Cette saison de Ligue 1 a été passionnante et elle le sera jusqu'au bout. Mathématiquement, ils sont encore trois à pouvoir rêver du titre de champion de France : Lille, le Paris Saint-Germain et Monaco. Même si l'ASM, à trois longueurs du leader lillois, aura besoin d'un petit miracle pour rafler la mise. Mais le club de la Principauté a au moins gagné le droit de rêver.
Le LOSC, lui, ne s'est pas gâché la fête, mais il s'est compliqué la vie. Le PSG ayant battu Reims (4-0) dimanche soir, les hommes de Christophe Galtier ne pouvaient être sacrés. Mais leur nul vierge de buts face à Saint-Etienne les met clairement sous pression avant un dernier déplacement à Angers. En cas de victoire contre les Verts, ils auraient pu se contenter d'un nul dans le Maine-et-Loire. Là, pour avoir la garantie de déboucher le champagne, il faudra gagner.
Ligue 1
"Cette fois, aller au moins en C1" : Garcia veut rejoindre un projet plus ambitieux qu'à Lyon
HIER À 12:16

Burak Yilmaz (Lille) contre Saint-Etienne.

Crédit: Getty Images

Galtier : "On a sûrement été pris par l'enjeu"

Du côté lillois, on tente de se rassurer en s'appuyant sur les faits : tout dépend encore d'eux. "On est premiers, il faut gagner le dernier match, rappelle le capitaine nordiste José Fonte. Il faut se concentrer sur le dernier match. Normalement, on a fait des bons résultats à l'extérieur. Il faut gagner cette 'finale'." "On aurait préféré avoir une petite marge, mais on est toujours devant", insiste également Christophe Galtier.
Lille a-t-il ressenti le poids de l'évènement dimanche ? La proximité du paradis a-t-elle troublé le leader et possible champion ? Pour Christophe Galtier, la réponse est oui. Sur ce sujet délicat, il ne se cache pas. "Il y avait beaucoup de nervosité, on a sûrement été pris par l'enjeu, juge-t-il. On a fait une très mauvaise entame, notamment les 20-25 premières minutes, on est sorti complètement de notre plan de jeu, il y a eu beaucoup d'erreurs techniques, notre bloc était étiré. Ça a été un peu mieux ensuite, on a manqué de réussite, mais on ne pouvait pas en avoir beaucoup ce soir car on a fait un match très moyen."

Reinildo (Lille)

Crédit: Getty Images

Dans le football, croire, c'est le plus important
Si le PSG maintient la pression, le LOSC est sans doute son pire ennemi à ce stade. Les Dogues peuvent tout perdre, ils le savent, ils le sentent et devront tout faire pour s'émanciper de ces pensées néfastes à Angers. "J'aurai une discussion avec les joueurs pour qu'on soit plus calme. La nervosité vous empêche de bien jouer et il faudra mieux maîtriser notre sujet lors du dernier match", concède encore l'entraîneur lillois.
Si Lille a le pied qui tremblote, le PSG est prêt à en profiter. Le club de la capitale n'a pas fait dans la demi-mesure contre Reims (4-0) et à Brest, où s'achèvera sa chaotique campagne, selon ses standards en tout cas, il aura une oreille en Anjou.
"Tout peut arriver, savoure déjà Mauricio Pochettino. Dans le football, croire, c'est le plus important. On va espérer que Lille ne gagne pas à Angers. Il faudra aussi faire notre travail à Brest." Pour autant, lui aussi rappelle une évidence : Paris n'a toujours pas son destin en mains. "La réalité c'est que Lille a un point de plus, je ne crois pas à l'avantage psychologique. Nous avons des joueurs d'expérience, mais Lille aussi, qui savent jouer sous la pression", estime le technicien argentin.

Mauricio Pochettino

Crédit: Eurosport

Puel : "J'espère sincèrement que Lille sera champion"

Paris devra gagner et espérer. Lille devra gagner. La nuance est de taille. Alors le LOSC se veut toujours confiant, à l'image de Galtier : "Notre parcours s'est énormément fait à l'extérieur. On a ce dernier match qui sera une finale. Il faudra qu'on soit sur nos fondamentaux, sur ce que nous savons très bien faire à l'extérieur. Ce match nul nous permet d'avoir encore notre destin entre les pieds et les mains."
Avant cette ultime joute à trois et à distance, deux des protagonistes vont se retrouver pour une autre échéance importante : la finale de la Coupe de France, mercredi, qui opposera le PSG à Monaco. Pour un premier titre et, pour le vainqueur, l'hypothèse d'un possible doublé, même si Lille tient donc toujours la corde.
Pour leur constance, peut-être méritent-ils ce titre un tout petit peu plus que leurs deux derniers rivaux. C'est l'avis de Claude Puel, qui leur a pourtant joué un (demi) vilain tour dimanche. "J'espère sincèrement que Lille sera champion parce qu'ils le méritent, après une saison pleine et régulière. Ça serait sympa de les voir récompensés", glisse l'entraîneur stéphanois. Les Lillois sont toujours à 90 minutes d'un possible très grand bonheur. Ou d'une gigantesque frustration. Loin du Stade de France et de la Coupe, ils peuvent déjà se tourner pleinement vers Angers et leur destin. En essayant de ne pas (trop) gamberger.
Ligue 1
Mbappé avoue ses doutes : "Le meilleur endroit pour moi ? Je n’ai pas encore la réponse"
HIER À 07:40
Ligue 1
Retrait de Canal +, victoire d'Amazon : les questions que pose la nouvelle donne des droits TV
11/06/2021 À 19:26