Cette fois, il n'est plus question de langue de bois. Lille ne "peut plus se cacher", comme le reconnaît Christophe Galtier. Pendant des mois, l'entraîneur nordiste avait joué la carte de la modestie. Laissant le costume de favori à d'autres, au PSG notamment. Et si Paris reste "meilleur" selon le technicien nordiste, toujours lucide devant l'amoncellement de talents parisiens, le statut de leader à quatre petites journées de la fin force les Dogues à assumer leurs ambitions. Enfin ! Avec les risques que cela peut comprendre.
En position de force après sa victoire renversante contre Lyon (2-3), Lille a changé de discours dès le coup de sifflet final de son match face aux Gones. "Maintenant, le titre est un objectif", a tout de suite lancé Galtier, qui a vu ses joueurs lui emboîter le pas. "Ce sont des victoires qui nous prouvent qu'on peut aller jusqu'au bout", a avoué Jonathan David, au micro de Canal+.
Les jours ont passé. Mais ce jeudi en conférence de presse, les mots sont restés les mêmes. Benjamin André en a même remis une couche : "Vous dire qu'on ne pense pas au titre, ce serait complètement vous mentir, a lancé le milieu de terrain. Quand tu es premier à quatre journées de la fin, c'est impossible de l'occulter. On est obligé d'y penser et de nous projeter, parce que ce serait énorme".
Football
Nouveau revers pour Lille, face au FC Porto
25/07/2021 À 22:10

Christophe Galtier lors du match opposant le PSG à Lille, le 3 avril 2021, en Ligue 1

Crédit: Getty Images

Il n'y a aucune pression ni chez mes joueurs ni chez moi
Quelques minutes après, son coach a tracé le même sillon : "L'objectif était d'être européen, et on y est. Si on ne se prend pas les pieds dans le tapis, il y a de fortes chances qu'on joue la Ligue des champions. Quand on a dit ça, quand on voit les écarts de points, et qu'on se retrouve à ce moment-là premier, oui, on va jouer le titre", a résumé Galtier avant de se montrer encore plus agressif avec une analogie animalière si parlante pour des Dogues : "On est devant, les joueurs tiennent quelque chose et ils doivent tout faire pour pas qu'on leur prenne. Comme les chiens avec un os dans la bouche. Ils l'ont, personne ne doit venir leur enlever".
Le ton est donné. Le changement de braquet est bien acté. A quatre journées du terme, il était temps alors que le LOSC a son avenir en mains. Pourtant, le plus dur commence peut-être pour les Lillois. Il va maintenant falloir assumer cette ambition. Et le poids supplémentaire que cela peut amener sur les épaules de certains joueurs. "C'est difficile depuis la première journée, répond Galtier. Là, ce n'est pas le plus dur. Il n'y a aucune pression ni chez mes joueurs ni chez moi. Ce n'est que du bonheur. On est maître de notre destin."

Burak Yilmaz célèbre son but lors de la rencontre OL - LOSC (2-3), lors de la 34e journée de Ligue 1

Crédit: Getty Images

Quelques signes qui interrogent…

Pourtant, tous les voyants ne sont pas forcément au vert dans le Nord devant le nouveau défi à relever. Comme le souligne Opta, le LOSC a remporté moins de victoires cette saison (8 victoires, 6 nuls, 1 défaite, soit 53% de succès) en tant que leader au début d'une journée de L1 que quand il ne l'était pas (13 victoires, 4 nuls, 2 défaites, soit 68% de succès). Comme le symbole d'une petite difficulté à assumer son statut de patron. Pire ces derniers temps, les Nordistes, si solides face à leurs concurrents directs, ont pris la mauvaise habitude de se prendre les pieds dans le tapis contre des adversaires moins ronflants.
Les nuls à domicile contre Brest (0-0), Strasbourg (1-1) et Montpellier (1-1) mais aussi et peut-être surtout le revers face à Nîmes (1-2) sont là pour en témoigner. Une question d'attitude plus que de tactique sûrement. Mais cela intrigue alors que les derniers adversaires du LOSC ne font pas partie des cadors de la L1, sauf Lens (Nice 35e journée, Lens 36e j., Saint-Etienne 37e j. et Angers 38e j.).
Pour prévenir toute forme d'euphorie et remobiliser ses troupes, Christophe Galtier n'a d'ailleurs pas manqué de souligner certains de ces manques ces derniers jours. "Il y a eu beaucoup de mises en garde cette semaine sur nos matches à domicile notamment, a reconnu le coach. On doit mettre d'autres ingrédients pour que nos entames correspondent à ce que l'on veut faire dans cette fin de championnat. On doit avoir beaucoup d'investissement et un autre visage dès le début du match". Le chemin du titre passe par là. Les Lillois connaissent leur mission. Et se disent prêts à l'accomplir. Reste à passer des paroles aux actes.
Ligue 1
Lees-Melou quitte Nice pour Norwich
13/07/2021 À 10:08
Ligue 1
Le champion de France reprend l'entraînement sans entraîneur
01/07/2021 À 15:25