Si les Grenoblois ont eu une vertu cette saison, c'est bien la patience. Leur interminable attente a pris fin dimanche. Après 14 tentatives infructueuses, le GF38 a enfin connu le goût de la victoire dimanche en s'imposant à domicile face à Toulouse (1-0). Une première depuis le 19 avril dernier. Au coup de sifflet final, il y avait presque un parfum de finale de Coupe du monde au Stade des Alpes. Un observateur peu avisé des choses de la Ligue 1 et des récents malheurs des Isérois aurait eu peine à croire que ces derniers venaient de gagner un simple match de championnat. Mais leur joie a simplement été à la hauteur de leur attente.
A vrai dire, elle couvait depuis un petit moment cette victoire. Après avoir perdu ses 11 premiers matches, Grenoble venait d'enchainer trois nuls encourageants, qui plus est face à Monaco, Lyon et Lorient. Mais quand on n'a plus l'habitude de gagner, on doute, on a peur. Contre Toulouse, les hommes de Mehmed Bazdarevic sont ainsi longtemps restés beaucoup trop timorés. "A la pause, j'ai demandé aux joueurs d'avoir plus d'ambition, explique le Bosniaque Et en seconde période, on s'est décidé à jouer, à poser des problèmes à cette équipe toulousaine." Le but de Nicolas Dieuze, à 10 minutes de la fin, est venu récompenser un deuxième acte de qualité. En voyant certaines séquences, on pouvait même se demander comment cette équipe a pu ne pas prendre le moindre point pendant trois mois...
Un rythme européen pour le maintien
Ligue 1
Grenoble, enfin !
06/12/2009 À 15:50
Evidemment, Grenoble savoure, avec le sentiment d'avoir vécu une soirée un peu spéciale, de celles dont on se souvient. "Cette victoire, c’est un grand bol d’air", avoue Jimmy Mainfroi sur le site officiel du club. "Ça fait du bien parce que ça faisait longtemps ! On revit. On a tellement galéré qu’aujourd’hui on peut vraiment remercier les supporters. Ce soir (NDLR: dimanche soir), on les sentait derrière nous", confirme de son côté Sandy Paillot. Le GF38, qui a pris autant de points dimanche que lors de ses 14 premiers matches, n'est donc pas mort.
Ces dernières semaines, il a d'abord retrouvé un peu de son crédit, que son incroyable série de défaite avait sérieusement entamé. Le grand mérite de ce groupe a été de ne pas se disperser, de rester soudé, malgré l'absence de résultats. "On a toujours travaillé malgré quelques injustices depuis le début de saison. On savait qu'on n'était pas ridicule", confie Bazdarevic. En dépit de cette entame catastrophique, l'ancien meneur de jeu sochalien n'a jamais été réellement menacé. Cette victoire, c'est donc aussi celle des dirigeants qui ont estimé, sans doute avec raison, qu'il n'aurait servi à rien de changer d'entraîneur. Les quatre dernières rencontres viennent de leur donner raison.
Débarrassés du poids de cette fameuse première victoire, les Isérois nourrissent maintenant un rêve un peu fou: se maintenir en ayant perdu leurs 11 premiers matches. Ils sont encore loin du compte car même en ayant pris six points en quatre journées, ils sont encore à neuf points du premier non-relégable, Saint-Etienne. Pas insurmontable, certes, mais pas loin. Pour que le miracle s'accomplisse, Grenoble devra tenir un rythme d'européen jusqu'à la fin de la saison. "On est tous contents mais il faut bien se dire qu'on a rien fait, rappelle Nicolas Dieuze. On a juste gagné un match. C'est tout. On ne peut pas encore parler du maintien. Il faudra prendre match après match. On nous a surement déjà inscrits dans le calendrier de la L2 pour la saison prochaine... C'est un sacré challenge pour nous!" Mais dimanche soir, plus rien ne leur semblait impossible.
Ligue 2
Après Nancy et Metz, Hognon débarque sur le banc du GF38
29/12/2021 À 18:33
Ligue 2
Toulouse leader souverain, belle opération d'Ajaccio et Sochaux
18/09/2021 À 15:34