Panoramic

L'antisèche : Un grand Germain et 20 minutes de rêve ne suffiront pas toujours pour Monaco

L'antisèche : Un grand Germain et 20 minutes de rêve ne suffiront pas toujours pour Monaco

Le 04/08/2016 à 00:21Mis à jour Le 04/08/2016 à 00:23

LIGUE DES CHAMPIONS - Monaco s'est qualifié mercredi pour le barrage de la Ligue des champions en dominant Fenerbahçe (3-1) grâce à une entame parfaite, concrétisée par deux buts en moins de vingt minutes. Emmenée par un énorme Valère Germain, l'ASM a affiché ses qualités pour renverser la situation après sa défaite lors du match aller (2-1). Mais elle reste perfectible.

Le jeu : Monaco pouvait moins se compliquer la vie

L'ASM s'était pourtant donnée les moyens de ne pas souffrir jusqu'au bout en signant l'entame parfaite, avec deux buts en moins de vingt minutes pour effacer son retard du match aller (2-1). Sur cette période, la formation monégasque a affiché tout son potentiel, avec un pressing très haut, une très bonne animation dans les couloirs et beaucoup de mouvement en attaque. Mais elle n'a pas su tenir ce rythme plus longtemps, et ses limites défensives sont réapparues au grand jour.

Andrea Raggi face à Gregory van der Wiel lors de Monaco-Fenerbahçe

Andrea Raggi face à Gregory van der Wiel lors de Monaco-FenerbahçeAFP

Fenerbahçe aurait pu en profiter davantage, mais le réalisme et la réussite ont fait défaut aux Turcs. Pas aux Monégasques, qui ont marqué le but de la qualification sur l'une de leurs très rares occasions de la seconde période. Cette efficacité a payé au bout du compte, comme souvent en Ligue des champions, et l'ASM peut s'en réjouir car cela lui a parfois manqué par le passé. Mais son excellent début de match appelait plus de constance dans le jeu sur l'ensemble de la rencontre.

Les joueurs : Germain, au bon endroit et au bon moment

Monaco peut vraiment remercier Valère Germain. C'est lui qui a mis l'ASM sur la bonne voie en ouvrant le score, et c'est lui qui l'a remise en position de qualifiée en inscrivant le troisième but. Sa complémentarité avec Radamel Falcao, criante sur le premier but, est un vrai plus pour le club de la Principauté. Quel dommage que le Colombien, nommé capitaine pour ce match, se soit blessé à la fin d'une première période très aboutie.

Valère Germain a ouvert la marque sur une passe de Radamel Falcao face à Fenerbahçe

Valère Germain a ouvert la marque sur une passe de Radamel Falcao face à FenerbahçeAFP

Fabinho a été le patron de l'entrejeu monégasque, Nabil Dirar a abattu un travail remarquable sur son côté droit, tant en attaque qu'en défense, et Benjamin Mendy a été très présent dans le couloir gauche. A Fenerbahçe, Gregory van der Wiel a, comme d'habitude, été bien plus convaincant en attaque qu'en défense. Emmanuel Emenike, déjà auteur d'un doublé à l'aller, a encore marqué et pesé sur la défense monégasque.

Ce qui aurait pu tout changer

Une décision arbitrale, comme trop souvent dans un match de football. Elle a été favorable à Monaco. A 2-1 en faveur des Monégasques, Fenerbahçe aurait pu (dû ?) bénéficier d'un penalty pour une main de Benjamin Mendy dans la surface, sur un centre de Gregory van der Wiel (57e). M. Dias, dont l’assistant n’avait pas vu le hors-jeu sur le but turc quelques minutes plus tôt, a laissé le jeu se poursuivre, pour le plus grand soulagement de l'ASM. Qui a marqué le but de la qualification moins de dix minutes plus tard, profitant ainsi pleinement de cette décision favorable.

La stat : 5

C'est le nombre d'adversaires possibles pour Monaco en barrage, la dernière marche avant la phase de poules de la Ligue des champions. Les Monégasques peuvent tomber sur les Portugais du FC Porto, les Anglais de Manchester City, les Espagnols de Villarreal, les Néerlandais de l'Ajax Amsterdam ou les Allemands du Borussia Mönchengladbach. Quel que soit le tirage, qui aura lieu vendredi à 12h, ça promet une belle affiche.

Le tweet qui vient du sud

La décla : Vitor Pereira (entraîneur de Fenerbahçe)

" Je voudrais dire également que ce soir, la pelouse était misérable."

La question : Monaco a-t-il les arguments pour accéder à la phase de poules ?

Le destin de l'ASM en Ligue des champions passera évidemment par le tirage au sort. Ce sera de toute façon compliqué pour les hommes de Leonardo Jardim, mais il vaudra quand même mieux éviter Manchester City, demi-finaliste de l'épreuve la saison passée après avoir éliminé le PSG. L'équipe de Pep Guardiola a tout de l'épouvantail, mais les autres seront aussi redoutables. Il faudra vraisemblablement que Monaco fasse mieux dans le jeu que face à Fenerbahçe pour espérer accéder à la phase de poules.

Le club de la Principauté a quand même affiché des arguments contre les Turcs. Quand l'ASM joue comme elle l'a fait dans les vingt premières minutes, elle peut mettre n'importe quelle équipe en difficulté. L'intégration progressive de Kamil Glik devrait aussi faire du bien à une défense monégasque qui en a besoin. Et le potentiel offensif de l'équipe de Jardim est indéniable, surtout quand elle peut compter sur le duo Germain-Falcao.

Mais le barrage, c'est dans quinze jours et il peut se passer pas mal de choses importantes d'ici là. Du côté de l'infirmerie, avec l'incertitude qui pèse sur la participation de Falcao. La présence du Colombien, si important dans les deux matches face à Fenerbahçe, semble indispensable pour que l'ASM puisse aller plus loin. Du côté du mercato aussi, il peut se passer des choses. Fabinho, l'un des leaders du groupe de Jardim, sera-t-il encore monégasque alors qu'il est annoncé à Manchester United ? Ce sera l'un des enjeux d'une quinzaine capitale pour les ambitions de Monaco en C1.

0
0