La sortie de Pablo Longoria ne passe pas. Le nouveau président marseillais a indiqué lundi dans El Pais que la France est "l’un des pays qui exporte le moins d’entraîneurs car ils ne vendent pas d’idées collectives". Une déclaration qui a fait bondir Bruno Genesio ce jeudi en conférence de presse à deux jours du match de championnat Angers-Rennes. "Je m’élève contre ça. Je pense que nous, entraîneurs français, ne sommes pas suffisamment solidaires face à ça", a d'abord déploré le technicien de 54 ans.
En effet, le successeur de Julien Stephan regrette cette image d'entraîneurs français "sous-côtés". "Zinédine Zidane n’est pas mis en avant, je trouve, par rapport au travail qu’il a fait et à ce qu’il a gagné par rapport à d’autres entraîneurs étrangers Je trouve qu’on n’en parle pas beaucoup par rapport au palmarès qu’il a, note l'ancien entraîneur lyonnais. Il y a plein d’exemples de coachs français (Stéphane Moulin, Michel Der Zakarian, Olivier Dall'Oglio) qui font très bien leur travail et qui ne sont pas mis en avant, parce qu’ils n’ont pas la carte. C’est-à-dire, peut-être le look, la façon de parler, le fait d’avoir des relations avec un certain réseau."

Le Bayern a-t-il été arrogant ? "Le PSG n'a pas été au-dessus sur la double confrontation"

Ligue 1
Le PSG s'est rapproché de Rennes pour Camavinga
IL Y A 5 HEURES
Pour Bruno Genesio, les entraîneurs français doivent progresser dans la pratique des langues étrangères. "Je pense que c'est le gros défaut qu’on a", précise-t-il. Car à part Zinédine Zidane, aucun autre technicien français ne se trouve actuellement sur le banc d'un club du Top 4 européen.

Au-delà du bashing, Genesio est-il un bon coach ? "C’est un plat du pied sécurité"

Ligue 1
189 millions : Mbappé représente la plus forte valeur marchande au monde
IL Y A 6 HEURES
Ligue 1
Kimpembe suspendu trois matches, Leonardo pointe une décision "complètement incohérente"
IL Y A 7 HEURES