Getty Images

A quoi ressemble le quotidien d'un coach de L1 dans cette période inédite ? Gourcuff vous raconte

A quoi ressemble le quotidien d'un coach de L1 dans cette période inédite ? Gourcuff vous raconte

Le 20/03/2020 à 20:44Mis à jour Le 21/03/2020 à 09:07

LIGUE 1 - Il faut respecter cette période de confinement. Et s'adapter. C'est le lot de beaucoup de monde. Et les entraîneurs de la L1 n'échappent pas à la règle. Avec plusieurs interrogations à résoudre. Comment réussir à gérer son groupe à distance ? Ou parvenir à maintenir ses joueurs en forme dans l'optique de la reprise ? Christian Gourcuff, entraîneur du FC Nantes, vous raconte.

Comment les Nantais se sont adaptés ? "Cela s'est fait dans la précipitation"

Comme beaucoup, la L1 a été prise de court par le confinement obligatoire décrété par le président de la République, Emmanuel Macron, lundi soir. Au FC Nantes comme ailleurs, il a fallu tout repenser. Dans l'urgence. "Cela s'est fait dans la précipitation", reconnaît Christian Gourcuff. "Après la décision d'annuler notre match contre Nîmes, on avait le 15 avril comme date de reprise. On s'était alors dit qu'on voulait préserver les joueurs. Et dans ce cas, la solution était de continuer l'entraînement et de les confiner au centre au maximum. L'annonce de lundi a tout changé."

Obligés de s'adapter en quelques heures, les Canaris ont revu leur plan le lendemain matin avec un dernier contrôle imposé aux joueurs. "Les joueurs sont venus mardi matin au club pour passer des rendez-vous avec le staff médical qui les a examinés et leur a redonné les consignes. De manière échelonnée pour qu'ils ne se rencontrent pas. On leur a aussi donné du matériel d'entraînement, notamment des montres qui permettent d'enregistrer les données et leurs courses. Enfin, ils ont reçu un programme d'entretien", précise l'ancien entraîneur du FC Lorient.

Christian Gourcuff lors du match Ghana vs Algérie de la CAN le 23/01/2015

Christian Gourcuff lors du match Ghana vs Algérie de la CAN le 23/01/2015Eurosport

Quel programme a été donné aux joueurs ? "Il s'agit d'entretien physique"

Il est difficile de s'entraîner quand on doit rester chez soi, forcément. Si les footballeurs professionnels sont souvent mieux lotis que le commun des mortels, ils n'ont pas tous un terrain de sport chez eux. Dans ces conditions, l'idée est d'essayer de maintenir au mieux leur condition physique. "Pour le moment, il s'agit juste d'entretien physique en essayant de varier l'intensité des courses ou des exercices. Bien sûr, il y a aussi du renforcement musculaire. Ce n'est rien de très original", avoue Gourcuff.

Cependant, il faudra peut-être revoir ces plans, si cette période de confinement forcée dure plus longtemps… "Le gros problème, c'est qu'on ne connaît pas la date de reprise. Là, on a fixé début mai", explique le technicien breton. Car pour le moment, la période loin des terrains n'est pas très longue. Mais si cela se poursuit, l'histoire pourrait être différente…

Comment "surveiller" les joueurs ? "On les met sous contrôle, mais pas pour les fliquer en permanence"

Si le Bayern Munich est passé au cyber-entraînement collectif, le FC Nantes ne va pas encore jusque-là. Le staff ligérien s'est pour le moment contenté de fournir à ses protégés notamment des montres de sport pour récupérer des données intéressantes, comme la fréquence cardiaque. Histoire aussi d'avoir un œil sur ce qu'ils font. "On les met sous contrôle, pas pour les fliquer en permanence. Mais c'est sérieux et ça engage le club et leur responsabilité professionnelle", précise Christian Gourcuff. "Dans ce contexte-là, la conscience professionnelle fera la différence". Le genre de détail qui n'a rien d'anodin.

En fonction des profils, cette période peut en effet avoir des répercussions négatives si elle est mal négociée. "Sur le plan physique, certains joueurs peuvent s'arrêter trois semaines sans avoir trop de conséquences, explique l'entraîneur du FCN. D'autres en revanche ont des profils qui leur imposent de continuer une activité sinon la reprise serait problématique." Or, avec un sprint final à gérer en L1, il serait bon d'éviter les soucis…

Quelle communication avec le groupe ? "Ça ne sert à rien d'avoir les joueurs au téléphone tous les jours"

On peut imaginer un coach au téléphone toute la journée durant cette période pour appeler chaque joueur. Mais dans ces premiers jours, ce n'est pas forcément le cas. A Nantes, Christian Gourcuff voit mêmes les choses autrement. "Là, ça ne sert à rien d'avoir les joueurs au téléphone tous les jours. A un moment donné, ce sont des adultes", explique le Finistérien de naissance, avant de préciser. "Après, on verra avec le temps. Il sera bon notamment d'avoir un contact avant la reprise".

S'il reconnaît avoir plus de temps sur le plan personnel, n'imaginez cependant pas que l'entraîneur ligérien reste les bras croisés. "Personnellement, je suis en contact avec le staff médical quotidiennement. Et puis avec le staff technique par messages, pour analyser les données des montres", raconte-t-il encore.

Pourquoi le physique n'est peut-être pas le principal souci ? "Là, il y a un décrochage inévitable"

Si Christian Gourcuff s'interroge sur le "manque le rythme lié à l'absence de compétition" mais reconnaît qu'il fera avec comme toutes "les équipes", l'entraîneur nantais évoque une zone d'ombre qui l'intrigue : le côté psychologique. "Plus que l'aspect physique, c'est sur le plan mental où il y a quelques doutes, explique-t-il. C'est difficile de savoir dans quel état on va retrouver l'équipe. Là, il y a un décrochage inévitable. Et donc plus d'interrogations". Réponses dans quelques semaines…

Et la reprise, comment va-t-elle se négocier ? "Il ne faudra pas charger comme des mules"

Il n'y aura pas de L1 avant le 15 avril. Ça, c'est une certitude depuis la mise en oeuvre de ce confinement général à l'échelle de la France. Mais il y a encore des doutes sur la vraie reprise alors qu'un prolongement des mesures est évoquée. Dans tous les cas, la LFP a prévu deux semaines d'entraînement avant pour permettre aux formations de l'élite de relancer la machine et remettre leurs joueurs à niveau. "Sur quinze jours, il ne faudra pas charger comme des mules. Et être intelligent dans la gestion de cette période, préconise Gourcuff. L'idéal serait de le savoir avant. Car on peut toujours se fixer comme date de reprise le 1er mai mais nous n'avons aucune certitude. Et c'est le plus déroutant."

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313