21 mai 2016. La finale de la Coupe de France oppose le PSG à l’OM. Ce match, au-delà d’être une belle affiche au Stade de France, est un évènement pour le club de la capitale : c’est la dernière fois que Zlatan Ibrahimovic foule une pelouse sous la tunique parisienne. Sur le terrain, Paris et Marseille sont dos à dos à la pause (1-1). Ibra remet les pendules à l’heure au retour des vestiaires en redonnant l’avantage sur penalty, et s’en va célébrer au poteau de corner. Et 10 minutes plus tard, Edinson Cavani fait le break et porte le score à 3 buts à 1. Mais ce but est tout sauf anodin.

Edinson Cavani après son but face à l'OM en finale de la Coupe de France 2016.

Crédit: Getty Images

Ligue 1
Neymar touché à un mollet est incertain contre Angers
IL Y A 15 HEURES

Tout commence au Stade de France

Une fois Mandanda battu, Cavani se transforme et laisse exprimer sa joie. L’Uruguayen contourne les panneaux publicitaires et va célébrer son but au pied du virage Nord du Stade de France, occupé ce soir-là par les supporters parisiens. Pendant de longues secondes, "El Matador" reste au pied du virage, tout en montrant l’écusson du club sur son maillot. Pourquoi une telle célébration ? Parce que Cavani le sait : le successeur d’Ibra à la pointe de l’attaque parisienne, c’est lui. Fini, le côté gauche. Fini, la domination écrasante du Suédois sur le flanc de l’attaque. Et ce but marqué face à l’OM est le premier d’une longue série, qui va finalement lui permettre de devenir le meilleur buteur du club.

Zlatan, Sochaux Granville : Les meilleurs moments de la Coupe de France 2016

Mais ce que Cavani ignore sûrement, c’est que des Ultras parisiens étaient présents ce soir-là. Pourtant, à cette époque, le PSG et la préfecture de police de Paris n’avaient pas encore acté le retour d’une association de supporters dans les travées du Parc. Mais, lors de la finale de la Coupe de France face à l’OM, le Collectif Ultras Paris (CUP) a fait l’une de ses premières apparitions publiques dans le virage réservé du Stade de France. Et ces quelques dizaines de supporters présents ont pu observer, à quelques mètres d’eux, la joie et la rage d’"El Matador" au pied de la tribune. Sans le savoir, le début de l’histoire d’amour commence ce soir-là.

Cavani-CUP, destins croisés dans un timing parfait

La saison qui suit est la meilleure d’Edinson Cavani sous le maillot parisien. Il inscrit 49 buts et délivre 6 passes décisives en 50 matches, toutes compétitions confondues. Mais cette saison 2016/2017 est, sur le plan sportif, l’une des pires du PSG ère QSI. Le club de la capitale perd son titre de champion, qui revient au Monaco de Mbappé, Falcao, Fabinho, Lemar… Et surtout, Paris subit une déconvenue désormais célèbre, le 8 mars 2017 au Camp Nou face à Barcelone. Cependant, malgré ces échecs, la saison d’Edinson Cavani reste appréciée à sa juste valeur par les supporters parisiens. Il apparaît d’ailleurs comme le seul rescapé de cet échec sportif.

La meilleure saison de l’Uruguayen coïncide avec le retour des ultras parisiens au Parc des Princes, plus de six ans après le plan Leproux. Quelques centaines de supporters issus de différents groupes (Liberté Pour les Abonnés, K-Soce Team Paris, Parias Cohortis…) sont autorisés, dès octobre 2016, à reprendre progressivement possession de la tribune Auteuil sous une même entité : le Collectif Ultras Paris. Ils ont également le droit se se déplacer pour encourager le PSG à l’extérieur.

Edinson Cavani, après son premier but face à Monaco lors de la finale de la Coupe de la Ligue 2017.

Crédit: Getty Images

Ainsi, les destins d’Edinson Cavani et du CUP se croisent dans un timing parfait. C'est lui qui offre à tous ces Ultras bannis si longtemps de leur stade la joie d'exulter à nouveau sur un but du PSG. Et la joie démonstrative de l’Urugayen à chacune de ses réalisations ne fait qu’amplifier l’amour que lui portent les plus fervents supporters. Quoi de mieux, après avoir sacrifié une journée et enchaîné les kilomètres dans un bus pour supporter son équipe à l’extérieur, que son numéro 9 vienne célébrer son but au pied du parcage, à quelques centimètres ?

L’antithèse d’Ibra

Bien au-delà de sa grinta, de son implication ou de son humilité, "Edi" a surtout incarné des valeurs proches de celles du combat des Ultras du PSG. Celles d'une abnégation sans faille et d’un football passionné. Les plus fervents d’entre eux ont trouvé en Cavani ce qu’il manquait à Ibrahimovic. Sur le plan sportif, le passage du Suédois à Paris est difficilement critiquable. Mais son arrogance et ses déclarations parfois irrespectueuses envers l’histoire du club, comme "Le PSG est né vraiment avec l’arrivée des Qataris", ont laissé un goût amer dans la bouche de certains fans.

Cavani plaît tellement aux ultras que dans les derniers instants de la saison 2016/2017, certains d’entre eux commencent à lui concocter un chant, sur l’air des "Démons de minuit". Une première version de ce chant avec des paroles naît. Mais très vite, le Collectif Ultras Paris décide de retirer les paroles, et de simplifier le chant de sorte à ce que tout le stade puisse aisément le reprendre à chaque étincelle du "Matador". Et ça n’a pas loupé. Le chant est, aujourd’hui, scandé par tout le Parc des Princes à chaque apparition de l’Uruguayen.

L’été qui suit, le PSG réalise un mercato hors-normes. Neymar et Mbappé rejoignent la capitale. Le premier est accueilli en héros, lors de sa présentation au Parc des princes le 7 août 2017 avant la rencontre face à Amiens. Le Brésilien, après avoir fait un tour du stade, s’arrête de longues minutes devant la tribune Auteuil. Tout le Collectif Ultras Paris reprend alors le chant concocté pour la star : une reprise du morceau "Brazil" du groupe Bellini. On se dit alors que le Parc des Princes allait chérir son joyau brésilien, au moins tout autant qu’Edinson Cavani. Et pourtant…

Quand l’amour pour Cavani va au-delà d’Auteuil…

Un fait de jeu bien précis va prouver que les sentiments éprouvés pour l’Urugayen ont dépassé la tribune Auteuil. Le 17 janvier 2018, le PSG reçoit Dijon au Parc des princes. Neymar, déjà auteur d’un triplé et d’un match stratosphérique, va récupérer le ballon pour tirer un penalty accordé aux Parisiens. Mais le public du Parc n’a qu’une chose en tête : si Edinson Cavani tire le penalty, il inscrit alors son 157e but sous le maillot parisien et devient alors le meilleur buteur de l’histoire du club. Neymar n’y pense pas et pose le ballon au point de penalty. Alors, des sifflets descendent des tribunes Paris, Borelli et Boulogne. Et non de la tribune Auteuil, contrairement à ce qui avait pu être écrit à l’époque.

Pas à l’origine de ce micro incident, le Collectif Ultras Paris avait alors brandi une banderole lors du match suivant : "Siffler nos joueurs est à l’opposé de nos valeurs, Neymar-PSG-CUP unis pour Paris". El Matador a finalement inscrit son 157e but face à Montpellier quelques semaines plus tard, entrant encore un peu plus dans le cœur des supporters parisiens. Il a d’ailleurs célébré ce but symbolique en se rendant au pied de la tribune Auteuil et en lançant son maillot aux supporters. Un moment que les habitués du virage ne sont pas près d’oublier.

Edinson Cavani, meilleur buteur de l'histoire du PSG

Crédit: Getty Images

Un amour éternel

La suite, on la connait. Intrinsèquement moins à l’aise techniquement que Neymar et Mbappé, Cavani est petit à petit exclu de la relation naturelle qui s’installe entre les deux joueurs. Mais il continue à empiler les buts. Le vrai tournant arrive en février 2019, quand il se blesse à la hanche en tirant un penalty. Depuis, l'Uruguayen enchaîne les rechutes et les petits pépins physiques. L'arrivée de Mauro Icardi à l'été 2019 n'arrange rien, rétrogradant ainsi "Edi" sur le banc. Pourtant il bénéficie toujours du soutien indéfectible des habitués du Parc, à chacune de ses sorties. Un immense drapeau à l’effigie de l’Uruguayen est d’ailleurs brandi depuis plus d’un an maintenant, dans la partie basse du virage Auteuil.

Si les Ultras ont, depuis leur retour, toujours clamé leur amour pour Edinson Cavani à travers diverses banderoles et chants, ils ne se sont jamais alliés "contre" ceux qui pouvaient faire de l’ombre à l’Uruguayen. Si leur relation avec Neymar s’est dégradée, ce n’est en aucun cas à cause du fameux "Penalty Gate". Kylian Mbappe ou même Mauro Icardi, arrivé à la fin du mercato estival de 2019, n’ont jamais été sifflés par les Ultras parisiens parce qu’ils volaient la vedette à leur chouchou.

Dans la culture Ultra, le club passe avant tout. Mais Edinson Cavani, par sa mentalité et ses accomplissements à Paris, est l’un des rares joueurs à faire l’unanimité chez les habitués de la tribune Auteuil. A tel point que ses grosses envies de départ à l’Atlético au mois de janvier dernier n’ont jamais été réprimandées par les Ultras parisiens. Preuve que, dans le cœur des plus fervents supporters, Cavani restera une légende du club. A jamais.

Edinson Cavani devant les supporters du PSG après la victoire face à Dortmund

Crédit: Getty Images

Ligue 1
Le PSG maîtrise alors Tuchel… s'agace : "Franchement, je ne suis pas content"
HIER À 07:22
Ligue 1
"C’est pas la capitale, c’est Marseille bébé" : Jusqu'où joueurs et clubs peuvent-ils chambrer ?
25/09/2020 À 05:49