Le programme de fin de saison de Caen est chargé mais pas insurmontable. Après la trêve internationale, lors de la 30e journée, les Normands s'apprêtent à recevoir un "gros", en l'occurrence le 4e de L1, Toulouse. Privé d'Anthony Deroin, qui sera suspendu pour avoir reçu un troisième carton jaune contre Lille (défaite 0-1, 28e journée), le club normand n'a plus le choix. Sur les neuf dernières journées, cinq se disputeront à domicile : Toulouse donc, puis Nancy, Le Mans, Sochaux, soit trois concurrents directs pour le maintien, et Bordeaux en baisser de rideau. Incapable de s'imposer à l'extérieur cette saison (une seule victoire, à Toulouse (0-1), lors de la 12e journée), le SM Caen sait que son salut passe par des victoires au Stade Michel D'Ornano. Ou ne passera pas...
Coupe de France
Dupraz : "Je ne vais pas pleurer, ça, je le laisse à Neymar"
10/02/2021 À 23:05
Coupe de France
"Difficile de se prononcer" : Pochettino entretient le doute pour Neymar
10/02/2021 À 22:54