AFP

L'antisèche : S'il veut aller plus loin, Monaco va devoir se trouver une défense... et un leader

L'antisèche : S'il veut aller plus loin, Monaco va devoir se trouver une défense... et un leader

Le 27/07/2016 à 23:58Mis à jour Le 28/07/2016 à 00:19

LIGUE DES CHAMPIONS - Logiquement dominé par Fenerbahçe (2-1), mercredi soir en Turquie, l'AS monaco va devoir régler ses problèmes défensifs et d'équilibre à une semaine du match retour. Il a clairement manqué un patron dans le onze de Leonardo Jardim face au Fener.

Le jeu : Monaco va devoir bosser derrière

Monaco n'a pas laissé une grande image de son déplacement en Turquie. Complètement dominés lors de la première période, les Monégasques ont subi une défaite plus que logique sur la pelouse du Fenerbahçe. Sur le reculoir face à une équipe qui a attaqué la rencontre avec beaucoup plus de mordant, l'ASM n'a pas montré grand-chose dans le jeu. Il y a eu quelques éclairs mais sans continuité. Forcément frustrant avant le match retour.

Il a fallu attendre la reprise pour voir enfin un peu de créativité et de rythme. Monaco s'est donné et a voulu y croire. Cela n'a duré qu'un petit quart d'heure. Le temps pour le club turc de reprendre ses esprits et passer la seconde. La fin de match a été meilleure pour les coéquipiers de Radamel Falcao, plus enclins à ouvrir le jeu et bien guidés par Thomas Lemar intéressant dans ses prises de balle mercredi soir. Mais le mal était fait. Et il ne fallait pas tenter le diable avec ce but à l'extérieur. Ce but il va peut-être peser lourd dans la balance. Mais l'AS Monaco ne peut pas se permettre d'être une équipe à réaction. Il faut passer à l'action.

Les joueurs : Emenike a fait un mal fou à Monaco, Badiashile et Falcao ont surnagé

Emmanuel Emenike a fait des misères à la défense monégasque. Insaisissable pour la paire Jemerson - Raggi, l'attaquant nigérian a constitué la principale menace pour l'AS Monaco. Auteur d'un doublé (39e, 61e), l'attaquant du Fener a été le facteur X de cette rencontre. Son activité a été précieuse.

Du côté de l'ASM, on va mettre en évidence la bonne sortie du portier Loïc Badiashile. Obligé de remplacer Morgan De Sanctis, blessé après 12 minutes de jeu, le jeune gardien asémiste a sorti une prestation plus que solide pour sa grande première avec les professionnels. Il a confirmé ses bonnes dispositions vues lors des matches amicaux, notamment face au FC Bâle. En plus, il l'a fait sur un terrain réputé difficile même s'il était bien loin de ses meilleures soirées. Très fort.

Difficile à trouver en attaque en première période, Radamel Falcao a néanmoins fait le travail qu'on attendait de lui : marquer. Le Colombien a profité d'une mésentente dans la défense turque pour reprendre un ballon avec un ciseau et égaliser à la 42e minute. Il a multiplié les appels après la pause et apporté de la grinta. Solide.

Emmanuel Emenike félicité après avoir marqué face à Monaco

Emmanuel Emenike félicité après avoir marqué face à MonacoAFP

Ce qui aurait pu tout changer : Un Monaco trop fébrile devant le but à la reprise

Le premier quart d'heure de la seconde période de l'ASM. Beaucoup mieux entré dans ce second acte, le club de la Principauté a eu le tort de pêcher dans la finition. Il a d'ailleurs cru faire le break en l'espace d'une minute : par Valère Germain (48e) puis Nabil Dirar, qui a frappé le poteau sur un tir excentré (49e). Ce temps fort de quinze minutes : un tournant pour l'ASM, qui a encaissé le second but du Fener dans la foulée, à l'heure de jeu.

La stat : Falcao est sur le bon chemin

6 - Radamel Falcao a marqué son 6e but en sept rencontres avec le maillot de l'ASM, en prenant en compte la pré-saison du club. Voilà une bonne nouvelle avant le match retour. Un Falcao qui marque, c'est des problèmes en moins.

Le tweet qui dit tout : Badiashile, jeune mais déjà solide

Grande première pour Loïc Badiashile avec l'ASM. Et première réussie. Et forcément ça marque une personne.

La question : Les défauts de Monaco sont-ils rédhibitoires à ce niveau ?

Le principal problème de la prestation monégasque a été la partition défensive. Mal coordonnée, l'arrière-garde n'a donné aucun gage de solidité et offert quelques sueurs froides à Leonardo Jardim. En attendant le retour à la compétition de la recrue Kamil Glik, très bon durant l'Euro avec la Pologne, la défense centrale Jemerson - Raggi a frôlé la correctionnelle à plusieurs reprises et n’a absolument pas convaincu.

Sur les côtés, Djibril Sidibé et Benjamin Mendy ont plus apporté offensivement que défensivement. Ce qui a manqué à l'ASM en Turquie, c'est un Jérémy Toulalan, qui aurait pu donner de l'équilibre à une équipe qui est encore en construction-reconstruction. L'ancien capitaine, parti à Bordeaux, n'est plus là et on l'a remarqué. Dans l'entrejeu, Fabinho et Timoué Bakayoko ont alterné le bon et le moins bon. Bakayoko s'en est le mieux sorti.

Il reste encore 90 minutes à Monaco pour se sortir du piège Fenerbahçe, mais les carences aperçues mercredi soir nous font douter. Il faudra en faire plus dans chaque compartiment du jeu pour passer cet obstacle. Malgré les nombreux départs survenus cet été (Caner Erkin, Diego, Nani, Gökhan Gönül et Raul Meireles), le Fener avait un temps d'avance sur son rival. Suffisant pour craindre un match retour compliqué à Louis-II. Et le Fener sait marquer. Attention danger.

Emmanuel Emenike a fait mal à l'AS Monaco

Emmanuel Emenike a fait mal à l'AS MonacoAFP

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0