On mesure l’importance d’un héritage à la hauteur des adieux. Thiago Silva ne partira pas comme une légende. Plutôt en catimini, crise du Covid-19 oblige. Contrairement à Zlatan Ibrahimovic, le Brésilien n’aura pas le droit au triomphe du Parc des Princes. Il l’aurait pourtant tellement mérité. Depuis huit ans, le débat autour de son cas aura été manichéen : très fort face aux faibles, très faible face aux forts. Il y a une part de vérité mais elle ne dit pas tout de ce que Thiago Silva représente pour le PSG.

Commençons par une évidence : Thiago Silva est le meilleur défenseur actuel du PSG. Mieux, le Brésilien est le meilleur défenseur de la décennie écoulée dans la capitale. Mais aussi le meilleur défenseur de Ligue 1, et de loin. Être fort face aux prétendus faibles, il l’aura été. De très nombreuses fois. Dans notre championnat, son sens de l’anticipation, du timing dans la surface et ses progrès, immenses, à la relance, auront fait vivre un véritable calvaire aux attaquants de l’Hexagone.

Ligue 1
Une page se tourne au PSG : Thiago Silva devrait partir après huit saisons
08/06/2020 À 18:47

Thiago Silva, tout sourire face à Bruges

Crédit: Getty Images

Professionnalisme et exigence

Il aura aussi été un leader (le terme capitaine est volontairement mis de côté, on y reviendra) défensif hors-pair. C’est lui qui rameute les troupes lorsque celles-ci s’éparpillent. Lui qui aura guidé l’apprentissage des plus jeunes, de Marquinhos à Presnel Kimpembe qui auront grandi dans l’ombre d’O Monstro. Lui qui aura compensé, parfois, les erreurs de David Luiz. Bref, Thiago Silva, c’est la classe et l’assurance incarnées depuis 2012.

Demandez au Milan ce qu’il en pense. Les trajectoires de l’AC Milan et du PSG n’ont jamais été proches de se recroiser depuis cet été 2012 où Leonardo a décidé de miser sur le duo Ibra-Thiago. Bien sûr, le Suédois était la tête de proue du projet. Mais Thiago aura été une cheville ouvrière ô combien nécessaire au quotidien.

Du sommet de l’Europe à l’anonymat en Serie A, comment l’AC Milan en est-il arrivé là ?

Car l’exigence du plus haut niveau, l’investissement à corps perdu dans ce métier et une hygiène de vie irréprochable auront été le ciment de son passage, entraînant dans son sillage le club parisien. Comme Ibrahimovic, il a fixé le curseur tellement haut en termes de professionnalisme que ses coéquipiers n’ont eu d’autres choix que de suivre cette voie. Si Paris en est-là, c’est surtout grâce à ça.

L’exploit sans lendemain de Chelsea

Entrons désormais dans le vif du débat : Thiago Silva a-t-il failli dans sa mission Ligue des champions ? Jusqu’à présent, et cette édition 2020 tronquée qu’il peut encore gagner, la réponse est oui. Comme Zlatan Ibrahimovic, Thiago Silva se sera cogné très fort au plafond de verre des demi-finales. En 2015 pourtant, son coup de casque plein de rage face à Chelsea avait dessiné les contours d’une rédemption magnifique.

La suite ne fut qu’une série de désillusion avec, en prime, ce camouflet made in Emery de le mettre sur le banc face au Real Madrid en 8e de finale 2018. Le vrai virage se situe-là. Car le coach espagnol, ce soir-là, a mis le clou final sur le cercueil d’une réputation déjà salie par la remontada barcelonaise, où sa propension à défendre bas aura fait plonger Paris tactiquement.

Thiago Silva aura été un formidable joueur du PSG. Mais il n’aura pas été un grand capitaine. Cadre plus que leader, il aura aussi exaspéré bon nombre de ses coéquipiers par ses attitudes à l’entraînement lorsque la pression montait. Regard noir et rancune tenace, le capitaine prenait son rôle à cœur, fixant sa propre exigence sur celles des autres et oubliant ainsi de lier le groupe. Sa relation avec les stars, notamment celle, ambigüe, avec Neymar, aura aussi été un frein à un capitanat exemplaire.

Fatalement, son passage au PSG restera marqué au fer rouge par ces faits-là. Ce genre de cicatrices restent vives. Parce que l’extraordinaire prend toujours le pas sur la routine dans les mémoires. Voilà le drame de Thiago Silva. Avoir été extraordinaire dans le quotidien. Et franchement banal lorsque la situation réclamait des héros. Il n’en sera pas un. A moins que ses derniers matches de son épopée parisienne finissent par le laver de tous ses péchés.

Thiago Silva fait-il toujours partie du top 10 mondial des défenseurs ?

Ligue 1
"C’est pas la capitale, c’est Marseille bébé" : Jusqu'où joueurs et clubs peuvent-ils chambrer ?
25/09/2020 À 05:49
Ligue 1
Aouar, Draxler, Sanson : Les gros de L1 vont-ils réussir à dégraisser ?
24/09/2020 À 08:23