Jérôme Boateng est en L1 ! Et la vraie surprise, c'est qu'il ne va pas jouer pour le PSG. Il faut bien l'avouer, c'est peut-être le plus étonnant dans ce transfert. Voir un joueur de cette dimension et avec ce palmarès débarquer dans notre championnat ailleurs qu'à Paris, où il avait longtemps été évoqué dans le passé notamment lors de l'été 2018, n'est pas courant. Mais voilà, le PSG a trouvé son bonheur en défense en s'offrant Sergio Ramos. Et c'est donc bien Lyon qui se paye le luxe d'accueillir l'ancien du Bayern Munich.
Sur le papier, cela ressemble à un coup de maître de la part de Juninho et Jean-Michel Aulas. On parle quand même d'un immense champion. Au Bayern, Jérôme Boateng s'est forgé un palmarès monstrueux avec neuf titres consécutifs en Bundesliga de 2013 à 2021, cinq coupes et cinq Supercoupes d'Allemagne, deux Ligues des champions (2013, 2020), deux Supercoupes de l'UEFA (2013, 2020) et deux Coupes du monde des clubs (2013, 2020). Et il a aussi été sacré champion du monde avec l'Allemagne en 2014. Difficile de faire beaucoup mieux.

Notre carnet de notes du mercato de L1 : perfection parisienne, flair de l'OM et déprime stéphanoise

Ligue 1
Puel mis sous pression par les supporters stéphanois : "On te laisse 24h pour démissionner"
21/10/2021 À 13:17
C'est difficile de savoir pourquoi le Bayern n'a pas voulu le garder
Surtout, Boateng n'arrive pas sur les bords du Rhône en pré-retraite. Si son physique lui a régulièrement fait défaut tout au long de sa carrière l'empêchant d'enchaîner les saisons pleines, l'ex-joueur du Bayern Munich, qui va fêter ses 33 ans vendredi, a montré la saison passée qu'il avait encore de beaux restes. De très beaux restes même. Aligné sur 39 matches avec le Bayern toutes compétitions confondues, il a retrouvé son meilleur niveau pour être l'un des piliers de la formation guidée alors par Hansi Flick.
L'ancien coach bavarois passé depuis à la tête de la Nationalmannschaft n'avait d'ailleurs pas vraiment goûté la décision de son directeur sportif Hasan Salihamidzic de ne pas renouveler le contrat de son défenseur après le recrutement de Dayot Upamecano. "C'est difficile de savoir pourquoi le Bayern n'a pas voulu le garder, s'étonne encore Dennis Melzer, notre collègue qui suit le club bavarois pour la version allemande d'Eurosport. A la fin, beaucoup de choses ont poussé Hansi Flick à partir. Et la façon dont Boateng a été traité était l'une d'entre elles".

L'agonie du Barça, la reconquête de MU : notre carnet de notes du mercato européen

Lyon ne s'en plaindra pas. Tout comme du manque de propositions alléchantes reçues par Boateng cet été alors qu'il était libre. "Il y a eu des rumeurs, à la Roma ou à Séville, rappelle Dennis Melzer. Le but de Jérôme était de trouver un club qui dispute la Ligue des champions. Mais ça ne s'est pas présenté. Et je suis un peu surpris qu'aucun gros club n'ait fait une offre". Etant donné son CV, son dernier exercice mais aussi son statut de joueur libre, cela laisse en effet songeur. Mais l'OL, qui ne lui propose "qu'une participation" à la Ligue Europa, s'est engouffré dans la brèche. "Nous sommes très heureux d'accueillir un joueur que tout le monde connaît, un champion du monde", salive Aulas. A juste titre tant cela sent la bonne affaire.

Un leader mais pas seulement : un expert des relances

Amené à former l'axe central avec Jason Denayer, Jérôme Boateng devrait faire un bien fou à l'OL quand il aura retrouvé son niveau physique. Et dans plusieurs domaines. Avec son expérience monumentale et son palmarès XXL, il a ainsi tout pour être un leader dans un vestiaire où il peut devenir un taulier. "Je veux tout donner pour cette équipe. Je sais qu'elle est jeune et talentueuse. Je veux aider les jeunes joueurs de l'OL à trouver la route vers le succès", a-t-il déjà prévenu.
Et sur le terrain, il est difficile de ne pas voir la plus-value qu'il peut amener. Si certains ont pointé du doigt ces derniers jours sa relative lenteur qui peut poser problème dans le système de l'entraîneur néerlandais Peter Bosz, c'est oublier son vécu hors-norme. Au Bayern aussi, il a dû composer avec ce souci.
Et il sait compenser son manque de vitesse par sa lecture du jeu et sa science du placement. Avec son physique imposant, son jeu aérien et son agressivité dans les duels bienvenue, l'international allemand a d'ailleurs tous les arguments pour aider la défense lyonnaise à relever la tête après un début de saison poussif marqué par sept buts encaissés en quatre journées.
C'est déjà beaucoup. Cependant, ce n'est pas tout. L'ancien du Hertha Berlin, Hambourg et Manchester City devrait aussi être un atout précieux dans l'animation lyonnaises grâce à la qualité de sa première relance. La précision de ses transversales et sa capacité à trouver ses partenaires sur des diagonales ont longtemps fait le bonheur du Bayern et de l'Allemagne. L'OL devrait aussi en profiter pour gagner en verticalité. Sur le papier, cela a donc tout d'un coup de maître de la part de Lyon. Si le club rhodanien est orphelin de Memphis Depay devant, il s'offre une belle tête d'affiche en plus de Xherdan Shaqiri arrivé un peu avant. Deux joueurs aptes à changer la donne. Il reste maintenant à confirmer ça sur le terrain. Mais c'est déjà un joli pari tenté par les Gones.

Onze effrayant vs équipe presque banale : pour une fois, la L1 sort grandie du mercato

Ligue 1
Nice - OM sera rejoué sur terrain neutre, Nice sanctionné d'un point de pénalité ferme
08/09/2021 À 21:14
Ligue 1
Aucun vainqueur et zéro point : Un gel du match entre Nice et l'OM serait envisagé
07/09/2021 À 19:36