Burak Yilmaz va faire son retour dans le groupe de Lille ce dimanche contre Monaco. Et c'est une très bonne nouvelle pour le LOSC avant le sprint final tant l'attaquant turc a été déterminant dans le bon début de saison du club nordiste avec ses neuf buts en 18 matches de L1. Mais ce come-back bienvenu met aussi en lumière toute la richesse de l'attaque lilloise. Car le LOSC a su s'installer à la première place de la L1 sans son arme numéro 1 du début de saison suite à une série de sept victoires et deux nuls en championnat.
En l'absence du "Monsieur Plus" turc des Dogues, Jonathan David a notamment retrouvé les sensations du buteur qui avait conquis le championnat belge la saison passée. Plus affûté et en confiance, le Canadien, arraché à La Gantoise contre un chèque de 27 millions d'euros, affiche lui aussi neuf réalisations en L1. De quoi saluer encore une fois tout le travail de Luis Campos – l'ancien conseiller du président à Lille – et de la cellule recrutement nordiste, qui ont parfaitement su faire oublier cet été les départs de Victor Osimhen (Naples) et Loïc Rémy (Caykur Rizespor).
Ligue des champions
L'Olympiakos et Valbuena assurent, le Celtic prend la porte
HIER À 21:54

Une attaque avec des multiples contributeurs

Il ne faut cependant pas s'y tromper, cette réussite n'est pas l'histoire de deux finisseurs. C'est une question d'efficacité de tout un secteur tant Lille possède une vraie armada devant. Avec une force de frappe composée de multiples têtes : Yusuf Yazici (7 buts en L1), Jonathan Bamba (6 buts), Jonathan Ikoné (4 buts), Timothy Weah (3 buts), Luiz Araujo (3 buts) ont ainsi tous contribué à l'effort collectif pour épauler Yilmaz puis David.
Le danger vient clairement de partout. Enfin de partout dans le secteur offensif car le reste de la formation lilloise n'a inscrit "que" six buts en championnat dont trois pour le seul José Fonte. Mais est-ce un souci quand les attaquants assurent leur mission en étant efficaces offensivement pour remplir les filets adverses ? Evidemment que non, surtout que chaque secteur est au niveau dans son domaine de prédilection à l'image de la défense qui n'a encaissé que 17 buts en 28 matches.

Une variété qui change tout

Cette richesse offensive, beaucoup l'envie au LOSC. Et si Christophe Galtier s'est souvent appuyé sur les mêmes hommes pour s'occuper de son animation offensive ces dernières semaines en L1 (Bamba, Araujo sur les côtés, David et Ikoné devant), il reste cette impression que l'entraîneur lillois peut pianoter à sa guise grâce à la profondeur de son effectif et aux profils variés de ses joueurs. Sans que cela n'impacte trop l'efficacité de son équipe.
Les options sont même légion. Devant, Yilmaz et David peuvent être associés, comme au début de saison avec le Turc comme point d'ancrage. Yusuf Yazici peut venir suppléer l'un des deux, avec son profil complet, lui qui peut évoluer en meneur de jeu, sur un côté ou comme attaquant. Une polyvalence qui s'impose comme un atout précieux. Mais l'avantage pour le LOSC, c'est que l’ancien de Trabzonspor n'est pas le seul à avoir une palette aussi large.
Timothy Weah, qui se fait de plus en plus sa place, peut également jouer en pointe, au milieu, à gauche ou à droite. Et le retour depuis quelque semaines à un niveau plus digne de ce qu'il avait montré lors de ses premières saisons lilloises de Jonathan Ikoné, qui se retrouve à droite ou plus dans l'axe en fonction des besoins, va dans le même sens et complète la panoplie si dense de Galtier. Le technicien a lui le mérite de s’en servir à bon escient pour s’adapter aux profils des équipes adverses, faire souffler certains de ses protégés ou profiter des formes du moment. Et les Dogues n'en sont que plus mordants.
Football
Nouveau revers pour Lille, face au FC Porto
25/07/2021 À 22:10
Ligue 1
Le champion de France reprend l'entraînement sans entraîneur
01/07/2021 À 15:25