Il n'a pas fallu bien longtemps pour se rendre compte à quel point Marco Verratti avait terriblement manqué au PSG. Un petit quart d'heure. Celui que l'Italien a passé sur le terrain en fin de match face au RB Leipzig. Le Petit Hibou n'a pas eu besoin de plus de temps pour illuminer le jeu d'une équipe particulièrement terne jusque-là. Il n'avait pourtant plus joué pour Paris depuis le 2 octobre. Blessé quelques jours plus tard à la cuisse durant un rassemblement avec la sélection italienne, Verratti n'avait pas le rythme d'un match de Ligue des champions dans les jambes. Cela ne s'est pas senti.

Abonnez-vous à Eurosport en profitant de notre offre Black Friday !

Ligue des champions
Tuchel, mémoire courte et longue agonie
26/11/2020 À 07:08

Ses statistiques sur ce petit quart d'heure sont bluffantes. Que ce soit dans la récupération, les duels disputés, le nombre de ballons touchés ou les passes dans le camp adverse, Verratti a eu un impact comparable à celui de Danilo Pereira, Ander Herrera ou Leandro Paredes, les trois milieux titularisés par Thomas Tuchel face au RB Leipzig. Mais il lui a fallu beaucoup moins de temps pour développer une telle activité. Cela en dit assez long sur l'influence déterminante de l'Italien dans un entrejeu parisien en souffrance durant son absence.

L'homme fort du milieu

Ce n'est pas une nouveauté mais le constat reste invariable. Déjà parce que Verratti est le joueur le plus complet de l'effectif du PSG dans ce secteur du jeu. Sa qualité de passe fait particulièrement défaut en son absence. Pour la première relance, un aspect du jeu où Paris est nettement moins performant depuis le départ de Thiago Silva. Aussi pour sa créativité dans les phases offensives. L'Italien a cette vista, cette capacité à casser les lignes par des passes lumineuses que les autres milieux parisiens n'ont pas. Sans lui, Paris peine davantage à se créer des occasions de but.

Verratti, indispensable en Ligue des champions ?

Le jeu de passe, c'est probablement l'apport le plus visible de Verratti. Mais ce n'est pas le seul. Sa qualité technique lui permet aussi de se sortir plus facilement du pressing adverse. C'était criant sur son quart d'heure de jeu face à Leipzig. L'Italien a été le seul à donner de l'air au PSG avec des phases de conservation plus longues. Enfin, Verratti est aussi essentiel au contre-pressing si cher à Thomas Tuchel. Sa présence permet généralement au PSG de récupérer le ballon plus haut dans le camp adverse. Là aussi, son entrée face à Leipzig a permis de le vérifier. Son rayonnement est global.

Un leadership crucial

Tuchel n'a jamais négligé l'importance de Verratti. Pas seulement pour son plan de jeu. Aussi pour son leadership. L'Italien est l'un des tauliers d'un club dont il porte les couleurs depuis plus de huit ans. Son rôle de cadre est devenu encore plus important depuis que Thiago Silva et Edinson Cavani sont partis cet été. Paris a souvent donné l'impression de manquer de leaders par le passé. C'est certainement encore plus le cas cette saison, et cela s'est notamment vérifié sur le début de campagne en Ligue des champions.

4e j. - Tuchel compte sur Verratti

Verratti fait justement partie de ceux qui peuvent assumer cette responsabilité dans l'effectif de Tuchel. C'est ce que 'entraîneur parisien attend de lui. "C'est un joueur incroyable, il a toujours le sourire et il donne tout sur le terrain, disait l'Allemand avant la victoire à Reims (0-2) en septembre. C'est un leader dans l'état d'esprit et la qualité. Je suis très heureux qu'il soit là et d'être son entraîneur. Il est toujours là pour aider tout le monde, faire des différences. On parle beaucoup ensemble, de la tactique, du vestiaire. On le voit comme un leader."

Une raison de ne plus négliger la défense

Avoir un leader au cœur du jeu, c'est justement ce qui manquait au PSG en l'absence de Verratti. Et l'une des raisons qui avait poussé Tuchel à stabiliser Marquinhos dans ce secteur du jeu. Quitte à repositionner la recrue Danilo Pereira, un milieu défensif confirmé au niveau international, en défense centrale. Une formule qui n'avait pas forcément convaincu. Si l'entraîneur parisien avait changé son fusil d'épaule face à Leipzig en replaçant le Brésilien en défense, c'était en partie pour compenser la suspension de Kimpembe, associé à Danilo en charnière lors du match aller. Le retour de Verratti lui donne cette option sur la durée. Mais les intentions de Tuchel restent à confirmer.

Le technicien allemand a souvent privilégié la paire Marquinhos-Verratti à la récupération dans son 4-4-2 habituel par le passé. Mais cette configuration est moins tenable depuis que Thiago Silva n'est plus là. La défense parisienne a désormais besoin de Marquinhos pour donner des gages de fiabilité et la victoire face à Leipzig en a été la confirmation. L'entraîneur du PSG a pu être amené à négliger sa charnière au profit de son milieu pour combler le vide laissé par l'absence de Verratti. Pouvoir compter sur l'Italien lui donne au moins une raison de ne plus prendre ce risque. Et si le retour du Petit Hibou est forcément bénéfique pour l'entrejeu du PSG, il pourrait aussi avoir un impact positif sur sa défense.

Ce PSG a-t-il un avenir en C1 ?

Transferts
50 millions ou rien : Tottenham pose ses conditions pour Alli au PSG
IL Y A 2 HEURES
Ligue 1
Paris, attaque cinq étoiles, soirée bien maussade
16/01/2021 À 22:59