Qu'il semble loin le temps où le nom de Michael Cuisance faisait naitre des espoirs sur la Canebière. A l'époque de sa signature sous forme de prêt avec option d'achat, André Villas-Boas se réjouissait des "qualités techniques hors normes" de son nouveau joueur. Avant de louer la "première très réussie" de son milieu. Lors de ses premiers pas en Provence, son statut de "grand espoir du foot français", comme le résumait alors le directeur du football de l'OM, Pablo Longoria, et de joueur déniché par le Bayern Munich faisait ainsi clairement saliver. C'était il y a à peine quatre mois. Mais depuis, la situation a bien évolué.
Au fil des matches, Michael Cuisance ne cesse de décevoir. Sa première partie de saison a été marquée par des prestations mitigées tant en Ligue des champions qu'en L1. Sur certains gestes ou certaines séquences, on a certes vu qu'il avait un truc en plus et possédait les atouts pour faire de vraies différences. Cependant à la trêve, le bilan était clair : il y avait encore beaucoup de choses à améliorer pour être le "grand renfort" annoncé par AVB. Le souci, c'est que le jeune talent prêté par le Bayern s'est un peu plus perdu depuis quelques semaines.
Coupe de France
L'exploit pour Canet, la dépression pour l'OM
IL Y A 6 HEURES

Des excuses pour expliquer ses difficultés

Dans un collectif marseillais à la rue, il n'est bien sûr pas le seul à décevoir. Mais l'international moins de 20 ans, formé à Nancy et passé au Borussia Mönchengladbach, semble vraiment hors du coup. Ses prestations font même presque à peine à voir, à l'image de sa dernière sortie en tant que titulaire contre Monaco où il a été fantomatique et a accumulé les pertes de balles.
Il y a bien sûr des raisons pour expliquer cette mauvaise passe. Aussi talentueux soit-il, Cuisance avait très peu joué depuis deux ans au Bayern Munich. En quatre mois à l'OM, il a ainsi déjà disputé autant de minutes que sur ses deux dernières saisons en Bavière… De quoi être indulgent et expliquer ses difficultés à enchaîner. Surtout, André Villas-Boas ne l'a pas encore installé vraiment à un poste. Souvent utilisé en soutien de l'attaquant jusque-là comme le weekend dernier, il a retrouvé de temps en temps son poste de prédilection un peu plus bas au cœur du jeu. Mais trop rarement pour vraiment s'épanouir et retrouver confiance durablement.

Michael Cuisance et Frederic Sammaritano lors de Dijon - Marseille en Ligue 1 le 9 janvier 2021

Crédit: Getty Images

Comment inverser la tendance ?

Le collectif olympien à la dérive ne l'aide pas non plus à s'exprimer. Dans la bouillie collective de l'OM, il coule. Et en montre finalement moins que sur quelques bouts de match quand il avait eu sa chance avec le Bayern Munich où tout est bien réglé. Alors s'est-on un peu emballé sur son cas ? Il est bien trop tôt pour le dire. A 21 ans, le Strasbourgeois est encore jeune. Et possède les qualités tant mentales que techniques pour devenir le joueur que l'on attend. Reste à savoir s'il va parvenir à le faire à Marseille.
Alors qu'André Villas-Boas lui fait de moins en moins confiance ces dernières semaines, le départ de Morgan Sanson peut lui permettre de gagner une place dans la hiérarchie et avoir un peu plus de minutes dans l'entrejeu à un poste plus reculé. Histoire d'avoir enfin du rythme et de pouvoir démontrer sa capacité à briser les lignes en partant plus bas sur le terrain avec son gros volume de jeu ? L'OM aurait en tout cas bien besoin d'un tel profil pour retrouver un peu de liant. Mais ça, c'est le scénario rêvé que personne n'imagine plus trop à l'OM. Car en attendant et si le Bayern espère voir l'OM lever l'option selon Bild (comprise entre 10 et 18 millions selon Longoria), Cuisance va déjà devoir retrouver confiance. Car sur ses dernières prestations, il part de loin. Très loin même.

"Je pense que c'est la fin" : Et si Villas-Boas voulait abréger ses souffrances à l'OM ?

Coupe de France
"Je suis sûr que Sampaoli pense la même chose que moi" : l'OM, tout sur la Coupe
HIER À 13:37
Ligue 1
Lille, une vraie victoire de champion : "Elle prouve qu'on veut aller jusqu'au bout"
03/03/2021 À 23:25