Il ne ressemblait vraiment pas à un novice prêt à se faire manger par l'enjeu d'un OM-PSG. Plutôt à un vieux de la vieille, sans le moindre complexe, n'hésitant pas à donner de la voix pour tirer ses partenaires vers le haut. Mattéo Guendouzi n'a pourtant que 22 ans. Mais il n'est pas du genre timide. C'est ce qui ressort de ses premiers mois sous le maillot marseillais. Et sa performance d'ensemble contre l'ogre parisien n'a fait que confirmer cette impression. Il a rayonné dans l'entrejeu. Tout naturellement. Comme si, dans un club taillé pour lui, ce match était fait pour lui.
Suivez une année complète de sport et d’événements sur Eurosport pour 69,99 euros !
Il est chaud, Guendouzi. Dans tous les sens du terme, et à commencer par son niveau de performance sur le terrain. Son profil colle déjà parfaitement au style de jeu de Sampaoli. "Au-delà de ses qualités techniques, de sa capacité à bien gérer le ballon, le tempo, à déclencher le pressing, Mattéo c'est surtout de l'enthousiasme, de la générosité, de la fraîcheur, résumait Sylvain Ripoll, le sélectionneur des Espoirs, le mois dernier. Il est une garantie sur le fait qu'on va vivre les évènements et pas les subir".
Ligue 1
Payet, le match d'après
IL Y A 9 MINUTES

Le volume de jeu, mais pas que

Un volume de jeu est essentiel dans un système aussi exigeant que celui de l'entraîneur olympien. Sampaoli n'avait pas ciblé le joueur formé au PSG par hasard. Au-delà de la générosité, c'est surtout la compétitivité qu'il a vu en lui pour hausser le niveau du collectif marseillais. "Mattéo est un joueur qu'on a choisi pour sa façon très compétitive d'aborder le foot et la vie, a-t-il expliqué. On partage cette vision. Il a une véritable implication pour la compétition, il pense toujours au match. Il aime jouer, jouer pour jouer, et ça me plaît beaucoup, on ne voit pas ça si souvent."

Mattéo Guendouzi (OM)

Crédit: Getty Images

Mais Guendouzi ne se contente pas de donner plus de corps à l'entrejeu marseillais. A cela, il a ajouté une faculté à se projeter dans la surface pour appuyer les attaques phocéennes. Et se montrer décisif à l'occasion. Il totalise déjà 3 buts et 2 passes décisives en 13 apparitions toutes compétitions confondues avec son nouveau club. Et s'il n'a pas trouvé l'ouverture dimanche face au PSG, le milieu marseillais avait fait bien des misères une semaine plus tôt à son ancien club, Lorient, avec un but et une passe décisive (4-1).

Un côté "grande gueule"

Le talent ne suffit pas toujours pour réussir à Marseille. Il faut aussi avoir un sacré mental. Le contexte atypique, parfois volcanique, qui entoure l'OM exige une force de caractère au-dessus de la moyenne. Du caractère, Guendouzi n'en manque vraiment pas. Au point de paraître trop expansif par moments. Il y a eu cette vive altercation avec son coéquipier Gerson lors de la défaite face à Lens (2-3), et certains de ses coéquipiers ont dû intervenir pour éviter que la situation s'envenime. Ou les incidents face à Nice, dont le milieu marseillais a été l'un des protagonistes.

Un échange tendu entre Guendouzi et Gerson lors du match opposant Marseille à Lens, le 26 septembre 2021, en Ligue 1

Crédit: Imago

C'est le revers de la médaille. Ce caractère bouillonnant brouille parfois son image et peut être mal perçu dans un groupe. Pal Dardai, son entraîneur au Hertha Berlin, avait ainsi décrit son joueur comme quelqu'un de "toujours fou, toujours en colère". Et pas forcément très facile à gérer. C'est certainement l'une des raisons qui avait poussé Mikel Arteta à l'écarter de l'équipe première à Arsenal, où il s'était pourtant installé sous la direction d'Unai Emery. A première vue, ce côté "grande gueule" pourrait avoir constitué un frein dans sa progression après une éclosion précoce au plus haut niveau.

Un taulier en puissance

Mais sans ce caractère, il n'en serait certainement pas là aujourd'hui. Il peut lui jouer des tours, mais c'est aussi un atout dont il a su servir pour s'affirmer en tant que jeune joueur, pour faire son trou à Marseille et arriver en équipe de France. "J'ai un caractère, reconnaît volontiers Guendouzi. Pour moi, c'est un bon caractère. Ca me sert dans une équipe. Sans ça, je n'aurais pas fait des grands clubs comme l'OM ou Arsenal. Je suis encore un jeune joueur et un jeune homme, je dois améliorer des choses, c'est certain. Mais je reste le même. Ca plaît ou pas aux autres, mais moi je ne change pas de caractère."
C'est ce qui fait sa personnalité. Sur et en dehors du terrain. Guendouzi ne laisse certainement pas indifférent, mais sa réussite actuelle laisse penser qu'il est sur le bon chemin. Surtout qu'il a trouvé son élément en rejoignant Marseille et l'équipe de Sampaoli. L'OM y trouve aussi son compte. Il lui manquait des hommes capables d'endosser un costume de leader. Guendouzi, nommé capitaine lors du déplacement à Lille (2-0), s'inscrit petit à petit comme l'un des tauliers de la formation marseillaise. Une preuve qu'il s'y sent très bien. Et un signe pour donner l'impression que cela pourrait durer.

Guendouzi

Crédit: Getty Images

Ligue 1
Nice tombe de haut
IL Y A UNE HEURE
Ligue 1
Payet devrait être disponible pour jouer contre Troyes dimanche
HIER À 16:23