A Nice, le "patron" de la défense est arrivé il y a moins d'une semaine et n'a même pas 20 ans : prêté par Arsenal, William Saliba est très attendu pour redonner de la solidité à un secteur sinistré depuis la grave blessure de Dante.
"Même si je suis jeune, je viens en tant que patron. Je viens pour diriger la défense", a assuré plein d'aplomb le très jeune (19 ans) défenseur central vendredi lors de sa conférence de presse de présentation, à la veille d'affronter Metz samedi en Ligue 1 (21h00).
Ligue 1
Nice à l'arrêt face au voisin monégasque
19/09/2021 À 12:59
Alors que son prêt par Arsenal a été signé lundi, Saliba était titulaire dès mercredi à Brest, où ses débuts plutôt réussis n'ont pas suffi à éviter une nouvelle défaite (2-0) à des Aiglons qui ont glissé à la 13e place. De fait, Saliba ne pouvait pas transfigurer à lui seul une défense niçoise toujours aussi gaffeuse (huit erreurs individuelles pour autant de buts concédés depuis le début de saison, record partagé avec Monaco) et qui ne s'est jamais remise de la blessure à un genou du capitaine Dante.
Mais Adrian Ursea, l'entraîneur niçois, s'est tout de même félicité des premiers pas de l'ex-Stéphanois au stade Francis-Le-Blé. "Lorsqu'on a un jeune joueur de son âge qui débarque dans un nouveau groupe et qui dégage cette personnalité au milieu d'une défense qu'il connaît depuis un seul jour, je trouve que c'est très encourageant pour la suite", a déclaré le technicien roumain. "Il dégage aussi le calme dont a besoin l'équipe. Je ne m'intéresse pas à l'âge. La seule question sur une recrue est de savoir si c'est un bon joueur ou pas. William nous apportera encore plus au fil des entraînements et des matches", a-t-il complété vendredi.

Discours de leader

Alors qu'il n'avais pas joué la moindre minute avec Arsenal depuis le début de saison, Saliba a livré une prestation rassurante à Brest, entre justesse technique et force de caractère au sein d'une ligne arrière très jeune et sans boussole. Difficile pourtant, à 19 ans, de reprendre le rôle et les responsabilités d'un joueur presque deux fois plus âgé - Dante a 37 ans - et infiniment plus expérimenté.
"Je remplace un grand nom mais je ne mets pas plus de pression. Je suis un jeune joueur mais je peux apporter quelque chose. Je suis là pour diriger la défense", a-t-il tout de même martelé vendredi. Et le "patron" a aussi adopté un discours et une attitude de leader. "Nous avons parlé (avec les autres défenseurs). A Brest, nous avons commis deux erreurs que nous allons corriger. Il faudra plus communiquer. Nous sommes dans une mauvaise passe, comme en connaissent tous les clubs. Nous allons nous remettre", a-t-il assuré.
Son début d'aventure raté en Premier League ne l'a par ailleurs manifestement pas traumatisé. "Je suis arrivé à Londres après six mois sans entraînement en raison du confinement, alors qu'Arsenal finissait son championnat. A la reprise, je manquais de rythme, j'aurais voulu avoir ma chance mais c'est le foot", a-t-il simplement lâché, expliquant aussi pourquoi il avait privilégié Nice à un retour à Saint-Etienne.
"Retourner à Saint-Etienne, c'était repartir dans ma zone de confort. Nice a de l'ambition et un jeu basé sur la possession", a-t-il expliqué. Alors que la rumeur d'une arrivée de Mamadou Sakho sur la Côte d'Azur n'a pas été complètement balayée, l'OGCN espère avoir trouvé en William Saliba le pilier qui manquait à son édifice défensif.

Arteta explique le départ de Saliba à Nice

Ligue 1
Pas de MNM mais Delort, Dolberg et Gouiri : à Nice, un autre trio sexy... et moins de soucis ?
18/09/2021 À 14:48
Ligue 1
Nantes a gâché, Nice en a profité
12/09/2021 À 16:56