Les semaines et surtout les mois diront si la formation parisienne version 2020-2021 est mieux armée que celle qui a fini en finale de la Ligue des champions. Pour cela, les Danilo Pereira, Alessandro Florenzi, Rafinha et autres Moise Kean vont devoir démontrer que l'accélération de Leonardo dans les dernières heures du mercato n'a pas eu lieu sous le signe de la précipitation et de l'urgence. Mais a bien été dictée par des choix réfléchis aptes à rendre le collectif parisien plus fort dans sa quête de sommet européen. Mais si on s'attarde sur les départs, il y a cependant de quoi rester songeur.

Confronté à une situation inédite comme tout le football européen, Leonardo devait vendre pour permettre à Paris de renflouer un peu ses caisses dans une année marquée par la crise liée à la pandémie du Covid-19. Le directeur sportif parisien, si efficace quand il s'agit d'activer ses réseaux italiens pour dénicher les bons profils, n'a pas vraiment excellé dans ce domaine. Et c'est un doux euphémisme.

Ligue 1
Saint-Etienne, Puel et poings liés
IL Y A 17 HEURES

2020, mauvais élève ? On a classé les mercatos du PSG sous QSI

5 petits millions récupérés…

A l'issue de ce mercato à rallonge terminé un 5 octobre, cinq millions d'euros sont venus s'ajouter dans les caisses parisiennes, grâce au départ de Loic Mbe Soh à Nottingham Forest, en Championship. Une maigre enveloppe alors qu'un montant de 60 millions d'euros était espéré pour aider les bilans comptables à avoir une meilleure allure. Mais personne n'a réussi à convaincre Julian Draxler de quitter sa confortable situation parisienne. Thilo Kehrer ou encore Idrissa Gueye n'ont eux pas reçu d'offres à la hauteur de leurs espérances.

Pendant ce temps-là, Paris, qui s'est surtout acharné à trouver des solutions pour ne pas trop dépenser en récupérant des joueurs libres ou des prêts, a quand même acheté pour plus de 60 millions d'euros. Mais surtout pendant ce temps-là, les joueurs qui ont quitté le navire parisien libres ont trouvé des jolis points de chute. Ce qui peut intriguer. Certes, Paris a allégé sa masse salariale avec les départs de Thiago Silva et Edinson Cavani, ce qui n'a rien de négligeable en ces temps de crise. Mais d'autres grands noms du football européen se sont délectés de ce "délestage" en règle des Parisiens :

  • Thiago Silva ? L'ancien capitaine du PSG va tenter de devenir le nouveau patron de la défense d'une équipe de Chelsea ambitieuse.
  • Thomas Meunier ? Il avait trouvé un accord avec le Borussia Dortmund avant la fin de saison.
  • Edinson Cavani ? Après des mois dans l'attente et dans le flou, le serial-buteur uruguayen se retrouve à Manchester United.
  • Eric Maxim Choupo-Moting ? Il a refusé une offre de dernière minute du PSG pour un contrat d'un an. Pour signer sur le gong au Bayern Munich pour… une saison.
  • Tanguy Kouassi ? Malgré la cour assidue du PSG, le jeune défenseur parisien a préféré poursuivre sa carrière au Bayern.
  • Adil Aouchiche ? Le milieu de 17 ans n'a pas voulu signer de contrat pro avec son club formateur pour tenter sa chance à Saint-Etienne.

Dans le lot, il y a quand même de belles écuries. Très belles même. De quoi laisser penser que ce ne sont pas des joueurs lambdas dont Paris s'est séparé cet été. Certes, certains n'entraient plus vraiment dans les plans parisiens et avaient des exigences salariales trop conséquentes. D'autres ont rejeté les tentatives de rattrapage mal venues du PSG après s'être sentis poussés vers la sortie pendant des mois. Et les jeunes ont préféré aller voir si l'herbe n'était pas plus verte ailleurs. Leur départ peut donc se comprendre et se justifier. Il reste maintenant à savoir si les recrues vont compenser leur absence et bonifier le groupe des champions de France. Et ça, ce n'est que le temps qui le dira.

De 2,5 à 8/10 : voici notre carnet de notes du mercato en L1

Ligue 1
Blanquer fustige le football professionnel : "Une forme de cupidité et d'irréalisme"
22/11/2020 À 20:41
Ligue 1
Gignac de retour à l’OM ? "Miser uniquement sur des jeunes serait une erreur fatale" répond Longoria
21/11/2020 À 10:37