C'est un peu le choc des extrêmes. Même si le PSG n'est pas leader de Ligue 1, il y a un gouffre entre le champion de France en titre, actuel troisième au classement, et la lanterne rouge. De là à dire que la réception des Crocos devrait être une simple formalité pour l'ogre parisien, il y a un pas à ne surtout pas franchir. Les hommes de Mauricio Pochettino sont bien placés pour le savoir après avoir été renversés dimanche par Lorient (2-3), qui pointait à la 19e place avant le coup d'envoi. Avoir un effectif pléthorique et gavé de stars ne suffit pas. Un seul être lui manque et tout est dépeuplé.

Il n'est pas question de Neymar, même si Paris vit trop souvent des coups d'éclat de son génie brésilien en attaque. Il n'est pas question de Keylor Navas, même si l'ange-gardien costaricien a maintes fois tenu le PSG à bout de bras. Il n'est pas question de Marco Verratti, même si la machine parisienne ne tourne jamais à plein régime sans son métronome italien. Ces trois-là ne seront pas là face à Nîmes. Mais l'absence la plus problématique, c'est bien celle de Marquinhos. Parce que l'édifice ne tient plus dès que le Brésilien vient à manquer.

Ligue 1
Ça sent très bon : Neymar va prolonger pour quatre ans de plus au PSG
02/02/2021 À 14:37

Le vertige des chiffres

Le constat est sans appel à la lecture des chiffres. Sans Marquinhos, le PSG afficherait presque un parcours de relégable avec 3 victoires, 1 nul et 6 défaites, soit une moyenne de 1 point/match toutes compétitions confondues. Avec lui, il tient au contraire un rythme de champion avec 16 victoires, 2 nuls et 1 défaite, soit une moyenne de 2,63 points/match. Cette seule défaite avec Marquinhos, face à Leipzig en Ligue des champions (2-1), est l'exception qui confirme la règle. Elle avait surtout montré que le Brésilien, titulaire au milieu en Allemagne, était indispensable en défense.

Pochettino regrette-t-il de ne pas avoir recruter Alli ? Equive et langue de bois

Les statistiques défensives du PSG montrent ainsi un écart abyssal en fonction de la présence ou non du Brésilien. Avec lui, Paris n'a concédé que 7 buts en 19 matches, soit une moyenne 0,34 but par match. Sans lui, le PSG a pris deux fois plus de buts (14) en quasiment de fois moins de match (10), soit une moyenne de 1,4 but par match. Pour résumer, le PSG prend en moyenne au moins 1,5 point de plus et concède au moins un but de moins quand Marquinhos est sur le terrain. Des écarts vertigineux qui en disent assez long sur l'impact de l'ancien Romain. Il est monumental. Et sans égal.

Derrière Marquinhos, c'est le désert

Il n'est d'ailleurs pas sans rappeler celui de Thiago Silva. La défense parisienne n'affichait pas le même rendement sans son capitaine brésilien, parti à Chelsea l'été dernier. Marquinhos était désigné pour prendre une succession loin d'être évidente à assumer, au-delà du rôle de capitaine. Il a admirablement pris le relais de son compatriote à tous les niveaux. Le leadership de Marquinhos ne faisait pas vraiment de doute. Mais cette saison, il a surtout prouvé sa capacité à devenir le défenseur de référence du PSG dans tous les aspects du jeu. C'était un enjeu capital pour Paris.

"Leonardo le voulait même avant que Pochettino arrive" : Alli au PSG, ce n'est pas fini

Cette confirmation, Paris l'espérait. Mais il y a aussi celle que le club francilien n'espérait pas. L'incapacité des autres défenseurs à prendre le relais pour maintenir la défense du PSG au même niveau était déjà nette quand Thiago Silva n'était pas là les saisons précédentes. Elle l'est tout autant quand Marquinhos vient à manquer sur cet exercice. La prestation de la charnière parisienne à Lorient, qui est très loin d'avoir l'une des attaques les plus redoutables de l'élite, en a été une nouvelle preuve. Si Marquinhos est indispensable, c'est aussi parce que les autres ont un rendement insuffisant.

Kimpembe, le cas symbolique

Pour Thilo Kehrer, ce n'est plus une surprise. L'Allemand n'a jamais vraiment affiché les qualités d'un défenseur international allemand, recruté pour près de 40 millions d'euros. Le cas de Presnel Kimpembe est différent et illustre mieux le problème du PSG. Car le champion du monde est attendu comme le défenseur référent en l'absence de Marquinhos. Il fait un parfait lieutenant du Brésilien en sa présence, comme avec Thiago Silva auparavant. Mais il n'a plus le même niveau de performance et ne dégage plus la même sérénité quand il doit endosser le rôle de leader défensif en l'absence de son capitaine.

Ce n'est pas nouveau. Mais voir cette tendance se confirmer saison après saison a de quoi inquiéter le PSG. Si la défense centrale tient un rôle toujours déterminant dans une équipe, elle est encore plus cruciale dans une formation parisienne qui empile régulièrement les talents offensifs, avec le déséquilibre collectif que cela peut impliquer. Que Paris affiche un rendement si radicalement différent selon la présence ou non d'un seul joueur peut difficilement correspondre à un club aux ambitions si élevées. Il appartiendra aux dirigeants parisiens de régler ce problème l'été prochain. En attendant, ils ne peuvent que croiser les doigts pour que l'indispensable Marquinhos ne connaisse pas de pépin.

Pochettino : "Pour moi, Marquinhos est un défenseur central"

Ligue 1
Diminué, Paris a assuré le service minimum
IL Y A 5 HEURES
Ligue des champions
Kean positif au Covid-19, forfait pour Bordeaux... et contre le Barça ?
IL Y A 12 HEURES