Getty Images

Marseille a montré plus volonté mais ça n'a pas suffi face à un Monaco pourtant faible (1-1)

Marseille a montré plus de volonté mais ça n'a pas suffi

Le 13/01/2019 à 22:55Mis à jour Le 14/01/2019 à 00:30

LIGUE 1 - Pressé par un public à bout de patience, l'Olympique de Marseille a ouvert la marque mais n'a pas su se mettre à l'abri d'une équipe de Monaco toujours relégable, et a finalement dû concédé le nul (1-1), en cloture de la 20e journée, dimanche soir.

L'OM et Monaco n'ont pas renoué avec le succès. Les Olympiens ont été tenus en échec au Vélodrome ce dimanche soir (1-1). Un nul logique car aucune des deux équipes n'a su prendre le contrôle des débats même si l'OM a mieux fini la rencontre. Marseillais et Monégasques sont retombés dans leurs travers et ont payé leurs errements défensifs. Avec ce résultat les Olympiens s'engouffrent à la neuvième place et s'éloignent un peu plus de leur objectif européen. La crise est plus profonde pour l'AS Monaco qui occupe l'avant-dernière place du classement.

Bien rentré dans la partie, l'OM s'est montré rapidement entreprenant. Disposé dans un 4-3-3 sans véritable attaquant de métier, les Phocéens ont probablement surpris leur adversaire du soir. Avec Lucas Ocampos à la pointe de l'attaque, les Marseillais ont bien exploité dans un premier temps les failles monégasques. Grâce à un pressing haut et une domination nette dans les duels, les Phocéens ont logiquement ouvert le score, par l'intermédiaire de Maxime Lopes (13e), auteur d'une belle frappe. Une première réalisation qui a eu le mérite de réveiller Monaco.

L'OM a cru tenir la victoire, Fabregas va faire du bien

Après une entame compliquée, le sursaut d'orgueil est survenu du côté des Monégasques. Profitant d'une dizaine de minutes de flottements au sein de la défense olympienne, les joueurs de Thierry Henry ont poussé. Avant d'être récompensés. Déjà très actif avec deux belles occasions à son actif, (29e,32e), le milieu belge a fini par trouver la faille et relancer l'AS Monaco (38e). Il est maintenant impliqué sur 2 des 4 derniers buts monégasques. Toutefois le retour à la pause a été plus bénéfique aux Olympiens qu'à leurs adversaires du soir. Après un retour timide, les joueurs de Rudi Garcia ont repris le contrôle des débats. Portés par un bon Maxime Lopes, les Olympiens ont cru pouvoir s'en remettre à Florian Thauvin, leur homme providentiel.

Suite à une belle incursion de Kevin Strootman dans la surface, l'attaquant marseillais est parvenu à tromper la vigilance de Diego Benaglio (70e). Un but refusé quelques instants plus tard, la faute à une semelle de Lucas Ocampos sur le portier monégasque. Au rayon satisfaction pour les Monégasques : Cesc Fabregas n'a pas déçu. S'il n'a pas livré une prestation exceptionnelle, le milieu espagnol a fait par intermittence ce qu'il sait faire de mieux : distiller de bons ballons. Il a offert un caviar à Youri Tielemenans en fin de match (89e), mais l'international belge a manqué l'immanquable. Son apport au milieu s'est déjà fait ressentir, de bon augure pour la suite pour une équipe en proie au doute.

0
0