C'est un grand nom qui va débarquer sur le Rocher. Encore un. Désireux de trouver un technicien apte à incarner son projet, l'AS Monaco a choisi, selon L'Equipe, de se tourner vers Niko Kovac pour remplacer un Robert Moreno incapable de mettre en place le jeu de possession qu'il vantait tant. Et après avoir tenté sa chance avec l'ancien sélectionneur de l'Espagne, l'ASM récupère l'ancien entraîneur du Bayern Munich. Rien que cela. Avec ambitions. Et… quelques zones d'ombre.

Niko Kovac marque le tournant voulu par Monaco cet été. Son arrivée porte ainsi le sceau de Paul Mitchell. Quelques semaines après sa signature, le nouveau directeur sportif de Monaco aux vertus reconnues de dénicheur de talents, a forcément eu un rôle dans ce changement. Surtout que l'Anglais, ancien directeur de stratégie de Red Bull, passé par Southampton, Tottenham ou Leipzig, connaît très bien son nouvel entraîneur, qui s'est occupé des équipes jeunes du Red Bull Salzbourg entre 2009 et 2011.

Ligue 1
Neymar touché à un mollet est incertain contre Angers
IL Y A 2 HEURES

Un doublé au Bayern et son parcours à Francfort, à son crédit

Avec Kovac qui a été évoqué ces derniers mois au Hertha Berlin ou pour prendre la succession de Lucien Favre à Dortmund, Monaco récupère un CV ronflant. On parle quand même d'un ancien grand joueur, international croate à 83 reprises. Mais le Croate a surtout eu la chance de s'installer sur le banc du Bayern Munich pour succéder en 2018 au grand Jupp Heynckes qui ne souhaitait pas prolonger son bail. Avec le géant bavarois, il a signé un doublé Bundesliga-Coupe d'Allemagne en 2019. Ses expériences à la tête de la Croatie et de l'Eintracht Francfort sont aussi à mettre à son crédit.

Sélectionneur de l'équipe au damier de 2013 à 2015, Kovac avait réussi à qualifier son pays pour le Mondial 2014 même si la Croatie a finalement été éliminée en phase de poules après une compétition ratée. Mais c'est avec Francfort qu'il a surtout marqué des points. Le natif de Berlin était parvenu à éviter la relégation à la formation de la Hesse lors de la saison 2015-2016 avant de redresser le club pour lui permettre de lutter pour les places européennes et de remporter la Coupe d'Allemagne en 2018, le premier trophée du club depuis 1988. A l'époque, la gestion de son groupe, les performances de l'Eintracht ou encore la progression d'Ante Rebic, Luka Jovic et Danny Da Costa l'avaient mis en pleine lumière.

Niko Kovac

Crédit: Getty Images

Un gros travailleur mais des points noirs qui interrogent

Ce n'est donc pas le premier venu qui débarque sur le Rocher. Travailleur acharné, très exigeant et régulièrement en quête de nouvelles méthodes pour exploiter les qualités de son groupe, Kovac peut avoir les atouts pour être le profil recherché par les dirigeants monégasques, qui souhaitent remettre leur groupe au travail selon L'Equipe. En Allemagne, il a ainsi la réputation de diriger des équipes physiques qui courent beaucoup. Ce qui avait très bien fonctionné à Francfort, où ses joueurs n'avaient pas à avoir la possession et pouvaient se concentrer sur les contre-attaques. Mais son parcours possède aussi quelques points noirs, qui ont de quoi laisser songeur. Au Bayern où il a été menacé à plusieurs reprises, le technicien croate n'a ainsi jamais vraiment convaincu.

Le jeu déployé par le Bayern sous sa coupe a souvent été décevant. Son équipe semblait manquer régulièrement d'un système offensif convaincant, d'une tactique claire. Pire, elle donnait parfois l'impression de jouer sans âme. Pour certains observateurs, Kovac, qui avait déjà été pointé du doigt pour son manque d'ambition offensif à Francfort, a alors exposé ses lacunes tactiques pour le plus haut niveau. "Sa conception du football n'a jamais été claire", écrivait l'éditorialiste en chef du magazine Kicker lors de son éviction en novembre après un début d'exercice aussi poussif dans les résultats que dans le jeu: "Les joueurs manquaient d'indications tactiques détaillées. (...) En fait Kovac avait déjà perdu son équipe la saison dernière, seul le doublé coupe/championnat a masqué les véritables relations au sein du vestiaire."

Sa communication peut aussi laisser à désirer. Kovac avait fait des vagues au Bayern quand il avait estimé que Francfort possédait les meilleurs supporters de Bundesliga. Ou quand il avait déclaré que Thomas Müller ne pourra jouer "que lorsque le Bayern sera à court d'options". Au fil des mois, il avait d’ailleurs fini par perdre la confiance du vestiaire bavarois où il s'était mis à dos quelques stars comme Müller ou Mats Hummels, alors qu'on le disait proche de ses joueurs à Francfort où il avait l'image d'un leader. Alors bien sûr, le vestiaire et l'environnement de Monaco n’ont rien à voir avec celui du Bayern, où il a montré des limites dans la gestion des stars. Mais même s'il apporte quelques garanties, Kovac est un nouveau choix avec quelques incertitudes, comme Thierry Henry ou Robert Moreno.

(Avec Tom Mueller, à Munich)

Thomas Muller et Niko Kovac

Crédit: Getty Images

Ligue 1
Le PSG maîtrise alors Tuchel… s'agace : "Franchement, je ne suis pas content"
IL Y A 15 HEURES
Ligue 1
"C’est pas la capitale, c’est Marseille bébé" : Jusqu'où joueurs et clubs peuvent-ils chambrer ?
25/09/2020 À 05:49