Quand il est là, sa présence passe presque inaperçue. C'est quand il n'est pas là qu'on mesure à quel point Blaise Matuidi s'est rendu indispensable dans la capitale. Depuis six semaines, il a beaucoup manqué au PSG. L'ancien Stéphanois va mieux. Son élongation à la cuisse gauche, contractée le 2 octobre face à Lyon (2-0), n'est plus qu'un mauvais souvenir. Dimanche, face à Nancy, il profitera des absences de Moussa Sissoko et de Clément Chantôme pour effectuer son retour. "Je sais qu’il va me falloir un peu de temps car lorsque l’on coupe comme cela pendant six semaines, on doit reprendre le rythme petit à petit, explique-t-il sur le site officiel du PSG. J’espère ensuite être aussi bien que je l’étais avant cette blessure. On travaille pour. J’ai effectué beaucoup d’exercices avec les préparateurs physiques, qui m’ont bien pris en main, et j’espère que cela va porter rapidement ses fruits."

Sans lui, le leader de la Ligue 1 a conservé un rythme de champion : dix points sur douze. Si l'absence de Matuidi n'a pas freiné le rendement du PSG, elle a laissé un vide immense. La machine parisienne s'est grippée. Et ce n'est certainement pas un hasard. En quatre mois, ce Toulousain de naissance, qui a grandi à Fontenay-sous-Bois, s'est vite imposé aux yeux d'Antoine Kombouaré. Pas pour se qualités de buteur : l'ancien Stéphanois n'a marqué que sept fois en autant de saisons parmi l'élite. Lui, c'est un travailleur de l'ombre. Un ratisseur chargé de colmater les brèches, d'assurer l'équilibre d'une équipe portée vers l'avant, qui "n'a pas peur de signer au PSG pour remplacer Claude Makelele". Un gaucher "très attentif et très volontaire", dixit Laurent Blanc, qui lui a offert la première de ses quatre sélections le 7 septembre 2010, en Bosnie (0-2).

Ligue 1
Kombouaré sans filet
16/11/2011 À 18:52

Du haut de son 1,75 m, Matuidi "ne présente pas les critères habituels pour un milieu de terrain, au niveau athlétique, décrypte Jean-Marc Furlan, qui l'a lancé à Troyes en 2004. Ce n'est pas un finisseur, et le jeu aérien n'est pas sa spécialité. Mais il est doué, possède un grand sens et une bonne lecture du jeu. Il sait anticiper et possède un gros volume de récupération de ballon. C'est un formidable pourvoyeur pour les créateurs. Il sait jouer en profondeur, a une grande qualité de passe." Et qu'importe s'il doit se sacrifier sur l'autel du collectif. Dans la ville lumière, Matuidi vit très bien dans l'ombre des Pastore, Menez, Gameiro et Nene. "Je me plais bien ici, assure-t-il. Il y a une bonne ambiance dans ce groupe assez jeune. Le fait d’être à Paris est également un plus. Je suis d’ici, la famille et les amis sont à côté. Il n’y a rien de mieux pour s’épanouir."

Ligue des champions
Tuchel persiste : "Danilo est un défenseur"
IL Y A 3 HEURES
Ligue des champions
L'antisèche : Très loin d'un prétendant
IL Y A 5 HEURES