Ce ne sera déjà pas simple pour le PSG de ne pas prendre de but face au Barça. Friable ces dernières semaines, fautive samedi à Toulouse (1-1), la défense parisienne devra afficher un tout autre visage pour contenir l'attaque catalane emmenée par Lionel Messi, Neymar et Andres Iniesta. Mais ce sera peut-être encore plus compliqué de marquer un but aux Barcelonais. Traditionnellement considérée comme le talon d'Achille du club blaugrana, la défense serait presque devenue son point fort. Depuis le début de la saison, elle affiche une efficacité redoutable. Contrairement à l'attaque du PSG.

Comment le Barça est devenu imperméable

Comme toujours, la véritable inconnue du début de saison du Barça se situait en défense. Et les multiples pistes activées cet été sans succès ont entretenu ce flou. Barcelone a finalement renforcé ce secteur, en recrutant des joueurs réputés, mais pas de véritables références à leur poste (les gardiens Claudio Bravo et Marc-André ter Stegen, Jérémy Mathieu et Thomas Vermaelen en défense centrale). Le doute était permis sur la solidité défensive du Barça. Il a en grande partie été levé. Avec la Juventus, Barcelone est la seule équipe en Europe qui n'a pas encore pris de but cette saison.
Ligue des champions
Le Barça, ce sera sans Ibra
29/09/2014 À 12:50
Voir le tweet
Si les performances individuelles doivent être soulignées, notamment la vitesse apportée par Mathieu dans l'axe de la défense, ou l'intensité affichée par Ivan Rakitic à la récupération, c'est surtout un travail collectif qui est à l'origine de ce résultat. L'équipe barcelonaise a retrouvé ce qui était sa marque de fabrique, ce pressing très haut qui avait fait les succès du club catalan entre 2008 et 2012. L'efficacité de l'organisation mise en place par Luis Enrique ne s'arrête pas au jeu, elle est aussi très nette sur les coups de pied arrêtés où Barcelone est moins vulnérable cette saison.
La conséquence, c'est un Barça très rarement mis en danger. Il n'a concédé que 7 tirs cadrés cette saison en Liga, soit une moyenne d'1,7 par match, contre 3,5 la saison passée. En alignant une défense différente à chaque match. Claudio Bravo a été irréprochable jusqu'ici, mais il n'a quasiment rien eu à faire. Mais l'imperméabilité de l'équipe catalane s'explique aussi par un brin de réussite. Le portier chilien a ainsi été supplée par ses montants à cinq reprises. Et Marc André ter-Stegen a sauvé le Barça d'un but égalisateur de l'APOEL Nicosie en fin de match en Ligue des champions.
Voir le tweet

Comment le PSG est devenu inoffensif

Si la défense pouvait être considérée, jusqu'à ce début de saison comme le point faible du Barça, l'attaque est censée être l'atout du PSG. Paris dispose d'arguments très solides dans ce secteur avec Zlatan Ibrahimovic, Edinson Cavani, Ezequiel Lavezzi, Javier Pastore et Lucas, malgré le départ de Jérémy Ménez à l'AC Milan l'été dernier. Avec 126 buts marqués toutes compétitions confondues, dont 84 en Ligue 1 et 25 en Ligue des champions, l'équipe de Laurent Blanc avait l'une des forces de frappe offensive les plus importantes en Europe la saison dernière.
Ce n'est plus vraiment le cas depuis la reprise. A l'exception du match face à Saint-Etienne (5-0), le PSG n'a jamais marqué plus de deux buts dans un match. Et la tendance s'est aggravée en septembre. Hormis sa victoire à Caen (0-2), Paris n'est pas parvenu à inscrire plus d'un but dans un match. La formation de Laurent Blanc adresse moins de tirs sur le but adverse que la saison passée (12,1 contre 15,2) et cadre moins de frappes (5,1 contre 6,1). A Toulouse, elle n'a tiré que neuf fois au but, n'accrochant le cadre qu’à deux reprises. Logiquement, le PSG se crée moins d'occasions de but.
Voir le tweet
Le changement de système, avec le passage au 4-4-2 en losange à Toulouse, n'explique pas tout. Le PSG n'avait pas été beaucoup plus performant en 4-3-3 face à Evian (0-0) ou Lyon (1-1), avec seulement trois tirs cadrés. Il est surtout victime de maux déjà apparus l'an passé, et que le Barça a connu lui aussi. Une possession stérile, des transmissions trop lentes, et une incapacité à accélérer les enchaînements à l'approche de la zone de vérité pour déstabiliser la défense adverse. Des défauts accentués par un manque global d'intensité et d'implication dans les phases offensives.
Voir le tweet
L'attaque du PSG balbutie, alors qu'elle n'a même pas encore affronté les meilleures défenses de Ligue 1 (Lille, Montpellier, Metz, Marseille, Bordeaux à l'heure actuelle) ou d'Europe (l'Ajax a pris dix buts en sept matches de championnat). Marquer face à un Barça qui n'a toujours pas pris de but ressemble d'autant plus à une mission impossible pour l'équipe de Laurent Blanc qu'elle sera privée de Zlatan Ibrahimovic et Ezequiel Lavezzi pour ce rendez-vous. Mais l'accomplir serait le premier pas pour remettre le PSG dans le droit chemin.

L'entraîneur du PSG, Laurent Blanc, lors du match face à Lyon au Parc des Princes, en 2013-2014.

Crédit: Panoramic

Ligue des champions
En à peine deux mois, Rakitic est déjà l'homme à tout faire du Barça
29/09/2014 À 10:16
Liga
Un carton, un triplé de Neymar, un doublé de Messi... Le Barça est bien prêt, lui
27/09/2014 À 17:58