GREGORY COUPET, quel sentiment ressentez-vous à l'heure de retrouver Lyon?

G.C. : Quand on passe onze ans et demi dans un club, que l'on vit tout ce que l'on a vécu ensemble, cela crée des liens très forts. Dimanche, je rencontre une famille avec laquelle j'ai gardé de très bonnes relations. Ce ne sera que du bonheur. J'en suis parti sur un doublé et, dans ce cas, c'est difficile de partir fâché avec quelqu'un. Dans ces moments-là, tout le monde s'aime, s'adore.

Ligue 1
La balade du samedi soir
24/10/2020 À 20:50

Comment se traduit la différence entre Lyon et le PSG?

G.C.: Il y a une grosse différence au niveau de la quantité, avec une profondeur de banc plus importante que la nôtre. Nous, on a un bon groupe avec de bons jeunes mais Lyon a aussi un savoir-faire qui crée une atmosphère, une éducation. Quand on vient là-bas, c'est pour jouer le titre. Ici, ça ne viendra pas du jour au lendemain. A Paris, il n'y a que le Championnat et les coupes à jouer. Ca me paraît simple à gérer, ça enlève un gros poids.

Paris a-t-il les moyens de lutter?

G.C. : Ce sera dur mais j'ose croire que tout est possible. Qui sait, on arrivera peut-être à les faire déjouer! Ils ne sont pas imbattables non plus. Il nous faut une dose de confiance supplémentaire et une envie de tout casser. C'est mental. Il faut y croire et ne pas se prendre la tête. On a plus d'une corde à notre arc. On doit faire du Parc une cité imprenable. Le coach nous empêche de dévier de la route. On doit rivaliser avec eux. Il n'y a pas de raison d'être modeste. La vie parisienne est attrayante mais il faut savoir ce qu'on veut.

Quelle place avez-vous prise dans le groupe?

G.C. : A gauche dans le vestiaire (rires). Sérieusement, je délivre des messages quand j'en sens le besoin. Je suis content car on me sollicite un peu pour des conseils individuels et collectifs. J'ai un discours de motivation, de soutien, d'aide. Je ne suis pas un donneur de leçons. Ca s'est mal passé sportivement à l'Atletico Madrid mais humainement j'ai vécu une année extraordinaire. Ca m'a aussi permis d'avoir toute cette envie que je veux délivrer au PSG. Paris est un défi qui me va bien. Je prends déjà un gros plaisir à l'entraînement mais si les résultats pouvaient suivre, ce serait génial.

Que pensez-vous de Lloris, qui vous a succédé à l'OL et chez les Bleus?

G.C. : Lloris, c'est un Coupet en plus fort. C'est un joueur que je trouve extraordinaire, super régulier, sobre et très efficace. Il a une mentalité que je n'avais pas au même âge. Quand il a perdu sa maman, il a enchaîné de grosses performances. Il a un mentor en la personne de Joël Bats, qui va l'amener là haut. S'il l'écoute, qu'il est consciencieux, il n'y a pas de raison qu'il ne devienne pas un très grand gardien.

Ligue 2
Le Paris FC se détache, premier succès pour Pau
24/10/2020 À 19:51
Ligue 1
L'appauvrissement de l'effectif du PSG : vrai constat ou faux débat ?
22/10/2020 À 14:30