Eurosport

Monaco à la dérive, Balotelli à bout de nerfs, Rémy renaît : les tops et les flops de samedi

Monaco à la dérive, Balotelli à bout de nerfs, Rémy renaît : les tops et les flops de samedi
Par Eurosport

Le 01/12/2018 à 23:14Mis à jour Le 02/12/2018 à 08:14

LIGUE 1 - Journée riche en émotions en Ligue 1 : Balotelli a encore perdu les pédales et Monaco a encore perdu le nord. Heureusement, Lille et Lyon nous ont offert un festival et Denis Bouanga a réchauffé une soirée un brin morose.

Tops

  • Du grand spectacle à Pierre-Mauroy

Et si nous avions assisté samedi après-midi au meilleur match de la saison en Ligue 1 ? Le plus intéressant et attrayant, en tout cas. "Un match de très haut niveau", a jugé Christophe Galtier. Qualitativement, le PSG est au-dessus du lot, c'est entendu, mais il y a souvent trop d'écart entre les Parisiens et leurs adversaires pour conférer à leurs duels un caractère passionnant. Ce choc entre Lille (4e) et Lyon (2e) a vraiment régalé le public du stade Pierre-Mauroy. Ce match à rebondissements a offert quatre buts et un rythme toujours soutenu. Emballant, et pas si fréquent sur les pelouses de l'Hexagone. On en redemande.

Bertrand Traore (Lyon)

Bertrand Traore (Lyon)Getty Images

  • Montpellier, trois points qui tombent à pic

Celle-là, elle fait du bien. Montpellier venait d'enchainer pour la première fois de la saison deux matches sans victoire (un nul, une défaite) et, à dix minutes de la fin, le MHSC était bien parti pour prolonger sa mauvaise série. Mais en cinq minutes, les joueurs de Michel Der Zakarian ont prouvé qu'ils avaient de la ressource. Grâce à Laborde et Skuletic, ils repartent de Louis-II avec trois points et une place de dauphin. Succès précieux, car ce déplacement en Principauté marquait le coup d'envoi d'un infernal mois de décembre pour Montpellier. A venir : réception de Lille, déplacement à Paris puis Nantes et pour finir choc face à Lyon. Si, à Noël, le MHSC est toujours sur le podium, il sera à prendre très au sérieux.

La joie des joueurs de Montpellier après leur victoire à Monaco.

La joie des joueurs de Montpellier après leur victoire à Monaco.Getty Images

  • Rémy retrouve la lumière

La dernière fois que Loïc Rémy avait marqué en Ligue 1, ses coéquipiers s'appelaient Raffidine Abdullah, Joey Barton ou Kassim Abdullah. C'était il y a huit ans quasiment jour pour jour et c'est peu dire que l'ancien Marseillais, exilé au Royaume-Uni et en Espagne, a patienté pour revoir la lumière. Après un début de saison très moyen, il a refait surface contre son club formateur, l'OL. D'abord d'une reprise en pleine course inspirée puis d'une passe décisive pour Nicolas Pépé. Rémy a fait très mal à l'OL. Une habitude. La dernière fois qu'il avait marqué en Ligue 1, c'était déjà face à Lyon (défaite 1-4 de l'OM).

Vidéo - Galtier : "Très content pour Loïc Rémy"

00:48
  • La citadelle niçoise, la muraille Benitez

Walter Benitez est-il actuellement le meilleur gardien de L1 ? La question mérite d'être posée alors que le portier niçois, qui avait démarré la saison sur le banc de touche, multiplie les miracles, a ramené les Aiglons de la 14e à la 7e place en moins d'un mois et enchainé cinq matches sans encaisser le moindre but, un record pour Nice depuis 60 ans (!). Voilà 23 tirs cadrés consécutifs détournés par l'Argentin. Vous avez dit muraille ?

  • Bouanga, quel talent !

On aime les samedis soirs de Ligue 1 pour des joueurs comme Denis Bouanga. A l'ombre des grosses affiches du fin de week-end, le Nîmois rend le train-train du championnat un peu moins morose. Parce qu'il a du talent plein les pattes et des étincelles au bout des crampons. Ce samedi, il a encore dévoré Amiens à lui tout seul. Si la feuille de match rend grâce à Alioui, auteur d'un doublé, c'est bien la panthère gabonaise qui a tout initié. De son ouverture du score, à sa passe décisive, sans compter sa tonne d'accélérations, ses crochets etc. Il est l'homme en forme des Crocodiles et l'une des bonnes raisons de se tenir éveillé devant des multiplex de Ligue 1 souvent assommants.

Denis Bouanga (Nimes)

Denis Bouanga (Nimes)Getty Images

Flops

  • Balotelli, l'accrochage de trop ?

Cette fois, on voit difficilement ce qui pourrait les réconcilier. Ça n'a jamais été le grand amour entre Patrick Vieira et Mario Balotelli mais leur relation a peut-être définitivement volé en éclats à la 75e minute de ce Guingamp – Nice sans histoire. Quand le coach azuréen a rappelé son avant-centre sur le banc pour lancer Srarfi, Balotelli n'a même pas cherché à masquer sa colère. Les regards noirs des deux hommes, l'énorme tension sur leur visage et le geste de colère de l'Italien, qui a jeté ses gants au sol, semblent marquer un point de non-retour. Balotelli n'a toujours pas marqué en Ligue 1 cette saison et désormais son avenir apparaît de plus en plus flou à Nice.

Mario Balotelli lors de Guingamp - Nice.

Mario Balotelli lors de Guingamp - Nice.Getty Images

  • Monaco - Guingamp : Cancres, surtout à la maison

Toujours scotchés aux deux dernières places du classement, Guingamp et Monaco n'ont pas réussi à profiter de matches à domicile ce samedi pour se donner de l'air et de l'espoir. Mais est-ce vraiment une surprise ? Leur bilan commun à domicile est apocalyptique et c'est plus vrai que jamais après le nul des Bretons contre Nice (0-0) et la défaite des Azuréens contre Montpellier (1-2). A eux deux, ils cumulent quinze matches à domicile en Ligue 1 cette saison, pour aucune victoire, six nuls et neuf défaites. Ce sont les deux seules équipes à ne toujours pas avoir gagné à la maison.

  • Angers, roi du gâchis

Avec 17 points au compteur, Angers n'est pas si mal loti dans ce championnat. Mais le SCO pourrait se situer aujourd'hui tranquillement dans la première moitié du tableau si seulement il était capable de tenir le score. Pour la quatrième fois en six matches, les Angevins ont laissé filer face à Caen une victoire après avoir ouvert le score. A Nantes la semaine passée, l'égalisation de Waris à la 89e minute leur avait coûté deux points. A Saint-Etienne, ils s'étaient inclinés à la 90eaprès avoir mené 1-0 puis 3-2 à 20 minutes de la fin. Et à Reims, ils étaient devant à la pause avant de coincer à l'approche du dernier quart d'heure.

Laurent VERGNE et Martin MOSNIER

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313