Un air de trompette reconnaissable parmi tant d’autres, assez rythmé, qui accompagne d’ordinaire des acrobates sous un chapiteau, s’est invité à la Jonelière mercredi. Mais il ne s’agissait pas d’une voiture-sandwich qui, aux alentours du centre d’entrainement du FC Nantes, venait faire la promotion d’un futur spectacle de la compagnie Zavatta en diffusant ce fameux air avec une enceinte posée sur le toit, non. Il s’agissait de plusieurs dizaines de supporters nantais qui, à l’aide d’une grosse sono, diffusaient cette musique de cirque pour accompagner Raymond Domenech lors de son premier entraînement avec ses nouveaux joueurs.
Une musique de cirque, mais pas que. Les supporters nantais venus exprimer leur mécontentement ont aussi préenregistré des messages moqueurs à l’égard de leur président, leur nouvel entraîneur et de leurs joueurs. "Raymond Domenech va nous expliquer sa vision du football, de quoi nous faire marrer pour les prochains week-ends" pouvait-on par exemple entendre aux abords du terrain d’entraînement des Canaris. Ils ont également déployé plusieurs banderoles, dont une à l’entrée de la Jonelière qui a attiré l’attention : "Bienvenue au Kita Circus".
Ligue 1
5-3 : Trop d'erreurs défensives et une claque pour l'OL
31/07/2021 À 18:33

La fronde Anti-Kita dépasse le cadre des ultras

Parce qu’au-delà de la nomination de Raymond Domenech, qui a suscité de nombreuses interrogations parmi les supporters nantais et de nombreux observateurs du football français, c’est surtout la direction du club nantais qui est contestée. Et ce, depuis plusieurs années déjà. Si les différends entre certains fans du FCN et leur président existent depuis la nomination de ce dernier en 2007, des faits marquants plus récents illustrent ce conflit. Comme lorsqu’en novembre 2016, une vingtaine de supporters issue de la tribune Loire avait tenté de s’infiltrer dans la loge présidentielle de la Beaujoire pour s’expliquer avec Waldemar Kita. Un échec, puisque ce dernier avait quitté le stade quelques minutes auparavant avec ses gardes du corps.

Déjà dépassé il y a dix ans, Domenech est-il la pire idée de l'ère Kita ?

Autre sujet de discorde : le projet d’un nouveau stade, le Yellow Park, porté par Waldemar Kita et contesté par la Brigade Loire et d’autres fans nantais. L’échec de ce projet acté en 2019 par la ville de Nantes a d’ailleurs été perçu comme une importante victoire par le groupe de supporters. Mais elle n’a pas suffi à les calmer. Au mois de mai dernier, le premier #KitaOut est apparu sur les réseaux sociaux. Avant d’être repris et diffusé dans un communiqué de la Brigade Loire au mois de septembre.
Depuis plusieurs semaines, ce hashtag est repris par un spectre de supporters nantais bien plus large que celui des ultras et des historiques "Anti-Kita". La crise sportive que traverse le FC Nantes, 16e de Ligue 1, n’arrange rien. En décembre, deux manifestations contre la direction du club ont eu lieu aux abords de La Beaujoire. Le #KitaOut dépasse le cadre des réseaux sociaux : on l’aperçoit sur des panneaux électriques devant des pharmacies nantaises, dans des trains de région…
Il est en train de ch*** sur le FC Nantes…
La nomination de Raymond Domenech, qui n’avait pas entraîné un club depuis 1993 et à qui on attribue le dernier gros fiasco du football français avec les Bleus à Knysna, a été perçue comme la provocation de trop. Par les fans… mais aussi par des anciens joueurs du club canari. "J'aimerais que Kita se casse [...] il est en train de chier sur le FC Nantes, sur le passé du club [...] on a envie d'avoir un vrai projet" a par exemple lâché Sébastien Piocelle, un ancien milieu de terrain du FCN, au micro de RMC après l’officialisation de l’arrivée de Domenech comme entraîneur.
Ce dernier a tenu sa première conférence de presse jeudi, au lendemain de l’action de contestation menée par certains supporters nantais à la Jonelière. Alors qu’au même moment certains fans du club manifestaient leur mécontentement devant la Beaujoire, l’ancien sélectionneur de l’Equipe de France n’a pas souhaité envenimer la situation : "Ça fait partie de la vie d’un club. J’espère, à travers ce qu’on va montrer sur le terrain, qu’on va réunir tout le monde. Je ne suis pas inquiet. Les joueurs sont bien dans l’esprit, ont envie, se font plaisir."
Je suis prêt à voir le club descendre pour que Kita lâche les rênes
Mais ces déclarations ne changent rien. Le point de non-retour a été atteint entre les supporters nantais et Waldemar Kita. Les actions de contestations, à l’image de la diffusion de la musique de cirque à la Jonelière mercredi, se multiplient. De nouvelles banderoles réclamant la tête de la direction du club sont déployées chaque jour partout dans Nantes. Dans la lignée des manifestations de décembre, la Brigade Loire a invité les supporters du club à manifester devant la Beaujoire à chaque rencontre du FC Nantes disputée à domicile, et ce jusqu’à nouvel ordre.
"J’en arrive à un stade où je suis prêt à voir le FC Nantes descendre pour que Kita lâche les rênes" confie même Bastien, un jeune supporter du club habitué de la tribune Loire. "Et je peux assurer que beaucoup d’Anti-Kita partagent cet avis." A la tête du club depuis 2007, le président nantais est plus que jamais contesté. La très grande majorité des supporters canaris lui tournent le dos, à l’heure où les performances sportives du club sont très inquiétantes. Le monument du football français qu’est le FC Nantes est au bord de l’implosion…

La première manifestation "Anti-Kita" au mois de décembre 2020.

Crédit: Getty Images

Ligue 1
Varane aurait fait son choix : il veut quitter le Real Madrid, le PSG déjà à l'affût
14/06/2021 À 15:28
Ligue 1
Canal+ annonce son retrait de la diffusion de la Ligue 1
11/06/2021 À 16:03