Panoramic

Le PSG s'est bien amusé, Monaco n'a pas existé

Le PSG s'est bien amusé, Monaco n'a pas existé

Le 30/08/2015 à 22:42Mis à jour Le 30/08/2015 à 23:20

LIGUE 1 - Le Paris Saint-Germain, insatiable, s'est imposé à Monaco 3-0 dimanche soir en clôture de la 4e journée, grâce à un doublé d'Edinson Cavani et un but de Lavezzi. Avec quatre victoires en quatre matches, le PSG continue de voler en tête du classement...

Quatre sur quatre. Le PSG démarre sa saison par un mois d'août parfait. Quatre victoires et, pour finir, une démonstration nette et sans bavure sur l'un de ses adversaires directs, si tant est qu'il en existe encore : l'AS Monaco (0-3).

La facilité avec laquelle Paris a disposé de son hôte du soir, grâce à un doublé d'Edinson Cavani et une réalisation de Lavezzi sur une passe décisive de Di Maria, donne une tendance claire : les hommes de Laurent Blanc sont déjà lancés à pleine vitesse et il sera bien difficile de suivre pareil rythme. Voilà le PSG tranquillement installé dans son trône avec cinq points d'avance sur Lyon, sept sur son adversaire du soir et neuf sur l'OM. Déjà.

Alors certes, Monaco disputait déjà son huitième match en un mois, certes son effectif a été remodelé dans les grandes largeurs cet été. Mais le gouffre semble tout de même bien profond entre un PSG complètement maître de son sujet et des Monégasques incapables de se créer la moindre occasion en 90 minutes. Si le PSG n’avait plus battu Monaco en championnat depuis 2007, ce dimanche soir à Louis-II, il n’y a pas eu photo. La première période, démarrée avec Ibrahimovic en pointe et Di Maria sur le banc, a certes maintenu un soupçon d'espoir, le rouleau compresseur parisien s'est mis doucement en action après la pause sous l'impulsion d'un Matuidi devenu intenable.

Zlatan Ibrahimovic (PSG) face à Monaco

Zlatan Ibrahimovic (PSG) face à MonacoPanoramic

Di Maria déjà décisif

C'est lui qui a déposé un caviar sur la tête de Cavani juste avant l'heure de jeu (59e) pour ouvrir un boulevard aux Parisiens. Face à l'apathie monégasque, à l'image d'un Martial transparent, d'un Bernardo Silva absent des débats ou d'un El Shaarawy brouillon, Paris n'a pas attendu pour enfoncer le clou. Sur une passe en profondeur parfaite d'Ibrahimovic, déjà décisif pour son premier match de la saison, Cavani a corsé l'addition, absolument seul face à un Subasic livré à lui-même.

Ce dimanche, Paris a, pour la première fois, aligné toutes ses étoiles. Entré à la 66e minute, Angel Di Maria, la dernière recrue pharaonique du club de la capitale, n'a pas attendu bien longtemps pour étaler son talent aux yeux de la Ligue 1. Son premier ballon avait tout d'une passe décisive pour un Cavani brouillon sur ce coup-là (67e).

Qu'importe, l'Argentin a trouvé Lavezzi dans la profondeur après une passe de 40 mètres pour le troisième but parisien (83e). Un moindre mal alors que Cavani (26e), Ibrahimovic (46e) et Aurier (79e) auraient pu donner plus d'ampleur encore à une déculottée qui n'en manque déjà pas. Alors oui, Paris a frappé fort. Très fort même. Dans deux semaines, les Parisiens pourront égaler le nombre de victoires consécutives en Ligue 1 (14) du Bordeaux de … Laurent Blanc à l'occasion de la réception des Girondins. Histoire d'assommer un peu plus la Ligue 1 et d'écœurer une concurrence déjà larguée.

0
0