Opinion
Football
Ligue 1

Icardi, le chef-d'œuvre de Leonardo

Partager avec
Copier
Partager cet article

Leonardo (PSG)

Crédit: Getty Images

ParMartin Mosnier
31/05/2020 à 22:26 | Mis à jour 02/06/2020 à 09:04
@MM_eurosportfr

LIGUE 1 - De bout en bout, le dossier Mauro Icardi a rappelé la puissance de Leonardo sur le marché des transferts, la solidité de ses réseaux, son sens des affaires et son pouvoir toujours plus croissant à Paris. Ce transfert, c'est le sien. Alors, chapeau Leo !

On l'a vu, on l'a entendu. Après PSG-Bruges notamment. Après les intérims d'Olivier Létang, Patrick Kluivert et Antero Henrique, Leonardo est revenu aux affaires pour faire entendre la voix du PSG, assumer la communication du Paris-Saint-Germain. Tour à tour ferme puis cajoleur, le Brésilien a défendu une institution parfois affaiblie par le silence et/ou le manque de charisme de ses prédécesseurs. Leonardo est aujourd'hui la voix et le visage du PSG. Et on en aurait presque oublié sa principale mission. Le transfert définitif de Mauro Icardi à Paris est venu nous rappeler avec force pourquoi le PSG a rappelé son ancien directeur sportif.

Ce dimanche, les champions de France ont signé le double meilleur buteur de Serie A (2014/2015, 2017/2018), un homme aux 20 buts en 31 matches cette saison et un international argentin de 27 ans pour 50 millions d'euros (+ 5 à 8 millions de bonus selon les sources). C'est un triple tour de force, pour ne pas dire de magie. D'abord parce qu'à ce prix, Icardi est de très très loin le moins cher de tous les grands buteurs européens. A titre de comparaison, Romelu Lukaku a coûté 80 millions d'euros l'an passé, Nikola Jovic 60 et Joao Felix, même s'il est beaucoup plus jeune, 120. Ensuite, parce que l'option d’achat avait été fixée à 70 millions d'euros. Enfin parce que sa clause libératoire culminait tout de même à 110 millions l'été dernier.

Ligue 1

Terrier à Rennes, c'est imminent ?

HIER À 20:49

Mauro Icardi - PSG - 2020

Crédit: Imago

Culot et audace

Bien sûr, la crise du Covid-19 ne fera pas gonfler les prix cet été. Mais ce serait faire injure au flair de Leonardo que de se cacher derrière la pandémie pour expliquer la belle affaire parisienne. D'abord parce que la première pierre fut posée l'été dernier, lors du tout dernier jour du mercato, et que, sans le sens des affaires et la profondeur des réseaux italiens de Leo, rien de tout cela n'aurait été possible. Parfaitement au courant de l'impasse dans laquelle se trouvait l'Inter avec son ancien capitaine, qui a défié la Curva Nord l'an passé rappelons-le, conscient que Milan ne voyait pas d'un très bon œil le départ d'Icardi chez un concurrent de la Serie A, Leonardo a joué sur du velours pour attirer l'un des meilleurs buteurs d'Europe à un prix qui ne cadre évidemment pas avec le marché actuel.

Mais il fallait du culot et de l'audace pour faire encore baisser les enchères après une saison de prêt bien plus qu'honorable. Mais Leonardo connaît parfaitement le marché. Et il savait pertinemment qu'un retour à Milan restait inenvisageable et que l'Inter préférait brader son ancienne idole plutôt que de prendre le risque qu'elle devienne l'arme fatale de la Juventus la saison prochaine.

Nasser al-Khelaïfi et Leonardo lors d'un entraînement du PSG

Crédit: Getty Images

Bras de fer remporté face à Tuchel

Ce dossier de l'avant-centre est évidemment capital pour le PSG et Leonardo. Parce que sans Icardi, il aurait fallu débourser beaucoup plus d'argent ou prolonger Edinson Cavani alors même que Leonardo veut économiser l'étincelant contrat de l'Uruguayen (18 millions par an) qui ne correspond plus à son statut. Le transfert définitif d'Icardi permet à Leonardo de mettre la pression sur Cavani : la présence du meilleur buteur de l'histoire du club la saison prochaine n'est plus un impératif pour le PSG. Soit il trouve un généreux contrat ailleurs (la crise actuelle ne va pas l'y aider) soit il prolonge en réduisant drastiquement ses émoluments. Deux options qui conviennent à Paris.

Leo est un sacré stratège et il faut aussi lire ce transfert comme une façon d'imposer à tous en général mais à Thomas Tuchel en particulier sa vision des choses. Rappelons que le coach parisien a fait d'Icardi une option secondaire depuis février et que l'Argentin n'a pas disputé la moindre minute des matches les plus importants de la saison face à Dortmund. Tuchel a donné sa confiance à Cavani, Leonardo fait exactement le contraire et impose ses choix à son coach. Une façon de marteler son autorité alors même que les relations entre les deux hommes n'ont jamais été idylliques. A Paris, il n'y a pas de place pour deux patrons. Et aujourd'hui, le boss c'est Leo.

PSG: Thomas Tuchel (rechts) und Leonardo

Crédit: Getty Images

Ligue 1

Aouchiche et Paris, c'est fini

HIER À 19:47
Ligue 1

"Un geste qui transmet son amour pour l'OM" : Villas-Boas salue la prolongation de Payet

HIER À 19:23
Dans le même sujet
FootballLigue 1
Partager avec
Copier
Partager cet article