La première fois que vous avez rencontré Rafinha, qu’est-ce que vous avez décelé chez lui ?

Eusebio Sacristán : J’étais allé voir la finale de coupe du Roi U18 au printemps 2011 entre le FC Barcelone et le Real Madrid. Je savais que j’allais prendre la réserve du Barça l’année suivante, donc je suis allé superviser l’équipe, c’était dans la région de Huelva. Ce jour-là, le Barça a gagné 3-0. Rafinha avait mis deux buts et provoqué un penalty pour que son équipe mette le troisième but. Il était au-dessus de tout le monde, et j’étais franchement impressionné. Avoir un tel poids dans une finale, cela te fait tout de suite penser que ce joueur est très spécial. En lien avec la direction du Barça, nous avons décidé de le faire grimper d’une catégorie pour l’installer en réserve en même temps que Gerard Deulofeu.

Ligue 1
Leonardo n'a rempli qu'une partie de sa mission, les géants européens en ont bien profité
06/10/2020 À 07:53

En vérité, il avait même déjà joué quelques matchs avec Luis Enrique (entraîneur du Barça B entre 2008 et 2011, ndlr) en deuxième division. J’ai trouvé chez lui une mentalité unique. Au-delà de son jeu à l’état brut qui était d’un très bon niveau, je considérais que sa mentalité de travailleur était la meilleure de ses qualités. Si je devais ne retenir qu’un seul joueur de mon groupe à ce moment-là, c’était lui. Il était polyvalent, utile à la fois dans l’impact et le déséquilibre. Et dans le même temps, c’était un joueur très difficile à arrêter balle au pied. C’était un luxe de travailler avec un joueur de ce type.

Que vaut Rafinha, la dernière recrue du PSG ? "Techniquement pas de problème mais..."

Quels étaient vos souvenirs de lui en tant que personne ?

E.S : Il était de très bonne compagnie avec tous ses anciens coéquipiers, sociable, extraverti et apprécié du vestiaire. Ça doit être sympa d’être son ami ! Mais cela se ressent aussi sur le terrain : il souhaite participer et donner le maximum dans chaque phase de jeu d’une rencontre. Quand Rafinha va disputer un ballon dans un duel avec l’adversaire, ce n’est pas avec le dos de la cuillère, il donne tout !

Dans le Barça de Cruyff, vous étiez vous-même milieu de terrain. Est-ce qu’il vous correspondait dans le jeu ?

E.S : En tant qu’ancien milieu de terrain, je le vois plus dans un style à la Bakero. C’est un garçon qui en veut, un guerrier sans fioritures mais avec une grande assurance dans la manière de se comporter sur le terrain. Il t’apporte la force et la détermination nécessaire pour dynamiser une équipe.

2020, mauvais élève ? On a classé les mercatos du PSG sous QSI

Rafinha, 27 ans, est également le frère cadet de Thiago Alcântara, 29 ans, actuel milieu de terrain du FC Liverpool et champion d’Europe avec le Bayern Munich l’an passé. Qu’est-ce qui différenciait les deux profils à l’époque ?

E.S : Son frère est quelqu’un de beaucoup plus fin dans ses actions. Il est élégant, beau à voir jouer. C’est clairement un joueur plus compatible que son frère au FC Barcelone. Rafinha ne possède pas cette élégance, mais il dégage davantage de percussion. Il peut partir depuis sa propre moitié de terrain et faire une course effrénée pour aller marquer un but. Pour être franc, je crois qu’il nécessite un club capable de lui offrir l’espace nécessaire pour mettre en lumière la totalité de ses capacités. S’il parvient à trouver ce club-là, peut-être qu’il parviendra à la prestigieuse destinée de son frère. Je suis certain qu’il possède encore du talent à exploiter.

Quand vous voyez la différence de trajectoire entre les deux frères, qu’est-ce que cela vous inspire ?

E.S : Avec ses blessures (rupture du ligament croisé du genou droit en février 2018, puis rupture du ligament croisé du genou gauche en décembre 2018, ndlr), Rafinha n’a pas eu la continuité de son frère sur le plan sportif. Cela lui aurait sans doute permis d’atteindre un niveau supérieur depuis plus longtemps déjà. Peut-être que le Paris Saint-Germain va être l’équipe parfaite pour développer son jeu, je lui souhaite !

De 2,5 à 8/10 : voici notre carnet de notes du mercato en L1

De quoi Rafinha a-t-il besoin pour s’épanouir dans une équipe ?

E.S : Déjà, il lui faut du temps de jeu pour trouver ses automatismes avec ses partenaires. C’est une donnée fondamentale car être un titulaire au Celta de Vigo c’est une chose, mais son niveau réel doit aller au-dessus de ce statut. Si vous retirez le meilleur de Rafinha, vous avez un joueur de niveau international avec des objectifs majeurs. Paris souhaite devenir champion d’Europe ? Avec sa mentalité, Rafinha est capable de devenir une pièce nécessaire dans l’objectif du PSG.

Le transfert s’est fait dans les derniers instants du mercato. Après neuf saisons passées entre les saisons dans l’effectif et les prêts, pensez-vous que Rafinha a bien fait de quitter définitivement le FC Barcelone et de s’engager pour trois ans à Paris ?

E.S : Sans aucun doute. Cela doit être une libération personnelle en ce qui le concerne. Savoir que vous êtes prêté et que l’année suivante vous pouvez à nouveau changer d’équipe, cela n’aide pas dans le développement sportif d’un footballeur. Je crois qu’il a manqué de personnalité au Barça mais dans le même temps, j’ai l’impression qu’il se détachait des idéaux du club. Ce n’est pas un milieu de terrain adepte de la possession et de position de fixe. Rafinha est un joueur de champ qui se distingue par sa mobilité intense et son énergie dans le jeu collectif. C’est un joueur qui sort de la norme, un footballeur de rue qui va te créer le décalage pour que ton équipe gagne. À Paris, Rafinha peut enfin envisager une installation durable dans un projet collectif.

Dernièrement, Thomas Tuchel a beaucoup varié son système tactique en fonction des joueurs à sa disposition… Dans quel schéma Rafinha est-il le plus à l’aise d’après vous ?

E.S : Sa polyvalence lui permet d’évoluer dans plusieurs compositions. Toutefois, je le vois particulièrement à l’aise dans un 4-3-3, que ce soit en milieu de terrain relayeur ou sur les ailes de l’attaque. Sinon, je l’imagine aussi très efficace dans un 4-2-3-1 où il est capable d’évoluer en milieu offensif dans les couloirs ou derrière l’avant-centre.

Rafa Alcantara 'Rafinha' avec le maillot du Celta de Vigo

Crédit: Getty Images

Ligue 1
Thauvin n'a "encore rien décidé" pour son avenir à l'OM
IL Y A 5 HEURES
Ligue 1
Pour vous, Yazici est le meilleur joueur de la 11e journée, Mbappé prend le pouvoir
IL Y A 9 HEURES